La gauche est enfin en action – en France. Attention, Macron et Le Pen | Cole Stanley

Few pensait que ce jour viendrait, mais un tremblement de terre ébranlerait la politique française. En vue des élections législatives du mois prochain, les principaux partis de gauche français ont décidé d’unir leurs forces, avec Europe Ecologie-les Verts (EELV), le Parti socialiste (PS) et le Parti communiste français (PCF) réunis autour de la gauche populiste Jean- Luc Mélenchon. . La France Insoumise (LFI) et fédérer autour d’un ensemble de candidats.

Dans le système semi-présidentiel français, les élections législatives sont souvent ignorées, mais elles jouent un rôle décisif pour déterminer dans quelle mesure l’agenda du président peut être réalisé. Sans majorité à l’Assemblée nationale, le président est contraint de partager le pouvoir avec le Premier ministre et son cabinet rival – une situation connue sous le nom de « cohabitation ». C’est arrivé trois fois auparavant, mais pas depuis 2002, lorsque les élections législatives ont été déplacées après l’élection présidentielle.

Cependant, la cohabitation est une possibilité réelle dans le paysage très instable d’aujourd’hui, avec sondage suggérer une nouvelle coalition unie – Nouvelle union populaire écologiste et sociale (Nupes) – en bonne voie pour gagner partie importante chaise. Même s’il ne parvient pas à obtenir une majorité absolue et à former son propre gouvernement, le bloc de gauche nouvellement habilité au parlement pourrait causer des maux de tête au président Emmanuel Macron, alors qu’il entame son deuxième mandat à l’Elysée.

Parvenir à un accord n’a pas été facile et des tensions subsistent, mais le pacte d’unité a été motivé par un mélange d’engagements idéologiques partagés, d’intérêts acquis et d’une volonté de compromis. Avant l’élection présidentielle, chaque membre de la coalition se battait pour une place de choix au sein de la législature. Mais vint ensuite la solide performance de Mélenchon au premier tour de l’élection présidentielle, battant presque Marine Le Pen pour accéder au tour final. Tous les doutes persistants sur le centre de gravité gauche de la France ont été levés.

Alors que La France Insoumise a obtenu 22 % des suffrages au premier tour, les candidats des Verts, des Communistes et des Socialistes ont obtenu chacun moins de 5 % – un résultat insatisfaisant qui ne peut être dissimulé et qui a aussi pour effet de les priver d’un public généreux. . . subvention. Les électeurs se sont prononcés et préfèrent la ligne de Mélenchon : des dépenses publiques énormes pour faire face à la crise climatique ; redistribution des richesses et protection des travailleurs; une réponse sans vergogne à la montée du racisme et de la xénophobie ; volonté de contourner les règles de l’UE si elles empêchent la mise en œuvre de telles politiques.

Peu après le second tour, La France Insoumise a lancé une invitation à négocier dans le cadre de ce programme – et l’offre a été acceptée. Si le parti de Mélenchon est resté aux commandes, il s’est également montré prêt à faire des concessions : il fournirait une majorité des candidats de la coalition, mais les trois autres partis s’étaient vu attribuer des parts de la lucrative circonscription législative, les amenant à remporter au moins 15 sièges. chacun et forment leur groupe parlementaire.

Les déclarations intra-parti contiennent également un langage de compromis. Pour apaiser les europhiles du Légume vert et Socialiste, LFI a souligné ses liens forts avec l’Union européenne et la zone euro ; tandis que les deux parties ont souligné qu’elles étaient prêtes à contourner certaines règles de l’UE – en particulier celles qui limitent les dépenses publiques.

Le frottement demeure. Certains des gardiens de longue date du socialiste étaient en colère contre l’accord, y compris l’ancien président François Hollande, qui l’a vu? comme une trahison de son héritage. Certains socialistes devrait courir n’ont pas reçu l’approbation formelle de la coalition ou peuvent même ne pas en vouloir. Que Les communistes se sont disputés avec La France Insoumise sur certains sièges de la périphérie lyonnaise. Les critiques ont des droits Afficher le manque de candidats ressemblant à la classe ouvrière et aux électeurs immigrés qui a failli placer Mélenchon au second tour le mois dernier. Cependant, l’accord devrait durer au moins jusqu’aux élections de juin.

Alors que les sondages montrent La plupart Les électeurs de gauche qui s’identifient comme soutenant l’accord ont également déclenché une réaction excessive prévisible de la part des experts et des rivaux politiques. Le Pen a prévenu elle conduirait en prison les abolitionnistes, les anarchistes « pro-burkini » font des ravages à l’Assemblée nationale, tandis que Macron et ses alliés a peint une coalition comme une cabale opportuniste dirigée par un dalang « d’extrême gauche » inapte à gouverner.

La plupart des programmes du Nupes sont en effet assez simples – augmenter le salaire minimum, abaisser l’âge de la retraite et investir dans les services publics sont loin d’être des propositions révolutionnaires – mais ce n’est pas l’essentiel.

Ce qui risque davantage de décevoir le président et ses rivaux d’extrême droite, c’est la clarification politique en cours. L’émergence d’un bloc électoral fort centré sur La France Insoumise – une coalition engagée dans la redistribution des richesses et la défense des minorités ethniques et religieuses – trahirait un mythe qui a servi à la fois Macron et Le Pen ces dernières années. Cela détruirait l’illusion que leur bastion politique était les deux seules options proposées («progressive» versus « nationaliste » ou « populiste » chez Macron ; ou alors « patriote» versus « mondialiste » dans le langage d’extrême droite).

On a vu depuis longtemps que la grande majorité des électeurs français – des millions de jeunes, majoritairement issus de la classe ouvrière et une classe moyenne largement progressiste – ne rentrent pas dans les limites étroites de ce débat. Maintenant, ces électeurs ont enfin une coalition sérieuse pour les représenter et prendre le pouvoir.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.