L’arrière gauche restera-t-il en France ? – Démocratie et société

Il y a eu un grand soulagement quand Emmanuel Macron a remporté le second tour de l’élection présidentielle française en avril par une nette marge contre sa challenger populiste de droite Marine Le Pen. Dans une fixation sur une répétition du duel entre les deux, dans lequel les sondages d’opinion prédisent une concurrence féroce, le fait que le représentant de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, avec 22 % au premier tour de scrutin, n’ait été que légèrement en retrait Le Pen et raté le second tour passent cependant au second plan. De toute évidence, le désir généralisé d’unité au sein de la gauche a conduit la plupart des électeurs à choisir stratégiquement, utiliser la voix, soutenant le candidat de gauche qui occupe la meilleure position. Ainsi, Mélenchon a reçu plus de deux fois plus de voix que les autres candidats de gauche réunis.

Avec son discours perturbateur et ses programmes qui mettent autant l’accent sur les questions sociales qu’écologiques, il a conquis le cœur des jeunes électeurs, en particulier la « génération climat ». Dans la tranche d’âge 18-34 ans, il a obtenu environ un tiers des voix. En plus de cela, les élites jeunes et éduquées parmi lesquelles il a obtenu d’excellentes notes. Les réservoirs de voix se concentrent dans la métropole Ile-de-France et dans toutes les villes où les Verts sont en tête aux élections municipales de 2020. Mais aussi, parmi les syndicats et les travailleurs en travail précaire, la part des voix est supérieure à la moyenne. Il est également surprenant qu’une grande partie de la population musulmane ait voté pour Mélenchon.

Alors que l’érosion des partis traditionnels se poursuivait et que les socialistes français étaient relégués à la marge de la politique nationale, l’action de Mélenchon La France Insoumise (LFI)a réussi à s’imposer comme le troisième pôle du paysage des partis aux côtés du centre « progressiste » de Macron et du populiste de droite Le Pen. Pour la première fois, la gauche radicale domine la gauche.

Mélenchon , troisième tour

Poussé par sa réalisation honorable de la troisième place à l’élection présidentielle et son hégémonie nouvellement acquise parmi les partis de gauche, Mélenchon a pris l’initiative politique et a déclaré les prochaines élections législatives de juin un « troisième tour ». L’objectif est d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale en syndicat de travail puis contraint le président Macron, conformément à la tradition républicaine, à le nommer premier ministre à la majorité adjointe. En conséquence cohabitation, il veut alors réaliser le programme de son gouvernement légitimé par la majorité à l’Assemblée nationale. Selon Mélenchon, ce serait un pas vers une re-parlementaire de la Ve République, qui avait dégénéré en une « monarchie présidentielle ».

Avec union Nouvelle populaire écologique et sociale (NUPES), le syndicat de gauche que de nombreux électeurs de gauche attendaient est devenu une réalité.

Cependant, pour obtenir une telle majorité, Mélenchon avait besoin d’un partenaire de coalition. Ainsi, contrairement à 2017, il a fait un pas vers la « gauche restante » et, de sa position de force, a appelé les autres partis de gauche, les Verts EELV, les communistes et, après des réserves initiales, également le Parti socialiste. , pour former une alliance électorale. Avec union Nouvelle populaire écologique et sociale (NUPES), le syndicat de gauche que de nombreux électeurs de gauche attendaient est devenu une réalité. Selon lui, la NUPES n’est pas seulement une alliance électorale, mais doit également assurer une action coordonnée des forces de gauche à l’Assemblée nationale après l’élection – jusqu’à l’élection de Jean-Luc Mélenchon au poste de Premier ministre et la mise en œuvre conjointe des programmes gouvernementaux.

En nouant cette alliance, l’associé nouvellement élu de Mélenchon Insoumis, PS, EELV et PCF, doivent accepter de ne pouvoir présenter leurs propres candidats que dans un petit nombre de circonscriptions. Pour le PS, cela signifie que le PS ne se nomme que dans 70 des 577 circonscriptions au total, remettant en cause son statut de force politique nationale. De plus, les « petits » partenaires de l’alliance doivent également être très proches du programme La France Insoumise. En particulier, la position de LFI de « non-conformité » avec les règles de l’UE provoque des tensions. Le texte de l’accord stipule que la mise en œuvre du programme commun provoquera certainement des tensions et des conflits avec la politique de l’UE, c’est pourquoi il faut être prêt à ne pas respecter certaines règles – où pour certains (La France Insoumise) cela signifie ‘désobéissance’, pour d’autres (parti socialiste) « suspension temporaire » des règles de l’UE.

Alliances et programmes controversés

Les concessions constituantes et un rapprochement programmé avec la gauche radicale ont suscité beaucoup de critiques et de contradictions au sein du Parti socialiste, mais aussi chez les Verts, jusqu’à une défiance publiquement affichée. Dans certaines circonscriptions, des candidats du PS seront en concurrence avec des candidats du NUPES. Des critiques internes, dont l’ancien président François Hollande, ont qualifié l’alliance PS de capitulation face à la gauche radicale et de mépris des valeurs fondamentales du Parti socialiste.

La radicalité du programme commun est maintenue en adéquation avec les enjeux sociaux et écologiques de notre époque, où les politiques soi-disant typiquement social-démocrates des petits pas et des compromis ne suffisent plus.

Alors qu’ils déplorent l’abandon de l’héritage social-démocrate de l’ère Hollande comme « la fin du PS tel qu’il existe », le mouvement autour du chef du parti Olivier Faure célèbre l’alliance avec la gauche radicale comme une décision directionnelle historique qui marque consciemment une rupture avec le temps de Hollande. Devenu si social-démocrate durant cette période, qui selon le porte-parole du parti Pierre Jouvet, est devenue « assez ennuyeuse », le PS a désormais retrouvé sa place, à savoir dans la « grande gauche » avec Insoumis, la gauche écologiste et les communistes. De cette manière, le PS répond non seulement aux souhaits des électeurs de gauche, mais peuple de gauchel’écrasante majorité veut l’unité de la gauche, mais aussi le fait que ce nouveau PS, selon Olivier Faure, n’a pas de différences de programme insurmontables avec le PS Mélenchon Insoumis.

La décision du PS, comme des Verts, de conclure une alliance électorale avec la gauche radicale était clairement fondée non seulement sur des calculs stratégiques pour maintenir le nombre minimum de sièges à l’Assemblée nationale, mais aussi sur une réorientation du programme. La radicalité du programme commun est maintenue en adéquation avec les enjeux sociaux et écologiques de notre époque, où les politiques soi-disant typiquement social-démocrates des petits pas et des compromis ne suffisent plus. La solidité de la plate-forme du programme commun ne sera finalement prouvée dans la pratique politique qu’après les élections. Les éventuels points de clivage sont certes évoqués dans le programme NUPES comme une nuance programmatique entre les acteurs concernés.

Une alternative à Macron Ensemble citoyens

Après tout, la « révolution culturelle » souvent fragmentée de la gauche française unie dans une alliance a suscité une réaction euphorique dans la majeure partie de son électorat. Cela laisse espérer une nouvelle dynamique politique qui pourrait ouvrir la voie à un retour triomphal sur la scène politique de la « vraie » gauche longtemps marginalisée. À ce jour, l’alliance a au moins réussi le retour de la gauche dans une force pertinente dans la lutte pour le pouvoir politique en France. Alors que la présidentielle a été marquée par un duel entre Macron et Le Pen, un duel entre l’alliance électorale de Macron Ensemble citoyens et NUPES apparaissent maintenant dans les élections parlementaires.

Entre 275 et 310 places sont attendues pour Ensemble citoyenset entre 170 et 205 pour NUPES.

Selon les sondages d’opinion, les deux camps sont presque à égalité, avec environ 25 à 26 % des voix. Le Pen Rassemblement national, d’autre part, est clairement en retard de plus de 20 %. Le système électoral français prévoyant une majorité dans les circonscriptions, la part absolue des voix des partis ne se traduit pas par une répartition appropriée des sièges à l’Assemblée nationale. D’autre part, le système électoral favorise le centre politique.

Dans la projection de la répartition des sièges, la majorité est claire pour Macron Ensemble puis il apparaît également une fois de plus. Cependant, les projections basées sur les derniers sondages laissent ouverte si cela suffira pour une majorité absolue (au moins 289 sièges). Entre 275 et 310 places sont attendues pour Ensemble citoyens, et entre 170 et 205 pour NUPES. Une victoire électorale de la gauche qui forcerait la coexistence est donc peu probable, mais ce résultat serait déjà un succès pour la gauche, la dernière représentée à l’Assemblée nationale avec seulement une soixantaine de députés sur 577. Ce serait la force d’opposition la plus forte.

La nécessité de traduire en justice la gauche modérée

Toutefois, les sondages montrent également que même si de nombreux électeurs préfèrent une cohabitation, les espoirs du gouvernement dirigé par le Premier ministre Mélenchon étaient très faibles. Alors que plus de la moitié des électeurs pensent qu’il veut changer les choses, seul un tiers s’attend à ce que le gouvernement Mélenchon améliore la situation dans le pays, tandis que l’autre moitié s’attend à ce que la situation empire. Et seulement un tiers croyait que Mélenchon pourrait réunifier le pays ; alors que près des deux tiers la jugent trop autoritaire.

Seuls les deux cinquièmes de ceux qui se considèrent comme des gauchistes modérés (environ 30 % des électeurs de gauche) déclarent vouloir voter pour un candidat de l’alliance électorale NUPES.

Avec l’alliance électorale du NUPES, la gauche revient incontestablement sur la scène politique ; reste à savoir s’il s’agit d’une étape sur le chemin du retour au pouvoir. Car malgré les données globalement positives des sondages, mais étant finalement sérieux quant aux victoires électorales, cela révèle une grave faiblesse structurelle de la nouvelle alliance de gauche – elle a du mal à lier toute la gauche modérée à elle-même. Sans cela, cependant, la gauche n’a pas pu obtenir la majorité.

Selon un sondage Ipsos, seuls 60 % des sympathisants du PS étaient d’accord pour une alliance électorale avec LFI. Cette exigence se reflète également dans les intentions de vote : seulement 58 % de ceux qui se déclarent proches du PS (toujours 7,5 % de l’électorat) et seulement deux cinquièmes de ceux qui se considèrent de gauche modérée (environ 30 % de l’électorat ). électeurs de gauche) ont déclaré vouloir voter pour un candidat de l’alliance électorale NUPES. Cependant, comme le souligne Gilles Finchelstein de la Fondation Jean Jaurès, en courtisant ces électeurs de gauche modérée, ce qui ne se reflète pas dans l’offre politique actuelle, il sera décidé si la gauche en France retrouvera le chemin du gouvernement. .

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.