François Gros (1925-2022)


Crédit : Sophie Bassouls/Sygma/Getty

Le biologiste moléculaire français François Gros était l’un des principaux groupes de chercheurs en Europe et aux États-Unis au milieu du XXe siècle qui a découvert comment l’ADN dans le noyau des cellules dirige la production d’enzymes et d’autres protéines dans le cytoplasme. En 1960, détaché au laboratoire de James Watson à l’Université de Harvard à Cambridge, Massachusetts, il isole un ARN intermédiaire instable essentiel à la production d’enzymes bactériennes. Les premiers à nommer cet « ARN messager » intermédiaire (ARNm) ont été les collègues de Gros à l’Institut Pasteur de Paris : François Jacob et Jacques Monod. Ils ont également démontré que l’ARN messager fournit une matrice pour la construction de séquences protéiques. Le vaccin à ARNm qui a joué un rôle important dans le contrôle de l’épidémie de coronavirus est un sous-produit du saut de compréhension qui a suivi cette découverte. Gros, décédé à l’âge de 96 ans, a passé le reste de sa carrière de chercheur à diriger des études en laboratoire sur la régulation de la synthèse des protéines.

Un profond sens des responsabilités impose également à Gros une lourde charge administrative. En tant qu’éminence grise auprès d’un président et de deux premiers ministres, il positionne la France comme un acteur majeur de la biologie moléculaire et des sciences du vivant. (Monod et Jacob, quant à eux, se sont partagé le prix Nobel en 1965 « pour leurs découvertes sur le contrôle génétique de la synthèse enzymatique et virale ».)

Gros est né à Paris. En tant que Juif en France occupée, il a commencé sa formation scientifique sous un faux papier à l’Université de Toulouse, en étudiant la botanique. Après la libération du pays en 1944, il revient à Paris et étudie la chimie et la physiologie à la Sorbonne, qui fait partie de l’Université de Paris. Déterminé à devenir chercheur, il frappe à la porte de tous les chefs de laboratoire de l’Institut Pasteur jusqu’à ce que l’un d’eux lui décroche un poste d’assistant.

Il a acquis des compétences en biologie cellulaire tout en étudiant les effets sur les bactéries de l’antibiotique pénicilline nouvellement caractérisé pour son doctorat. Lorsque son patron meurt subitement, Gros part travailler avec Monod sur l’induction enzymatique dans les bactéries. Francis Crick a publié son « dogme central » de biologie moléculaire (souvent déclaré comme « l’ADN fait que l’ARN fait des protéines ») en 1958. Monod et Jacob avaient discuté avec Crick et Sydney Brenner à Cambridge, en Angleterre, de l’idée que la « molécule X » pourrait être fait d’ARN, il doit y en avoir. En 1960, Monod envoie Gros à Harvard, tandis que Brenner et Jacob se rendent au California Institute of Technology de Pasadena pour travailler avec Matthew Meselson. Les deux équipes rencontrèrent le messager insaisissable via différentes routes presque simultanément. Avec approbation, leur article (avec neuf auteurs parmi eux) est publié dans le même numéro de Naturel (S. Brenner et coll. Naturel 190, 576–581 (1961); F. Big et coll. Naturel 190, 581–585 ; 1961).

En 1962, Gros fonde son propre laboratoire à la Sorbonne. Monod est devenu directeur de l’Institut Pasteur en 1971, mais a choisi de ne pas occuper la suite de laboratoire d’accompagnement. Gros est revenu, prenant en charge le laboratoire et déplaçant l’attention des bactéries vers les cellules de mammifères. Il a rempli l’espace avec une équipe de jeunes chercheurs qui ont cultivé des cellules précurseurs musculaires (myoblastes) et étudié le contrôle génétique de leur différenciation et la production de leurs protéines telles que l’actine et la myosine.

Toujours prêt à écouter et à conseiller, Gros était actuellement très occupé. L’ancien post-doctorant et collaborateur de longue date Robert Whalen se souvient que lui et d’autres chefs de projet avaient les mains beaucoup plus libres que leurs collègues plus hiérarchiques du laboratoire. « Tout ce que nous avions à faire était de penser à une expérience et de la faire – nous avions beaucoup de ressources et il n’y avait aucune excuse pour ne pas faire du bon travail », a déclaré Whalen. Les faits saillants comprennent la découverte de différents types d’actine et de myosine, et la recherche sur l’expression, la structure et la régulation des gènes musculaires.

L’année de son retour chez Pasteur, Gros accepte une chaire de biochimie au Collège de France à Paris, poste qu’il occupe pendant 23 ans. Là, il a dirigé un autre groupe de recherche. En 1976, il devient directeur de l’Institut Pasteur après la mort de Monod à l’âge de 66 ans.

En 1978, le président, Valéry Giscard-d’Estaing, charge Gros et deux autres (Jacob et Pierre Royer) d’écrire Sciences de la vie et société. Le rapport sensibilise en France aux bénéfices de la recherche biomédicale et à ses conséquences éthiques. Les rôles de Gros en tant que conseiller du prochain président français, François Mitterrand, et des premiers ministres Pierre Mauroy et Laurent Fabius au milieu des années 1980 l’ont vu pris au piège dans un cas de sang contaminé. Il s’agit de l’échec des autorités françaises à protéger l’approvisionnement en produits sanguins avant que des milliers de personnes atteintes d’hémophilie ne soient infectées par le VIH ; Gros a été impliqué dans le scandale, mais l’affaire contre lui a été abandonnée.

Gros était conseiller scientifique en chef de ce qui était alors une petite association caritative dirigée par des parents, l’Association française contre la dystrophie musculaire. En 1987, le premier d’une série de téléthons en fait l’une des associations de recherche médicale les plus riches de France. Gros a présenté son président, Bernard Barataud, au généticien Daniel Cohen, co-fondateur du Centre d’étude du polymorphisme humain à Paris. Résultat : Généthon, le laboratoire fondé par les deux organismes qui a produit la première carte du génome humain entier en 1992, a accéléré les progrès vers le séquençage complet.

Socialiste engagé et fonctionnaire, Gros travaille pour le plus grand bien. Secrétaire permanent de l’Académie française des sciences dans les années 1990, il a mené des actions en faveur de la santé dans les pays en développement. Il était aussi à l’aise de discuter avec un chauffeur de camion lors d’une soirée squat qu’il l’était à l’Elysée, se souvient Whalen. « Il y a de l’élégance chez lui dans son comportement, son discours et son écriture. »

Intérêts concurrents

L’auteur ne déclare aucun intérêt concurrent.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.