L’aide américaine à l’Ukraine .. L’Europe annule l’interdiction totale du pétrole russe

La Chambre des représentants des États-Unis a voté en faveur d’un projet de loi qui fournirait 13,6 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine confrontée à une attaque russe, ainsi que 1,5 billion de dollars de dépenses pour financer les programmes du gouvernement américain jusqu’au 30 septembre.

La Chambre a approuvé les dépenses bipartites et a renvoyé le projet de loi au Sénat, qui prévoit d’agir avant la date limite de minuit vendredi, lorsque le financement actuel du gouvernement expirera.

L’aide destinée à l’Ukraine vise à renforcer son armée dans ses combats contre les forces russes et à fournir un soutien humanitaire à ses citoyens, dont quelque 1,5 million de réfugiés déjà à l’étranger.

Dans ce contexte, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a indiqué que l’aide de 13,6 milliards de dollars n’est probablement qu’une petite partie d’un effort beaucoup plus important.

« Nous devons tous faire plus » pour aider l’Ukraine dans les semaines ou les mois à venir et à plus long terme pour aider à la reconstruction, a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une conférence de presse hebdomadaire.

Il fait principalement référence aux États-Unis et à leurs partenaires de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

« Nous continuerons à soutenir le brave peuple ukrainien qui s’est battu pour son pays », a déclaré le président américain Joe Biden sur Twitter.

Interdiction d’importer du pétrole en Russie

En réponse à son attaque contre l’Ukraine, la Chambre des représentants, avec 414 voix contre 17, a également adopté une loi interdisant les importations de pétrole et d’autres ressources énergétiques en provenance de Russie. Quinze républicains et démocrates se sont opposés à la mesure.

Cela survient après que Biden a utilisé ses pouvoirs exécutifs mardi pour faire appliquer l’interdiction.

La loi de la Chambre appelle également à un examen de la participation de la Russie à plusieurs programmes commerciaux internationaux, tels que l’Organisation mondiale du commerce.

Le plan de dépenses comprend 730 milliards de dollars de financement non militaire et 782 milliards de dollars pour l’armée américaine.

L’Europe exclut une interdiction totale du pétrole russe

En échange de l’interdiction américaine, la ministre française de la Transformation environnementale Barbara Pompele, dont le pays est actuellement président tournant de l’Union européenne, a annoncé mercredi lors d’une visite à New York que le bloc des 27 nations ne pourrait pas imposer une interdiction totale de leurs importations. Pétrole et gaz russes, tout comme les États-Unis.

Alors que Washington et Londres ont décidé d’arrêter les importations de gaz et de pétrole russes, le premier immédiatement et le second d’ici la fin de l’année, l’Union européenne, qui dépend plus qu’eux des sources énergétiques russes, n’est pas prête à suivre leur exemple. , mais a néanmoins décidé d’agir en réduisant des deux tiers les achats de gaz russe cette année.

Lors d’une visite au siège de l’ONU à New York, Bombeli a déclaré aux journalistes que 27 pays prendraient « des mesures très strictes. D’ici à la fin de l’année (devrions-nous) réussir à éliminer les deux tiers de nos importations » en provenance de Russie. gaz.

Bombelli rencontrera jeudi à Washington la secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm.

« Le président (américain) Joe Biden lui-même a déclaré que la situation aux États-Unis et en Europe était incomparable, et qu’il n’avait pas l’intention de nous demander de prendre une décision similaire », a déclaré le ministre français.

Huile russe

Le pétrole russe ne représente que 8 % des importations américaines d’or noir, tandis que le gaz russe n’est pas du tout importé par les États-Unis.

En revanche, l’Union européenne importe de la Russie 45 % de ses achats de gaz et de charbon, et 25 % de ses achats de pétrole.

Afin de réduire la dépendance énergétique de l’Europe vis-à-vis de la Russie sans pour autant nuire aux économies de ses pays, Bruxelles a proposé à 27 pays de diversifier leur approvisionnement, d’augmenter leurs réserves et de rationaliser leur consommation d’énergie.

Mardi, le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire a confirmé que l’Europe avait une « solution pour devenir indépendante du gaz russe », notant vouloir « accélérer les travaux » pour pouvoir « affronter les défis de l’hiver 2022-2023 ». ”

Lors d’un déplacement en Normandie, le ministre français a évoqué une série de solutions européennes pour faire face au « choc gazier » lié au conflit russe et à ses conséquences sur l’économie du continent, soulignant que les prix du gaz seraient « gelés » jusqu’à la fin de l’année. cette année pour les consommateurs en France.

La semaine dernière, l’Agence internationale de l’énergie a confirmé que l’Europe pourrait réduire les importations de gaz russe de plus d’un tiers d’ici un an, et l’agence a annoncé un plan en dix points pour réduire la dépendance de l’UE au gaz russe.

Plus tôt cette semaine, la Russie a averti que les prix du pétrole pourraient dépasser 300 dollars le baril si les États-Unis et l’Union européenne interdisaient les importations de brut.

Le vice-Premier ministre russe en charge du dossier énergétique, Alexander Novak, a souligné qu' »il est très clair que refuser d’acheter du pétrole russe entraînera des conséquences désastreuses pour les marchés mondiaux ».

« guerre économique »

Mercredi, les 27 pays de l’Union européenne ont décidé d’imposer de nouvelles sanctions à Moscou et Minsk après les attentats contre l’Ukraine, notamment le licenciement de trois banques biélorusses du système de transfert de fonds « SWIFT », et l’ajout de 14 oligarques et 146 membres. Conseil syndical à sa liste noire.

Le Royaume-Uni a également révélé de nouvelles sanctions dans le secteur de l’aviation qui lui donnent le pouvoir de saisir tout avion russe et d’interdire l’exportation de produits aéronautiques et spatiaux vers la Russie.

En revanche, le Kremlin a dénoncé la « guerre économique » menée par les États-Unis contre la Russie, et la Russie a déclaré qu’elle préparait une large réponse aux sanctions qui serait rapide et efficace et toucherait les secteurs les plus importants.

Deux semaines après le début de l’opération militaire lancée par Moscou le 24 février, l’impact des sanctions occidentales se fait de plus en plus visible en Russie, où les entreprises annoncent, les unes après les autres, leurs retraits ou boycotts.

Et la dernière de ces entreprises sont les deux géants du jeu vidéo japonais « Sony » et « Nintendo », qui ont décidé de suspendre leurs livraisons vers la Russie.

D’autres grands groupes, dont McDonald’s, Coca-Cola, Ikea, Adidas et Chanel, ont temporairement suspendu leurs activités en Russie, tandis que Microsoft a suspendu les « nouvelles ventes » de ses produits dans ce pays.

Apple a cessé de vendre ses téléphones et tablettes en Russie, tandis que des plateformes comme Twitter, Facebook, Google et YouTube ont interdit les publications des médias russes en Europe.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.