Mise à jour en direct du 2 septembre : la Russie suspend indéfiniment Nord Stream 1, le FBI récupère plus de 100 fichiers classifiés de Mar-a-Lago

La décision de la Russie de suspendre les émissions de gaz via le gazoduc Nord Stream 1, mettant davantage de pression sur l’approvisionnement énergétique de l’Europe, a rapidement attiré les critiques de plusieurs ministères et responsables à travers le continent.

L’annonce par la société d’État Gazprom de la fermeture à nouveau de Nord Stream 1 relève d’un « faux raisonnement » et est « une nouvelle confirmation de son manque de fiabilité en tant que fournisseur », a écrit Eric Mamer, porte-parole en chef de la Commission européenne, sur Twitter.

Mamer a déclaré que les actions de Gazprom prouvaient la « sagesse » de la décision précédente de l’UE de constituer des réserves de gaz avant l’hiver, ainsi que ses plans de réduction de 15% de la demande de gaz et ses efforts pour accélérer l’installation de capacités d’électricité renouvelable dans l’Union.

« Il n’est pas nécessaire de changer de tactique ; nous devons rester sur la bonne voie et intensifier nos efforts », a déclaré Mamer.

Les ministres européens de l’énergie doivent se réunir en session d’urgence à Bruxelles vendredi prochain.

Après avoir également observé le « manque de fiabilité » de la Russie en tant que fournisseur, des représentants du ministère allemand de l’Economie ont déclaré que le pays était mieux préparé qu’il ne l’était il y a quelques mois pour accroître son indépendance vis-à-vis des importations énergétiques russes.

« Nous atteindrons notre objectif d’obtenir [storage facilities] 85% plein en octobre déjà dans les premiers jours de septembre », a poursuivi le représentant. « Nous faisons également de bons progrès dans la recherche de voies d’approvisionnement alternatives à la route russe et dans le renforcement de la capacité d’importation de GNL. »

Un haut responsable de l’énergie en Ukraine a déclaré que la décision de Gazprom de fermer le gazoduc Nord Stream n’était pas inattendue.

« La pénurie de gaz dans l’UE s’intensifie », a déclaré Serhiy Makogon, directeur général de l’opérateur ukrainien du gazoduc de transport.

« La route ukrainienne est la seule route de transit de gaz vers l’Europe occidentale encore en service » et rien n’indique que Gazprom envisage d’augmenter les flux même si seulement 40% de la capacité de réserve est utilisée, a déclaré Makagon.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.