Les pays de l’ASEAN soulagés de ne pas être contraints par les États-Unis et la Chine de prendre parti: Ng Eng Hen

ADMM-Plus comprend l’Asean, l’Australie, la Chine, l’Inde, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, la Russie et les États-Unis.

Le Dr Ng a déclaré que l’expansion était quelque chose que les ministres de la Défense de l’ASEAN avaient convenu en principe, mais que davantage de travail devait être fait.

« Nous sommes à un stade où vous devez comprendre comment et comment vous digérez cela. Vous ne voulez pas avoir d’indigestion ou en termes pratiques, où vous êtes membre et il n’y a pas d’activité, et ce n’est pas ce que nous Je suis après », a-t-il déclaré.

Depuis le début de l’année 2013, la France a exprimé sa volonté de participer aux activités de l’ADMM-Plus. Le Canada a également fait appel à d’autres occasions.

Sur la façon dont Singapour fait progresser ses propres capacités après le dialogue, le Dr Ng a souligné les accords que l’agence de défense de Singapour a signés avec ses homologues, notamment avec la Corée du Sud, la France et la Chine.

L’accord signé vendredi avec la Corée du Sud vise à renforcer la coopération entre les agences de médias de défense dans la production de contenu de défense, la technologie des médias et les partenariats industriels.

L’un des objectifs est la communication stratégique, a déclaré le Dr Ng, ajoutant que l’idée était d’enseigner au ministère de la Défense de Singapour et à l’équipe de communication des forces armées de Singapour comment produire de la K-pop, pour atteindre le public.

« Nous allons donc voir les militaires qui ont le pouvoir, puis nous voulons apprendre d’eux », a-t-il déclaré.

D’autres accords signés incluent un accord de soutien logistique mutuel avec la France et un autre avec la Chine pour permettre des échanges plus professionnels entre les officiers militaires.

Quant à savoir si la Russie aurait dû être invitée, le Dr Ng a déclaré que cela était compréhensible compte tenu de sa proximité avec l’invasion de l’Ukraine.

Mais il a ajouté qu’il y avait des problèmes pratiques, comme l’abandon d’autres participants si la Russie était présente.

Le dialogue Shangri-La de cette année a été inestimable, avec un désir refoulé de se rencontrer physiquement, a-t-il déclaré.

« La répétition constante est que rien ne remplace les rencontres en face à face. C’est toujours vrai, surtout pour la diplomatie. »

Des questions appropriées sont également posées sur la façon dont l’invasion de l’Ukraine a affecté cette partie du monde, et les leçons à en tirer.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.