La France s’inquiète du sort du président ukrainien et se tient prête à apporter son aide si besoin

La France s’inquiète du sort du président ukrainien et se tient prête à apporter son aide si besoin

Paris soutient la sortie de la Russie du système financier « Swift », et Le Drian met en garde contre les projets de Poutine en Moldavie et en Géorgie


Samedi – 25 Rajab 1443 H – 26 Février 2022 AD Edition No. [
15796]


Le président ukrainien s’adresse aux citoyens hier à Kiev (AFP)

Paris : Michel Abou Negm

La principale question qui préoccupe les autorités françaises, ainsi que d’autres dans le camp ouest-atlantique-européen, tourne autour de la découverte de la vérité sur les plans que le président russe veut mettre en œuvre en Ukraine et peut-être ailleurs. Avec l’arrivée rapide des troupes russes dans la capitale, Kiev, après moins de deux jours de combats, et le danger d’être assiégé, Paris semble préoccupé par le sort du président Vladimir Zelensky, qui ne cesse de vanter son « calme » et son attitude. . capacité à faire face aux événements dramatiques qui se déroulent dans leur pays. Hier, dans une interview à la presse, le ministre français des Affaires étrangères a rapidement tiré la sonnette d’alarme, devenant le premier responsable occidental à exprimer publiquement de sérieuses inquiétudes sur ce qui attend Zelensky. Alors que Vladimir Poutine a réitéré hier (et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov également) sa détermination à chasser Zelensky du pouvoir et à pousser les « nazis » de l’actuel gouvernement ukrainien devant la justice pour qu’ils soient tenus responsables de leurs crimes, Jean-Yves Le Drian a réitéré à la radio France Inter hier matin que « la sécurité de Zelensky est un élément. C’est fondamental dans ce qui s’est passé aujourd’hui ».
Le ministre français a ajouté : « Nous sommes aujourd’hui en mesure de l’aider si nécessaire, et nous prendrons les mesures nécessaires » à cet effet. Mais Le Drian refuse d’aller plus loin, notamment s’il a l’intention d’éloigner le président ukrainien de Kiev ou d’Ukraine avec une opération dans un autre pays. Mais en tout cas, ses propos montrent que les Occidentaux considèrent la bataille actuelle entre les troupes russes comme une fatalité, et qu’il faut donc se tourner vers l’avenir. Le cercle français s’arrête sur deux éléments nouveaux qui indiqueront le sens des événements qui vont se dérouler dans les prochains jours : le premier est qu’un haut conseiller du président Zelensky s’est déclaré prêt à discuter de la question de la « neutralité » de l’Ukraine à condition de garantir des garanties de sécurité lui sont donnés. , et le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, ont immédiatement examiné la proposition de l’Ukraine : « C’est un pas dans la bonne direction et nous devons l’étudier ». Plus important encore, a-t-il ajouté, Poutine « est prêt à envoyer une délégation à Minsk pour négocier avec la délégation ukrainienne ». Le deuxième élément est l’appel de Lavrov aux forces armées ukrainiennes de « rendre leurs armes », et alors la Russie sera « prête à tout moment à négocier ». Cet appel intervient dans le contexte d’une incitation des militaires ukrainiens à les diriger, alors que Poutine lui-même les exhortait à « prendre le pouvoir » et à se débarrasser de Zelensky.
Dans le contexte d’un changement radical des performances de la France, la France a adopté le principe d’un durcissement des sanctions contre la Russie, notamment en lien avec son expulsion du système financier international et la privation du système financier « Swift », qui facilite les transactions financières internationales. , a émergé, que les dirigeants occidentaux n’ont pas réussi à rencontrer lors de leur réunion hier soir à Bruxelles lors du Consensus autour de cela en raison de l’opposition de plusieurs pays, dont l’Allemagne, le « plus gros client de gaz » de la Russie, et l’Autriche-Hongrie. Hier, après une réunion des ministres des Finances de l’UE, le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire a déclaré que la France cherchait à « punir la Russie » en la retirant du système « SWIFT », ajoutant que « certains pays sont contre cela et la France n’en fait pas partie ». . » Le Maire a ajouté que l’Europe « veut imposer l’isolement financier à la Russie » et veut drainer le financement de l’économie russe, et leur objectif est de « l’atteindre », mais quelque chose comme ça « prend le temps qu’il faut ». De plus, la France, dont le président a été proactif dans la négociation d’accords avec Poutine et l’a rappelé mercredi soir après avoir consulté Zelensky, a décidé d’apporter 300 millions d’euros dans le cadre de l’aide européenne attendue (1,2 milliard d’euros), et a également commencé à se conformer avec la position déclarée la plus stricte, y compris son acceptation du principe d’imposer des sanctions au président russe lui-même en cas de gel de ses avoirs dans les pays européens, ainsi qu’à Lavrov et d’autres hauts responsables russes. On ne sait pas si cette décision comprend, comme d’habitude, l’interdiction à ces fonctionnaires d’entrer dans l’Union européenne.
Le fait est que Paris se méfie de ce que veut Moscou. C’est parce que Le Drian a lancé une série d’épithètes et d’accusations contre le président russe, qu’il a décrit comme « déclenchant la guerre » en Europe et voulant « réécrire l’histoire » et chercher à restaurer la gloire de l’ancien Empire russe et à démontrer sa puissance. dans tous les sens… Surtout, il a pris le dossier du Donbass « à savoir, le statut de deux républiques séparatistes ». « La raison d’attaquer l’Ukraine », alors que le véritable objectif est « de perdre l’Ukraine, ce qui signifie qu’il poursuivra son attaque ». Le Drian a averti que Poutine pourrait être disposé à étendre les plans russes actuellement mis en œuvre en Ukraine à la Moldavie et à la Géorgie, qui abritent toutes deux des minorités russes et des zones échappant au contrôle de l’État central. Le Drian a par avance blâmé la Russie pour la catastrophe nucléaire qui pourrait survenir sur le site de Tchernobyl. occupé par les forces russes dans le nord de l’Ukraine. Selon Le Drian, l’AIEA  » suit de près la situation à Tchernobyl.  » Il convient de noter que Tchernobyl a été la cause de la pire catastrophe nucléaire connue au monde en 1986. En conséquence , le message de Macron au Sénat et au Conseil Le représentant du peuple, lu hier, a déclaré que Paris « ne laissera rien pour aider » l’Ukraine, ajoutant que la tâche tridimensionnelle de la France est d’abord de faire respecter les principes. la sécurité et la stabilité et de punir toutes ses violations. Deuxièmement, que nous travaillions pour fournir soli solidarité et soutien aux autorités ukrainiennes, notamment en leur fournissant les armes défensives dont elles ont besoin « ce qui est un changement fondamental compte tenu de ce qu’était la politique française jusqu’à il y a quelques jours. Et troisièmement, sauvegarder l’unité de l’Europe et de ses alliés « atlantiques » pour protéger la souveraineté et la sécurité des démocraties occidentales, bloquer les ingérences étrangères et les protéger des cyberattaques… Cependant, Macron estime que la guerre d’Ukraine était une « grande guerre, un tournant géopolitique et historique dans le monde du « XXIe siècle » pour avoir donné naissance aux germes du retour des conflits frontaliers et du retour du même royaume. Macron ne cache pas que la crise actuelle a un impact sur l’intérieur de la France, assurant ses citoyens que le gouvernement prendra les mesures nécessaires pour les protéger. Macron a déclaré qu’il faisait tout ce qu’il pouvait pour sauver l’Europe de la guerre par le dialogue et une solution diplomatique, et que la France et l’Allemagne avaient fait des propositions « sérieuses », mais elles n’ont abouti à rien.
Hier soir, des sources de l’Elysée ont rapporté que le conseiller diplomatique du président Macron, l’ambassadeur Emmanuel Bonn, s’était entretenu avec le ministre chinois des Affaires étrangères et conseiller d’Etat aux Affaires étrangères Wang Yi au sujet de l’agression de la Russie en Ukraine et lui avait expliqué les efforts de la France et les prochaines sanctions européennes. . imposée à la Russie, exigeant que « la Russie y mette fin immédiatement ». pour ses opérations militaires. En revanche, la réponse de la Chine n’a pas été aussi bonne, car les responsables chinois, selon l’Elysée, « ont souligné l’importance de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale des pays, dont l’Ukraine, et que les conflits doivent être apaisés, éviter l’escalade, mettre un terme aux pertes civiles et retour à la table des négociations. » . »


La France

Ukraine

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.