Le Royaume-Uni va ouvrir un centre en France pour étudier le visa de réfugié ukrainien

Après de vives critiques, les autorités britanniques ont décidé d’ouvrir un centre en France pour étudier les demandes de visa des réfugiés ukrainiens cherchant à rejoindre le Royaume-Uni.

Le gouvernement britannique a annoncé mardi la mise en place d’un centre d’étude des visas pour les réfugiés ukrainiens dans le nord de la France, après la confusion et la colère qui ont accompagné le refus des autorités britanniques d’accorder des visas à certains d’entre eux.

La ministre des Affaires étrangères Liz Truss a déclaré au Parlement qu’un site « extraordinaire » serait ouvert dans la ville de Lille, à environ 110 kilomètres de Calais, où des dizaines d’Ukrainiens s’étaient rassemblés.

Les Ukrainiens arrivés dans les ports de la Manche cette semaine, dans l’espoir d’atteindre le Royaume-Uni, ont été invités à se rendre à Paris ou à Bruxelles pour demander des visas.

Cela a mis la pression sur le gouvernement de Londres pour qu’il mette en place un centre spécial de demande de visa à Calais, spécifiquement pour servir les personnes fuyant l’invasion russe.

Lire la suite >>>> Un chapitre sur le sort des immigrés arabes en Ukraine par un étudiant de la ville de Kharkiv

confus et peu clair

Mais la confusion a été constatée lundi chez le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, qui a d’abord déclaré que le centre de Calais était opérationnel, puis est revenu quelques instants plus tard et a déclaré qu’il n’était pas prêt.

Il a également déclaré que le centre serait « loin du port » pour éviter une « ruée majeure », compte tenu de la pression constante des migrants qui tentent de traverser le canal.

Les autorités locales du Pas-de-Calais, dans le nord de la France, ont indiqué mardi à l’AFP que la situation n’avait pas changé dans la région, notant qu' »à ce stade » l’ambassade britannique était toujours chargée de vérifier les demandes de visa. Ce que la direction de Patel a confirmé par la suite.

« Nous sommes en train de mettre en place un deuxième centre de demande de visa en France, qui sera réservé aux citoyens ukrainiens référés par les garde-frontières », ajoute le communiqué du ministère de l’Intérieur.

Un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson a déclaré que le nouveau centre serait créé « dans les prochains jours ».

Selon le Pas-de-Calais, 625 Ukrainiens ont tenté de rejoindre la Grande-Bretagne depuis le 28 février, dont 319 ont réussi.

Les autres, qui n’ont pas obtenu de visa, ont été « refoulés par les autorités britanniques au port de Calais, et dans le tunnel ferroviaire de Coccolis ».

« Actuellement, 115 Ukrainiens sont hébergés dans l’auberge de Calais », qui a ouvert lundi aux Ukrainiens dans le besoin, y compris ceux souhaitant se rendre au Royaume-Uni, selon le comté.

Plus >>>> Royaume-Uni : les immigrées enceintes sont tenues de verser de l’argent au « National Health Service »

« Nous faisons de notre mieux »

La maire de Calais, Natacha Bouchard, a déclaré lundi à l’AFP que la situation n’était « pas claire. Le Royaume-Uni doit comprendre qu’il doit assouplir le système de demande de visa. Nous sommes dans une urgence humanitaire », appelant à ce que les demandes soient traitées à l’arrivée des migrants. à Calais, Royaume-Uni.

« Nous ne pouvons pas abandonner tous les peuples dont les pays ont été détruits par les bombes, et nous leur demandons de prendre toutes ces mesures administratives », a-t-il ajouté.

Bouchard a déclaré que les autorités françaises tentaient d’expliquer ces mesures aux réfugiés ukrainiens : « Nous avons fait de notre mieux, nous avons mis des tracts dans les ports et dans les tunnels, pour dire que les visas étaient délivrés à Paris ou à Bruxelles ».

Lire la suite >>>> Nord de la France : deux hommes reconnus coupables de trafic de migrants vers le Royaume-Uni

« Manque d’humanité »

Selon les Nations Unies, plus de deux millions d’Ukrainiens ont fui la guerre. Lundi soir, la Grande-Bretagne avait soumis 300 demandes de visa à l’Ukraine, tirant les autorités britanniques par rapport à l’Union européenne, qui permettait aux Ukrainiens d’obtenir trois ans de résidence sans visa.

La Grande-Bretagne a insisté sur le fait que des contrôles de sécurité devaient encore être effectués, en raison du risque d’infiltration des troupes russes dans la population civile.

Pendant ce temps, le partenaire français de Patel, Gerald Darmanin, a critiqué la politique de Londres pour avoir montré un « manque d’humanité ».

Mais le Premier ministre Boris Johnson a insisté sur le fait que son gouvernement était « absolument déterminé à être aussi généreux que possible ». Il a déclaré aux journalistes lundi que des milliers de demandes d’Europe centrale et orientale étaient en cours de traitement.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.