Les entreprises québécoises s’opposent au projet de loi 96 avant les élections provinciales

Un nombre croissant d’entreprises au Québec demandent au gouvernement d’abroger certaines parties d’une loi en français promulguée par la Coalition Québec Avenir plus tôt cette année, alors que le parti cherche à se faire réélire le 3 octobre.

Nombre de signataires lettre ouverte contre la loi, publié pour la première fois en juin, a plus que triplé ces derniers jours. La lettre prévenait que la loi, connue sous le nom de projet de loi 96, pourrait « faire de grands dommages » à l’économie de la province.

Les chefs d’entreprise se disent préoccupés par le resserrement des lois linguistiques au Québec qui empêchent les employés potentiels de vouloir travailler dans la province.

La lettre met en évidence des éléments du projet de loi 96 qui disent que les immigrants doivent communiquer avec les agences gouvernementales en France après six mois de vie au Québec.

Les experts disent que presque impossible maîtriser une langue dans les six mois.

Jusqu’à récemment, certaines exigences provinciales en matière de français des affaires ne s’appliquaient qu’aux entreprises de plus de 50 employés. Mais en vertu du projet de loi 96, la règle s’appliquerait également aux petites entreprises d’au moins 25 employés.

François Legault, qui est le chef de la CAQ et qui cherche à se faire réélire au poste de premier ministre, a défendu la loi mercredi matin en campagne électorale.

Il a déclaré que le projet de loi 96 donne aux entreprises trois ans pour se conformer à toutes les dispositions de la loi.

« Ils auront le temps de s’adapter », a déclaré Legault, ajoutant que la protection de la France était une priorité, ainsi que la création de richesse pour la province.

Il cite des statistiques qui montrent qu’un peu plus de la moitié de la population montréalaise travaille en France.

« Il faut faire attention à la langue des gens qui travaillent à Montréal », a déclaré Legault.

Lorsque la lettre a été publiée en juin par le Conseil canadien des innovateurs, plus de 35 dirigeants de la technologie l’avaient signée. Mercredi, ce nombre est passé à 159.

Parmi les dirigeants — dont plusieurs dans le secteur technologique en plein essor de la province — figurent Carl Goyette de la boisson énergisante GURU, Lloyd Segal, président et chef de la direction de Repare Therapeutics, une société de biotechnologie basée à Montréal qui développe des médicaments anticancéreux, Louis Têtu de la société de logiciels Coveo Solutions et Germain Lalonde de l’entreprise de télécommunications Exfo.

Le premier ministre du Québec François Legault s’adresse aux médias lors d’une conférence de presse le jeudi 21 juillet 2022 à Montréal. (Ryan Remiorz/La Presse Canadienne)

Pierre-Philippe Lortie, directeur des affaires gouvernementales de CCI Québec, a déclaré que la lettre semblait avoir puisé dans l’anxiété suscitée par certaines des actions spécifiques de la loi.

« Nous sommes d’accord avec le but et l’esprit du projet de loi 96, qui est d’accroître l’utilisation du français dans le secteur privé », a déclaré Lortie.

Il a déclaré que la clause de six mois et le délai d’un an avant la création de Francisation Québec, l’organisme gouvernemental censé surveiller le respect de la loi par les entreprises, étaient deux domaines clés de la loi qui avaient suscité des inquiétudes parmi les membres de la CCI.

Difficile de recruter

Lortie a ajouté que le projet de loi 96 pourrait encourager les entreprises à concentrer leurs efforts de croissance sur d’autres marchés dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre au Québec.

« Nous entendons dire qu’il est en effet très difficile de trouver des talents hautement qualifiés et avec la législation, cela peut créer une autre couche d’insécurité juste pour trouver ce talent », a-t-il déclaré.

Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a également commenté la lettre, affirmant que son parti supprimerait la clause de six mois s’il était élu.

Avant l’adoption de la loi en mai, Nadeau-Dubois et d’autres membres de Québec solidaire s’étaient dits préoccupés par la loi, mais avaient tout de même voté en sa faveur.

Le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, a lancé la campagne de son parti dimanche à Sherbrooke, aux côtés de sa collègue Manon Massé. (Matt D’Amours/CBC)

« Nous réglerons le problème dans le projet de loi 96 », a déclaré Nadeau-Dubois aux journalistes mercredi, qualifiant la clause de six mois de « complètement inapplicable ».

« Et honnêtement, il n’y a pas de pitié pour les gens qui ont voté pour le Québec, qui ont voulu construire le Québec avec nous, qui ont voulu apprendre le français, mais il fallait leur laisser le temps de le faire.

Nadeau-Dubois a déclaré qu’elle rembourserait également le coût de l’étude de la langue et se concentrerait sur la prestation de cours en milieu de travail.

« On ne peut pas demander à un immigrant qui a deux emplois, qui travaille de neuf à cinq, six ou sept jours sur sept, de suivre un cours de français un mercredi soir. Ce n’est pas réaliste », a-t-il dit.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.