Jean-Luc Godard, réalisateur français du film Nouvelle Vague, décède à 91 ans



Jean-Luc Godard, le réalisateur franco-suisse dont les films ont rompu avec les formes cinématographiques traditionnelles et cédé la place au mouvement cinématographique radical de la Nouvelle Vague des années 1960, est décédé, selon le quotidien français Le Monde. Il a 91 ans.

Godard a été reconnu en 1960 avec « A bout de souffle », qui a capturé la quête de liberté et de créativité de sa génération qui caractérisera plus tard le bouleversement social de cette décennie. Le film introduit une révolution esthétique avec de nouvelles techniques cinématographiques, l’utilisation de caméras portatives et des coupes sautées qui donnent aux spectateurs l’impression d’avancer dans le temps.

« C’est un film fait en réaction à tout ce qui n’a pas été fait », disait Godard dans une interview en 1960. « Presque pathologiquement, systématiquement. C’était une volonté de montrer que tout est permis.

Sa carrière s’étend sur plus d’un demi-siècle et devient de plus en plus politique, ce qui lui vaut une réputation de provocateur. Le travail de Godard, qui a influencé des réalisateurs hollywoodiens tels que Quentin Tarantino, Martin Scorsese et Robert Altman, comprend des essais, des documentaires et des films sur le cinéma lui-même, et son approche n’emploie pas un style narratif linéaire.


nouvelle commande

« Une histoire doit avoir un début, un milieu et une fin, mais il n’est pas nécessaire qu’elle soit dans cet ordre », a dit un jour Godard.

Elle a réalisé plus d’une douzaine de longs métrages de la Nouvelle Vague en français dans les années 1960, dont « A Woman Is a Woman », « The Little Soldier », « Contempt », « The Riflemen », « Band of Outsiders » et « Masculine Feminine ». . ”

L’œuvre de Godard prend une tournure plus sociologique à la fin des années 1960. En 1968, lui et le réalisateur Claude Lelouch parviennent à annuler le Festival de Cannes, en solidarité avec les étudiants et les ouvriers qui manifestent dans toute la France.

Cette année-là, Godard a embrassé le socialisme en fondant un collectif de cinéma marxiste appelé le groupe Dziga Vertov, du nom d’un réalisateur soviétique. Environ une demi-douzaine de films ont été réalisés avant la dissolution du collectif au début des années 1970.

« Jean-Luc Godard est l’un des penseurs les plus pointus sur les forces et les faiblesses du cinéma et l’un des plus exigeants là où il devrait être », a déclaré le magazine Les Cahiers du Cinéma dans un profil.


Premières années

Godard est né à Paris le 3 décembre 1930, deuxième de quatre enfants. Son père, Paul-Jean, a étudié la médecine en France avant de déménager la famille en Suisse, où il a trouvé du travail dans une clinique. Sa mère, Odile, est issue d’une riche famille de banquiers.

Godard a fréquenté l’école primaire de la ville suisse de Nyon et a passé son enfance à lire, skier, jouer au tennis et voyager entre les différents domaines de la famille, selon un profil New Yorker de 2000.

En 1949, il s’inscrit comme étudiant en ethnologie à la Sorbonne à Paris avant d’abandonner. À peu près à la même époque, il fréquente des ciné-clubs, comme la Cinémathèque, qui présente des films d’auteur axés sur le style individuel du réalisateur.

Adepte des films de gangsters et d’Alfred Hitchcock, Godard commence à travailler comme critique aux Cahiers du Cinéma en 1952. L’influent magazine culturel lui donne accès à des cinéastes qui deviendront plus tard des membres incontournables de la Nouvelle Vague, comme Jacques Rivette, François Truffaut et Eric Rohmer.


Premier film

En 1954, après que ses parents ont cessé de payer pour son train de vie à Paris, Godard décide de travailler sur un barrage en Suisse et de documenter ses expériences. C’était son expérience de tournage avec « Operation Concrete ».

Sa percée a eu lieu en 1960 avec « A bout de souffle », un blockbuster qui a vendu plus de 2 millions d’entrées en France lors de ses débuts. Le film met en vedette un criminel en fuite de 26 ans, interprété par Jean-Paul Belmondo, qui entretient une relation amoureuse avec une Américaine, interprétée par Jean Seberg.

« Il n’y avait pas de lumières, pas de cadres pour que nous puissions nous déplacer librement », a déclaré Belmondo dans une interview en 1961. « Si nous voulions jouer, nous le pouvions. Si nous voulons nous cacher, nous le pouvons. Le caméraman est prêt à tout. ”

En 1961, Godard épouse l’actrice franco-danoise Anna Karina. Elle est devenue son inspiration, jouant dans sept de ses films. Le couple se sépare en 1964. Trois ans plus tard, il épouse Anne Wiazemsky, petite-fille du romancier François Mauriac. Le mariage a pris fin après trois ans.


Projet vidéo

Après un accident de moto en 1971, Godard s’installe chez Anne-Marie Mieville, une photographe avec laquelle il a travaillé. Godard s’oriente vers la vidéo et ensemble ils montent un studio à Grenoble. Ils se retirent ensuite à Rolle en Suisse.

Dans les années 1980, Godard a commencé à travailler sur « Histoire(s) du cinéma », une histoire audio et visuelle du cinéma en huit parties. Il a été achevé en 1998.

« C’était un artiste multimédia pionnier qui, tout au long de sa carrière, a travaillé avec une variété de médias et de plateformes », a déclaré Michael Witt, auteur de « Jean-Luc Godard, historien du cinéma », dans un entretien téléphonique.

Godard a reçu un Oscar honorifique en 2010, mais n’a pas voyagé pour recevoir le prix.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.