La nouvelle alliance de gauche française toujours indécise sur la défense de l’OTAN et de l’UE – EURACTIV.fr

Les partis de gauche français sont toujours en désaccord sur leur positionnement dans l’OTAN, malgré la formation récente d’une alliance (NUPES) avant les élections législatives de juin.

Après que le parlement finlandais a approuvé mardi 17 mai à une écrasante majorité la demande d’adhésion du pays à l’OTAN, le président français Emmanuel Macron mentionné il « salue et soutient » la décision.

Mais selon le directeur de campagne Jean-Luc Mélenchon pour les législatives de juin, l’eurodéputé radical de gauche Manuel Bompard, l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan « n’est pas une bonne solution », mais leur besoin de protection est « compréhensible ».

Il dit « comprendre » que « dans la situation internationale actuelle » certains pays se sentent plus protégés en étant dans l’alliance atlantique qu’en dehors.

En guise d’alternative, et pour faire face aux préoccupations sécuritaires, La France Insoumise de gauche a proposé d’organiser « une conférence sous l’égide de l’OCDE pour s’assurer que la question des conflits territoriaux soit soulevée », a déclaré Bompard.

La question de l’adhésion à l’OTAN est l’un des points de désaccord fondamentaux entre les différents partis de gauche qui se sont alliés dans la « Nouvelle Union populaire écologique et sociale ».

Les Verts, par exemple, ont toujours été très critiques vis-à-vis de la position de Mélenchon face à l’Alliance atlantique.

Pendant la campagne présidentielle, le secrétaire national européen Ecologie Les Verts Julien Bayou Excusez-moi le concept de « non-alignement » entre le bloc occidental et la Russie promu par la gauche radicale.

Depuis que les deux formations de gauche se sont alliées, la question de l’OTAN semble en suspens. La sénatrice verte Mélanie Vogel rappel dans la semaine que « la NUPES ne propose pas de quitter l’OTAN ». Cependant, Bombard semble suggérer le contraire.

Les Verts soutiennent l’idée d’une union européenne de la défense, qui avait d’ailleurs été proposée par Macron lors du sommet de Versailles en mars dernier, mais pas question de laisser l’alliance atlantique dans leur pays. Programme 2022.

Dans affaire conclue il y a deux semaines entre les Verts et l’Insoumi, la volonté « d’engager une coopération altermondialiste pour agir pour un monde respectueux des droits de l’homme, de la démocratie et de la lutte contre le changement climatique » était évoquée, sans évoquer les politiques de défense de l’OTAN ou de l’UE.

Le Parti socialiste, qui fait également partie d’une coalition de gauche, a toujours promu le maintien de l’adhésion de la France à l’OTAN. S’opposant à l’accord avec la gauche radicale mais ne voulant pas l’empêcher, la candidate présidentielle du Parti socialiste Anne Hidalgo Excusez-moi qu’il « ne fournit pas les assurances nécessaires sur des questions importantes telles que l’OTAN et la défense de l’Europe ».

Le programme de la Gauche unie devrait être présenté dans les prochains jours et pourrait apporter un éclairage à ce sujet.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.