Gregor Townsend déplore l’incapacité de l’Ecosse à saisir les opportunités après la défaite de la France

Gregor Townsend déplore l’incapacité de l’Ecosse à saisir les opportunités après la défaite de la France

L’improvisation du TEXT BOOK. Cela peut sembler une contradiction dans les termes, mais c’est ce que la France a produit samedi à BT Murrayfield alors qu’elle battait Écosse 36-17, renforçant leur statut de grands favoris pour le Championnat des Six Nations et mettant fin aux espoirs de l’équipe locale de remporter le titre.

Au mieux, l’Ecosse peut évoquer des moments brillants, mais rien de tel que l’excellence soutenue que les Français ont atteinte dans ce triomphe de six buts. Et, s’il est légitime d’accepter que cette équipe française est tout simplement supérieure à ses rivaux au moins à certains égards, ce qui est troublant d’un point de vue écossais, c’est que l’équipe de Gregor Townsend n’a pas été loin d’être la meilleure de ses trois matchs, jusqu’à présent. . . En fait, à en juger par le score de ce match, ils sont plus loin qu’ils ne l’ont jamais été cette saison.

Le manager a reconnu plus tard que la marge de défaite était irritante, mais a suggéré qu’elle était en partie causée par la nécessité de poursuivre le match en seconde période à peine à partir du moment où la France a marqué son quatrième essai et a pris la tête par 16 points. La conclusion générale de Townsend, cependant, était que l’ampleur de la perte était au mieux une préoccupation secondaire.

« Au cours des deux dernières années, nous avons gagné ou perdu des matchs avec des marges étroites », a-t-il déclaré. « C’est décevant de le perdre davantage. Pour être honnête, si on perd d’un point ou de 20 points, ça ne change pas grand-chose.

« Notre objectif est de gagner le match et pour gagner le match, nous devons saisir nos opportunités quand vous les obtenez et quand vous le faites, cela devient un jeu différent : les adversaires doivent faire quelque chose de différent. Nous n’avons pas eu nos occasions et la France a obtenu des essais des deux côtés de la mi-temps. Cela en a fait un match très difficile à gagner.

«Le score est probablement étiré alors que nous avons chassé les choses dans cette seconde mi-temps, le chassant parfois trop profondément. Je ne suis pas trop inquiet de la façon dont le score nous a échappé. C’est plus de s’assurer qu’on peut travailler pour gagner des matchs. »

L’Ecosse a fait exactement cela contre l’Angleterre mais a échoué à l’agonie à faire de même contre le Pays de Galles. Et même s’ils auraient pu marquer quelques essais de plus samedi pour ajouter aux deux qui comptaient, leurs adversaires semblaient toujours capables de marquer à nouveau quand cela comptait.

Si le premier but de Paul Willemse était le produit du génie individuel d’Antoine Dupont, le deuxième de Yoram Moefana était la synthèse parfaite de la démarche de toute l’équipe, Cyril Baille faisant preuve d’une prouesse artistique peu souvent associée à sa position en offrant tendrement au buteur.

Finn Russell a mené l’Écosse hors de la marque avec un penalty entre ces deux scores et a transformé l’essai de la recrue Rory Darge après une demi-heure pour combler l’écart à 10-12. Mais l’essai dans le temps de Gaël Fickou s’est ajouté puis deux minutes après la relance de Jonathan Danty il a réaffirmé la domination française. Puis a suivi un doublé de Damien Penaud alors que l’Ecosse semblait de plus en plus en manque d’idées, et alors que Duhan van der Merwe avait le dernier mot après une forte pause du remplaçant Blair Kinghorn, c’était trop peu trop tard.

L’Ecosse peut encore imiter les succès des deux dernières saisons et terminer avec trois victoires sur cinq matchs, mais pour ce faire, elle devra d’abord gagner à Rome puis à Dublin. S’ils peuvent gérer le premier match avec style, ils se rendront en Irlande avec l’espoir réaliste de terminer leur campagne avec des victoires consécutives. Mais la priorité avant de reprendre le jeu sera sûrement de savoir comment gérer le découragement causé par cette défaite, qui menace de transformer un autre Six Nations en celui qui a commencé avec beaucoup de promesses et se termine ensuite dans un sentiment de déflation trop familier.

« Nous entrons dans chaque ligue avec l’aspiration de gagner chaque match que nous jouons et d’être dans le coup au cours des deux dernières semaines », a ajouté Townsend. « Malgré le résultat de Cardiff, nous avions encore l’opportunité contre la France d’être dans le coup si nous gagnions mais nous ne l’avons pas fait. C’est maintenant aux autres équipes de concourir pour ce titre.

« Nous savons que c’est un énorme tournoi, les Six Nations, et nous avons deux matchs importants à améliorer et à montrer de quoi nous sommes capables. Mais il est décevant que nous ne soyons impliqués dans aucune course au titre car le tournoi durera les quinze derniers jours.

Nous savons que pour gagner en Italie, nous devons aligner notre meilleure équipe et réaliser nos meilleures performances. Ils seront extrêmement motivés par notre score et par la France qui recevra des buts de nos erreurs. Il faudra jouer beaucoup mieux la semaine prochaine pour gagner ce match. »

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.