La France suspend les travaux de l’exposition de Paris en Russie

Londres : Alors qu’ils collectaient des fonds pour la chirurgie oculaire au Yémen, des étudiants arabes de sept universités se sont réunis à Londres pour la première fois en deux ans pour célébrer leur patrimoine et leur diversité culturelle.

«Nous avons des communautés fortes dans de nombreuses universités et collèges de Londres en dehors de nous, cela montre donc que nous sommes unis quelle que soit la politique, quelle que soit la religion, car nous partageons notre amour pour notre culture et notre pays. « Le plus important », a déclaré la reine Aya Magdy El-Hanafi, coprésidente de l’Association arabe Maryam, à Arab News.

Le pionnier des sciences de l’environnement âgé de 20 ans, d’origine égypto-tunisienne, a déclaré que l’événement était ouvert aux non-Arabes et aux personnes d’horizons différents.

« Nous ne le gardons pas pour nous », a-t-il ajouté. Nous voulons que tout le monde partage notre culture et l’aime comme nous l’aimons.

Lui, originaire de Londres, a déclaré qu’il voulait se sentir plus proche de son héritage et qu’il était « surpris et ravi » de voir des étudiants arabes « aller en Angleterre » pour partager leur culture avec des aborigènes nés et élevés en Grande-Bretagne.

Les étudiants ont apprécié une soirée avec des comédiens, des groupes folkloriques traditionnels marocains et des DJ. (Communauté arabe QMUL/Contribution)

Environ 400 étudiants de l’Arabie saoudite à l’Algérie, avec différents dialectes, représentent le prestigieux Porchester Hall au centre de Londres avec des races et des origines diverses.

L’événement intercollégial annuel est parrainé par London Arabia, une organisation à but non lucratif qui vise à renforcer les liens culturels entre Londres et le monde arabe. Il s’agit notamment de la communauté arabe de Queen Mary, du King’s College, de l’University College London, de la London School of Economics, de Westminster, de Kingston et de la City University.

Le football arabe cette année est encore plus grand, selon Younes El-Azri, organisateur et vice-président de l’Association arabe QMUL, qui rassemble plus de personnes et de communautés en fonction de leurs événements publics, caritatifs et éducatifs. La communauté moyen-orientale se rassemble dans la capitale britannique.

Pour la première fois cette année, nous gérons l’organisation en tant qu’organisation à but non lucratif, et tous les bénéfices de cette année sont reversés à la fondation caritative UCAN (Unity of North African Communities). Chirurgie de la cataracte au Yémen a déclaré Lasri, 21 ans, un étudiant marocain en génie mécanique.

Selon Shirin Shirin Shirdi, une Kurde marocaine de 20 ans, officier de football arabe à Queen Mary, bien que la plupart des étudiants présents à l’événement soient nés à Londres, je suis fier de voir beaucoup de ceux qui viennent de l’étranger, en particulier des femmes arabes en robe. . Dans des robes lumineuses, des tenues traditionnelles et des costumes colorés élégants.

« La majorité des membres de notre communauté depuis Queen Mary sont des femmes, et des événements comme celui-ci donnent souvent aux gens l’occasion de porter de nouveaux vêtements et de rencontrer de nouvelles personnes », explique Serati, qui étudie les relations internationales.

Des choses comme ça n’arrivent pas très souvent, et c’est très difficile de garder autant d’Arabes dans une même pièce. Mais c’est agréable de voir tout le monde dans le centre de Londres excité, chantant des chansons arabes, dansant sur de la musique arabe et appréciant la nourriture arabe. « Nous sommes très heureux de pouvoir organiser un événement comme celui-ci », a déclaré Fares El-Sayed, 21 ans, d’Egypte.

(à gauche) Fares Al-Sayyad, Hassan Yassin Bushnaq, Aisha Qazi, Sherine Sardi, Younes Al-Asri et Aya Majdi Al-Hanafi. (Photo/Sarah’s Club)

L’étudiant en dentisterie de quatrième année dit qu’il est important d’unir les Arabes afin qu’ils puissent profiter d’une cuisine délicieuse pour eux-mêmes, mais aussi se souvenir de leur culture et de leurs origines et soutenir le peuple yéménite.

Aisha Khadi, 20 ans, étudiante en psychologie d’Arabie saoudite, a déclaré que l’événement avait donné à des centaines d’étudiants arabes une « opportunité incroyable » de voir loin de chez eux.

« Même si vous venez au Royaume-Uni, vous ne pouvez pas voir beaucoup d’Arabes dans la communauté, donc dans cet événement, amener tous les Arabes, pas seulement d’une université, dans une autre université nous a donné cette intimité, et nous l’avons ressentie. . . Gadi, membre du Comité arabe du football, a déclaré.

L’Érythréen Hassan Yassin Bushnaq, 20 ans, coprésident de l’Association arabe QMUL, a déclaré que la charité est un aspect important non seulement de la culture arabe mais aussi de l’islam, donc collecter des fonds pour une bonne cause est « nécessaire ».

Bien qu’il ne soit pas arabe, les parents de Bushnak ont ​​​​été élevés en Arabie saoudite. Il est attiré par la culture arabe et veut montrer aux gens qu’il l’embrasse.

« Il y a un peu de stigmatisation contre la communauté arabe, et je voulais montrer qu’il y a de meilleurs domaines de la culture arabe, quelqu’un l’accepte et le montre », a déclaré l’étudiant en biologie.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.