La France insiste sur la fin des pourparlers sur le nucléaire iranien cette semaine

Lundi, le ministère français des Affaires étrangères a souligné le « besoin urgent » d’une réunion des négociateurs à Vienne pour que les pourparlers sur le nucléaire iranien parviennent à un accord « cette semaine ». Un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré qu’il était « urgent de mettre fin aux pourparlers de cette semaine ».

Le négociateur nucléaire en chef de l’Iran, Ali Bagheri Kani, qui s’est rendu à Téhéran la semaine dernière pour consulter le projet final de l’accord, a tenu une réunion avec Enrique Mora, le coordinateur de l’Union européenne pour les pourparlers nucléaires avec l’Iran qui coordonne les pourparlers à Vienne. Deux sources proches des pourparlers à Vienne ont déclaré que l’Iran avait avancé de nouvelles exigences, tout en continuant d’insister sur les exigences actuelles, notamment l’annulation de la liste des Gardiens de la révolution iranienne de la liste américaine des organisations terroristes étrangères. L’une des sources a déclaré : « La position de l’Iran après la visite de Bagheri à Téhéran est devenue plus dure… Ils sont maintenant catégoriques sur la levée des sanctions contre les Gardiens de la révolution iraniens et veulent ouvrir les questions qui ont été convenues.

L’Iran a déclaré que les efforts pour relancer l’accord nucléaire de 2015 pourraient être couronnés de succès si les États-Unis prenaient la décision politique de se conformer aux exigences de Téhéran. C’est avec l’entrée des négociations il y a quelques mois, dans ce qu’un diplomate iranien a décrit comme une étape déterminante. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a souligné les problèmes restants, déclarant : ils concernent la mesure dans laquelle les sanctions sont levées, les assurances que les États-Unis ne se retireront plus de l’accord et la résolution des problèmes liés aux traces d’uranium qui ont été trouvées dans plusieurs pays. site antique mais non signalé en Iran.

Toutes les parties impliquées dans les pourparlers ont déclaré que des progrès avaient été réalisés pour rétablir un accord qui limitait les activités nucléaires de Téhéran en échange d’un allégement des sanctions, dont les États-Unis se sont retirés en 2018. Cependant, Téhéran et Washington ont indiqué que certaines différences majeures restaient à régler. . Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, a déclaré lors d’un point de presse hebdomadaire : « Il reste encore trois questions principales à résoudre. L’Amérique et les puissances européennes n’ont pas encore pris de décision politique sur ces grandes questions ».

La phase d’intervention des pourparlers sur le nucléaire intervient à un moment où la scène diplomatique mondiale connaît des tensions aiguës et croissantes sur fond d’invasion de l’Ukraine par la Russie. L’attaque, qui a débuté jeudi, a provoqué une grave crise entre les capitales qui jouent un rôle clé dans les pourparlers de Vienne, telles que Moscou, Washington, Paris, Londres et Berlin, suscitant des inquiétudes quant à l’impact de la crise diplomatique sur le déroulement des négociations. Cependant, Khatibzadeh a minimisé ces craintes, soulignant qu' »il n’y a aucun lien entre (les deux dossiers) sur le front diplomatique ». Il a ajouté : « Les différents dossiers sont suivis dans leur propre cadre, même entre pays dans des positions différentes ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.