La dynamique de changement d’accord s’accélère – EURACTIV.fr

Il arrive un moment où une modification d’un traité de l’UE ou quelque chose de similaire devient inévitable.

Après les référendums en France et aux Pays-Bas qui ont renversé le traité constitutionnel en 2005, il y a eu une pause, connue sous le nom de «période de réflexion», pendant laquelle les dirigeants ont réfléchi à ce qu’il fallait faire. Certains dirigeants veulent que le processus de réforme des traités meure tranquillement. Mais les partisans du traité l’ont maintenu, et au début de 2007, sous la présidence allemande, il y a eu une pression pour sauver la substance du texte en tant que traité d’amendement. Fin 2007, les négociations sur le traité de Lisbonne étaient conclues.

Il n’y a aucune impression que le processus de réforme sera si rapide cette fois-ci – les cicatrices des deux référendums irlandais sur le traité de Lisbonne ne se sont pas complètement estompées – mais l’élan pour la réforme se construit sans aucun doute.

Les dirigeants de l’Allemagne, de la France et de l’Italie, ainsi que la Commission européenne ont tous déclaré publiquement qu’ils soutenaient ou du moins sympathisaient avec l’ouverture d’un traité.

Pendant ce temps, le Parlement européen a maintenu sa réputation à la fois d’activiste et d’assemblée de campagne en préparant sa propre liste de souhaits ambitieuse pour les changements de traité. Les députés préparent une résolution suivant les recommandations de la future conférence européenne ainsi que leurs propres listes de courses.

Dans le premier projet, les revendications vont de la santé à la compétence conjointe ; l’union de l’énergie d’origine, supprimant les veto nationaux sur tout sauf les demandes d’adhésion à l’UE ; plein pouvoir de décision conjointe du Parlement sur le budget de l’UE ; et le droit originel des parlementaires d’initier des lois.

De manière significative, la liste de souhaits comprend également la création d’une « adhésion à une association » pour permettre aux pays européens « de trouver de nouveaux espaces de coopération politique dans les domaines de la sécurité, de la coopération énergétique, des transports, des investissements, des infrastructures et de la circulation des personnes ».

Cela semble presque identique au plan d’Emmanuel Macron, présenté plus tôt ce mois-ci, pour une « communauté politique européenne » pour unir les pays qui partagent les valeurs de l’Union européenne mais ne font pas partie du bloc. Ce projet suscitera l’intérêt de l’Ukraine pour le Royaume-Uni et pourrait relancer l’expansion en offrant une alternative viable à l’adhésion à part entière à l’UE.

Pendant ce temps, les réformateurs potentiels du traité pensent que la crise ne devrait pas être gaspillée, une idée qui a propulsé l’architecture de la gouvernance économique – pleine de renflouements mutuels – pour la zone euro il y a dix ans.

La crise ukrainienne a contraint la Suède et la Finlande à s’inscrire pour rejoindre l’OTAN et s’est concentrée à Bruxelles et dans toute la capitale nationale sur la nécessité pour l’UE d’avoir plus d’indépendance dans les politiques de défense et de sécurité et d’approvisionnement en gaz, ce que l’on appelle « l’autonomie stratégique ». discuté par la France et la Commission européenne il y a quelques années mais peu écoutent.

Les chances que tous ces souhaits soient exaucés par les dirigeants de l’UE d’ici un an ou deux sont minces. En particulier, il faut une réelle imagination pour croire que les États membres renonceront aux veto nationaux sur les politiques étrangère, de défense et de sécurité, même si les autres demandes ne sont pas trop farfelues. De même, la lettre signée par les 12 pays de l’UE signalant leur opposition à la décision «imprudente» de modifier l’accord marque une ligne claire dans le sable.

Des modifications de l’accord dans un proche avenir sont encore peu probables. Mais comme le savent les étudiants qui intègrent l’UE, plus l’élan s’accumule, plus il est difficile de résister.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.