Les catholiques africains de New York trouvent une communauté à la messe française

NEW YORK (AP) – Lorsque Landry Felix Uwamungu Ganza a quitté le Rwanda pour New York en août dernier, l’étudiant de première année de l’Université de Columbia a cherché refuge, un lieu sacré pour effectuer ses rituels du dimanche matin comme il le ferait chez lui.

Il s’est aventuré dans la paroisse catholique la plus proche, l’église Notre-Dame dans le quartier Morningside Heights de sa nouvelle ville, et à sa grande surprise, il a trouvé le rythme familier de la messe célébrée en français – la langue qu’il entendait de la chaire.

« Cela a plus à voir avec ce que je sais de chez moi », a-t-il déclaré.

La langue française a ses racines dans l’histoire de l’église de New York – elle a été fondée en tant que chapelle en 1910 par des missionnaires français des Pères de la Miséricorde. Les immigrants de France qui vivaient dans l’Upper West Side au début du XXe siècle remplissaient autrefois le banc de Notre-Dame. Aujourd’hui, les catholiques africains adorent au service français, l’une des trois langues que les prêtres utilisent pour célébrer la messe le dimanche.

La langue rassemble les gens – une diaspora africaine diversifiée vivant dans les villes et les pays voisins, dont beaucoup viennent d’anciennes colonies françaises et belges d’Afrique occidentale et centrale, comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Togo et le Congo.

« La communauté africaine ici vient de différents pays avec leurs propres langues, donc le français est très important pour les unir tous en tant que langue commune », explique le révérend Michael Holleran, pasteur adjoint, qui a étudié le français en tant que moine chartreux en France.

Bien que les rituels catholiques soient les mêmes, quelle que soit la langue, pour beaucoup de gens, la capacité de prier en français est spirituelle.

« Pour moi, il vaut mieux comprendre la Bible, la Bible, et je me sens plus épanouie spirituellement quand je suis dans la communauté française », a déclaré Monique Degny-Oulai, une paroissienne de longue date de Côte d’Ivoire.

Uwamungu Ganza se sent plus à l’aise pour assister à la messe en français dans sa nouvelle paroisse même s’il parle couramment l’anglais et le kinyarwanda, la langue commune du Rwanda, et aime beaucoup la chorale.

« Ils chantent des chansons que je connais donc je me sens plus connecté », a-t-il déclaré.

La force de la messe française, selon Holleran, réside dans son chœur multinational, la Chorale Sainte Marie Reine. Sylvestre Kouadio, le musicien autodidacte qui l’a dirigé, a incorporé les rythmes et les styles des traditions musicales africaines telles que le highlife et le coupé-décalé dans de nouvelles chansons et des hymnes existants.

« La musique et les paroles sont si édifiantes, vivantes et très dévotionnelles », déclare Holleran. « Cela donne vraiment le ton à toute la messe. La messe serait complètement différente sans eux. »

La chorale, fondée en 1998 à l’église catholique St. Vincent de Paul, désormais fermé dans le quartier de Chelsea à New York, a été transféré à Notre-Dame en 2013 avec des membres de la paroisse fermée. L’entrée de saint Vincent de Paul a incité les dirigeants de l’Église à relancer le service français longtemps suspendu de Notre-Dame, ce qui lui a valu la désignation officielle de messe de l’archidiocèse français de New York.

« Cet endroit, nous l’appelons une deuxième maison loin de chez nous », a déclaré Kouadio, originaire de Côte d’Ivoire. « Votre relation avec Dieu est quelque chose avec laquelle vous voulez pouvoir parler, comprendre et vous sentir à l’aise. »

Il offre non seulement une communauté et un confort, mais aussi un sentiment d’appartenance, dit Solange Kouakou, qui est également ivoirienne et chante alto dans la chorale. Il a fait la navette dimanche matin depuis le New Jersey.

« Quand nous sommes arrivés, c’était comme dans notre pays. Lorsque vous voyez votre communauté, vous vous sentez le bienvenu », a-t-il déclaré.

Malgré la préférence pour la messe en français le dimanche, certains paroissiens, en particulier les nouveaux arrivants aux États-Unis, vont également à la messe en anglais les autres jours de la semaine pour des raisons pratiques et spirituelles.

« Le samedi, je vais à la messe en anglais pour écouter et améliorer mon anglais », a déclaré Jean-Paul Gomis, arrivé du Sénégal aux États-Unis il y a deux ans.

Charlene Goncalves, qui a rencontré son petit ami à Notre-Dame, parle maintenant couramment l’anglais mais se sent plus épanouie spirituellement lorsqu’elle pratique sa foi en français.

« J’ai grandi et j’ai appris toutes les prières en français, donc pour moi, il était logique d’aller dans une église qui parlait ma langue maternelle », a déclaré Goncalves, qui est d’origine capverdienne mais a grandi à Paris.

« La seule chose que je ne peux pas faire en anglais, c’est prier. »

___

La couverture religieuse de l’Associated Press a reçu un soutien grâce à la collaboration de l’AP avec The Conversation US, avec un financement de Lilly Endowment Inc. AP est entièrement responsable de ce contenu.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.