Iberdrola déploie des sous-stations pour des parcs éoliens offshore en France

L’énergéticien espagnol Iberdrola a installer la sous-station pour la centrale éolienne offshore de Saint-Brieuc de 500 MW en Bretagne, France.

La société affirme que la sous-station commencera à fonctionner l’année prochaine et sera le premier site majeur de la technologie en France.

Une fois opérationnelle, la sous-station de 3 400 t collectera l’énergie propre générée par les 62 éoliennes offshore installées sur le site de Saint-Brieuc.

L’installation offshore générera suffisamment d’énergie propre pour répondre aux besoins en électricité et en chauffage de 835 000 foyers et compensera près de 200 000 tonnes de dioxyde de carbone par an.

L’énergie renouvelable générée par le parc éolien sera transmise via un câble sous-marin de 90 km de long, qui sera installé par Iberdrola.

Emmanuel Rollin, responsable de l’offshore français Iberdrola, a déclaré : « Le département des Côtes d’Armor, mené par le parc éolien offshore de Saint-Brieuc, sera le principal contributeur aux énergies renouvelables en Bretagne, générant l’équivalent de 9 % du total de la région. électricité. consommation. »

La sous-station a été construite par une coentreprise (JV) de Smulders et Equans en Belgique.

Smulders est responsable de l’ingénierie et de la construction des fondations et des sous-stations, tandis qu’Equans est responsable de l’assemblage et sera en charge de la mise en service.

Iberdrola précise qu’en plus de l’installation de la sous-station, la construction du projet de Saint-Brieuc progresse avec l’installation d’une plate-forme éolienne offshore construite par le consortium Navantia-Windar.

Le projet a créé 1 250 emplois à Avilés et Fene à ce jour et devrait en générer au moins 2 750 au total.

Plus tôt ce mois-ci, la filiale Neoenergia Iberdrola a fait une offre gagnante lors d’une vente aux enchères de lignes de transmission au Brésil, acceptant deux des 13 lots proposés par l’Agence nationale de l’électricité du pays.

Un projet implique l’installation de 1 707 km de lignes de transmission entre Minas Gerais et São Paulo, tandis que le second projet fournira 291 km de lignes dans le Mato Grosso do Sul.

Entreprises liées

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.