La France .. lance une nouvelle plateforme pour lutter contre l’islamophobie

Paris / Esra Taşakın / Anatolie

Rafiq Shekat, fondateur de la plateforme « Islamophobie » :
La plateforme était le résultat de la question « Que pouvons-nous faire pour lutter contre l’islamophobie ?
Le terme « islamophobie » fait débat en France sans même une définition.
– « Nous discuterons de l’impact de l’islamophobie sur les musulmans et leur vie quotidienne, en plus de ses aspects politiques, économiques et sociaux. »

Le citoyen français d’origine algérienne a fondé « Rafik Shekat », une plateforme en ligne pour confronter l’islamophobie, combattre ses manifestations de manière plus efficace et en discuter.

Dans une interview accordée à l’agence Anadolu, Shakat, diplômé du Département de politique, de droit et de philosophie, a parlé de la plateforme qu’il a qualifiée d' »islamophobie » et de ses objectifs.

Schkatt a déclaré que le débat se poursuivait depuis des années en France sur l’utilisation du terme « islamophobie » sans même une définition.

Il a expliqué que même si les musulmans du pays sont victimes d’insultes et de comportements offensants, le terme « islamophobie » est toujours rejeté par de nombreuses institutions officielles, les médias et la politique, et cette situation entrave les discussions et les discussions sur les définitions de l’islamophobie et de l’islamophobie. le comportement qu’il contient.

Lancement de la plateforme « Islamophobie »

Il a déclaré qu’à travers la plate-forme, ils visent à faciliter les moyens de lutter contre l’islamophobie.

A propos de l’idée de lancer la plateforme, Schkat a déclaré que c’était le résultat de la question « que pouvons-nous faire pour lutter contre l’islamophobie? »

Il a souligné qu’en 2019, après une attaque contre une mosquée à Bayonne, dans le sud-ouest de la France, et les blessures de deux personnes lors de cette attaque, et une attaque verbale contre une femme voilée par un politicien d’extrême droite du Rassemblement national. lors d’une réunion du conseil régional de la région Bourgogne-Franch-Conte. Un ami lui a demandé sur les réseaux sociaux quelles mesures concrètes ils pouvaient prendre pour lutter contre l’islamophobie.

Il a souligné que la loi sur le « séparatisme islamique », dont le nom a été changé par la suite en raison d’une réaction indignée aux « principes promouvant les valeurs républicaines », était une loi qui visait les musulmans dès le départ, et qu’ils ont beaucoup fait pour la combattre, et pour c’est pourquoi ils ont lancé une plateforme islamophobe le 3 février. .

Il a noté que la plateforme mènera ses activités via Internet et présentera divers contenus tels que des vidéos, des podcasts et des documentaires pour atteindre différents segments d’abonnés, en plus de publier un magazine intitulé « Conditions » trois fois par an.

Pression politique sur les musulmans de France

Shakat a ajouté que la plateforme discutera de l’impact de l’islamophobie sur les musulmans et leur vie quotidienne, en plus de ses aspects politiques, économiques et sociaux, soulignant que la plateforme jouera un rôle important dans la compréhension de ce que souffrent les musulmans en France.

Il a déclaré que le contenu sur Internet concernant l’islamophobie est dispersé et désorganisé, et qu’ils visent à travers la plate-forme à collecter toutes les informations et données nécessaires pour lutter contre l’islamophobie en un seul endroit.

Il a expliqué qu’ils espèrent que la plateforme pourra vaincre l’islamophobie sous tous ses aspects, pour faciliter un moyen de résoudre ce problème, notant que lutter contre ce phénomène comme les « courses de fond » nécessite de la détermination et de la persévérance.

Il a déclaré que l’intégralité du contenu de la plateforme sera gratuite et accessible à tous – à l’exception des magazines – dans le but de lever les barrières pour quiconque souhaite s’intéresser au thème de la lutte contre l’islamophobie.

Il a poursuivi: La plateforme se concentrera davantage sur l’islamophobie en France, tandis que le magazine couvrira le phénomène de l’islamophobie à travers l’Europe et divers endroits dans le monde.

Shekat a souligné la nécessité de ne pas ignorer la dimension internationale de l’islamophobie, soulignant que toute personne hostile à l’islam et aux musulmans a toujours un message à transmettre à la communauté internationale.

Il a donné un exemple qu’il existe une pression politique sur les musulmans en Europe, en particulier en France, soulignant l’importance de l’initiative de tous les musulmans pour soulager cette pression.

Il a ajouté : « La pression sur les musulmans en France augmente, en particulier de la part des autorités. Il y avait un désir de faire taire leurs voix. Des initiatives personnelles comme cette plateforme faciliteront la lutte contre la situation. Ce qui est important pour nous, c’est de prouver que les musulmans de France ne se sont pas rendus ou n’ont pas renoncé. »

Les nouvelles publiées sur le site officiel de l’Agence Anadolu sont une abréviation de certaines des nouvelles présentées aux abonnés via le News Stream System (HAS). Pour vous inscrire à l’agence, veuillez contacter le lien suivant.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.