« Je suis un skieur d’aigle » : rencontrez le skieur qui a ramené des oiseaux de l’extinction

Au-dessus de la station de ski française de Morzine se trouve un restaurant avec un secret caché.

Tout comme les nombreux chalets bordant les pistes, Aigle Lac Léman rempli de skieurs usés par l’hiver en train de déjeuner après une longue matinée sur le tarmac.

Mais au-delà de l’extérieur alpin du bâtiment, son charme rustique fait place à une volière bien équipée, abritant le vautour de l’Himalaya, un aigle impérial et une grande variété de hiboux en voie de disparition.

Chaque midi, les oiseaux présentent un spectacle spectaculaire au-dessus du sommet enneigé de la station, attirant des foules de skieurs des pistes environnantes – et sensibilisant à la conservation en cours de route.

« Je pensais avoir 11 ans quand j’ai eu mon premier rapace », sourit Jacques-Olivier Travers, le défenseur de l’environnement à l’origine du projet.

« Je suis tombé amoureux tout de suite, et à partir de ce moment de ma vie je me suis concentré sur les oiseaux : comment les comprendre, les élever, et un jour, les réintroduire dans les Alpes. »

De tirer des pintes à attraper des prédateurs

Jacques-Olivier Travers n’est pas étranger au spectaculaire.

Les experts de l’aigle ont fait voler des oiseaux dans le monde entier – du sommet du Burj Khalifa à Dubaï aux toits de St Paul’s au centre de Londres.

Ses vidéos d’aventure ont recueilli des milliers de vues en ligne – et ses projets actuels sont tout simplement incroyables.

Alors qu’on le trouve généralement en train de tirer des pintes derrière les bars des restaurants, le reste de la journée, il est sur les pistes – souvent avec un aigle volant au-dessus de sa tête.

« Je suis un skieur d’aigle », sourit Travers en prenant l’ascenseur jusqu’au sommet de l’une des plus hautes pistes de Morzine.

Sur son bras gauche se trouve un Fletcher – un pygargue à queue blanche et l’un des plus grands oiseaux de proie d’Europe.

« J’ai commencé à skier avec lui pour lui apprendre à voler dans les montagnes », a déclaré le rapace expert, qui s’occupe de Fletcher depuis huit ans.

« Maintenant, je le fais pour sensibiliser à la conservation de l’aigle. Quand ils ont vu Fletcher voler au-dessus de leurs têtes, ils se sont approchés de moi et m’ont posé tant de questions à son sujet : pourquoi est-il ici, qu’est-ce qu’on fait de lui ?

« C’est important pour nous de sensibiliser à la conservation, et c’est le meilleur ambassadeur que nous puissions avoir car tout le monde le connaît. »

C’est un peu étonnant pourquoi. Alors que Travers s’attaque à la pente parfaite de Morzine, Fletcher prend son envol, grimpant au-dessus des pentes de la station jardin d’hiver spécialement conçu – une zone de conservation située à 1 500 mètres d’altitude.

L’aigle à queue blanche a traversé une série de courants chauds, avant de revenir dans le bras de son maître en dessous.

Pendant un instant, le duo s’est déplacé à l’unisson, glissant devant un groupe de skieurs abasourdis échangeant des regards confus. C’est la première fois qu’un aigle est vu dans cette partie des Alpes depuis très longtemps.

Mais avant qu’ils ne puissent prendre une photo, Fletcher était reparti – cette fois, glissant à travers la canopée d’un pin voisin à la recherche d’une proie.

« Lorsque nous pouvons faire quelque chose pour aider la nature, il est très important de le faire », a déclaré Travers, en glissant pour s’arrêter au bas de la pente.

« Ces oiseaux ont vécu en France pendant 1 million d’années, et en un siècle on les a tous tués. Maintenant, je pense qu’il est de mon devoir de les laisser retourner dans la nature. »

130 ans sans aigle

Ce spectacle à flanc de pente peut sembler un peu amusant dans l’une des destinations de ski les plus populaires de France. Avec 12 stations interconnectées à portée de main, le domaine skiable des Portes du Soleil a quelque chose pour tout le monde – même ceux qui préfèrent s’en tenir à l’après-ski.

Restaurants, bars et boutiques restent la pierre angulaire de la liste croissante d’activités sans ski de la station. Mais à mesure que les parcs d’hiver gagnent en popularité, la région espère inclure le tourisme de nature sur sa liste d’excursions au bord des pistes.

« C’est juste un divertissement amusant pour les touristes en pleine journée de ski », explique Sara Burdon, de Office de Tourisme de Morzine.

« J’espère que cela créera une prise de conscience de l’environnement naturel qu’ils traversent et des créatures qui étaient ici bien avant nous et qui méritaient également leur place dans les montagnes. »

C’est le même sentiment qui anime Jacques-Olivier Travers dans sa quête de reconstruire aigles dans les Alpes françaises – une région sans oiseaux depuis 130 ans.

« Cette année, nous espérons réintroduire six pygargues à queue blanche près du lac Léman », a déclaré le défenseur de l’environnement.

« C’était le dernier endroit où ils vivaient en France, et dans les huit prochaines années, nous allons en réintroduire 80 autres. »

Cette mission n’est pas sans critiques. Les projets de reconstruction comme ceux-ci sont toujours contrecarrés avec difficulté – notamment parce qu’ils impliquent des prédateurs dans les zones agricoles populaires.

« Le principal problème est de comprendre les raisons de l’extinction des espèces en premier lieu », a déclaré le Dr Ruth Tingay, un écologiste des rapaces En Angleterre.

« Par exemple, si une espèce d’aigle a été exterminée d’une région ou d’un pays par la persécution parce que les habitants ne l’aiment pas, alors si vous ne pouvez pas changer l’attitude de ces personnes, les aigles qui sont réintroduits dans cette région seront simplement tués. .”

Pour Travers, ces questions sont au premier plan de son travail – des efforts pour amener les habitants et les touristes à aimer une espèce longtemps considérée comme une menace pour le bétail de la région.

« Quand ils ont vu l’aigle voler avec moi, les gens ont réalisé que ce n’était pas dangereux », a déclaré Travers.

« Tout le monde connaît Fletcher et tout le monde connaît ces oiseaux. C’est une belle histoire, et je sais à quel point il est important de raconter une histoire. »

Pour l’instant, les défenseurs de l’environnement des rapaces prévoient de relâcher six oiseaux entre le 15 juin et le 15 juillet 2022. Si le projet réussit, beaucoup d’autres seront relâchés. refait dans les années à venir – une perspective qui fit sourire joyeusement Travers.

« C’est ma passion », a-t-il déclaré en revenant derrière le bar.

« Je voulais toucher une nouvelle génération avec ces oiseaux incroyables. »

L’expérience aigle aux Aigles du Léman est à partir de 75 € par personne.

Regardez la vidéo ci-dessus pour voir l’homme skier avec l’aigle.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.