En pleine cour, pressez Biden de faire amende honorable avec la France

Le président Biden sait que son gouvernement joue avec le président français Emmanuel Macron et s’efforce de faire amende honorable, ont déclaré à Axios trois sources proches des délibérations internes.

Pourquoi c’est important : L’accord secret de la Maison Blanche avec l’Australie le mois dernier a laissé la France se sentir trahie et aveuglée, et en colère contre la perte d’un contrat de sous-marins de 60 milliards de dollars. Le secrétaire d’État Tony Blinken a rendu visite à Macron mardi ; Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan est également en route pour Paris.

  • Biden et ses assistants ont admis qu’ils avaient laissé par erreur à l’Australie le soin de dire à la France qu’ils avaient annulé leur accord sur les sous-marins et négocié avec l’Amérique et la Grande-Bretagne à la place.
  • Les hauts responsables de Biden savent également qu’il faudra du temps pour regagner la confiance de l’un des premiers alliés de l’Amérique, après que Macron a pris la décision extraordinaire le mois dernier de convoquer son ambassadeur pour la première fois de l’histoire des États-Unis.
  • L’ambassadeur, Philippe Etienne, est de retour à Washington.

L’actualité de la conduite : Blinken a participé à une série de réunions à Paris mardi, marchant et parlant pendant plus d’une heure dans la salle ornée du ministère des Affaires étrangères avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian.

  • Le Drian a fait la une des journaux internationaux le mois dernier quand il accuse AUKUS allié – le nouveau partenariat de sécurité américano-britannique-australien – d’un « coup de poignard dans le dos » et a comparé Biden à l’ancien président Trump.
  • Blinken a ensuite traversé la Seine pour rencontrer Macron et ses conseillers diplomatiques au Lysée Palace. Le secrétaire a exprimé son soutien aux efforts de Macron pour renforcer les capacités de défense de l’Europe.
  • C’est la priorité de Macron et l’une des premières mesures prises par Tim Biden pour faire amende honorable avec la France.

De retour à Washington, Etienne est retourné à la Maison Blanche à l’invitation de Sullivan, suivi d’une réunion avec Blinken et certains des principaux alliés de Biden au Sénat.

  • La Maison Blanche a également annoncé que Sullivan se rendrait en France cette semaine pour rencontrer son homologue français.
  • Au programme également : la préparation d’une rencontre entre Biden et Macron — désormais officielle — en marge du sommet du G20 à Rome les 30-31 octobre.

Dans les coulisses: Blinken, un francophone qui a passé plus de 10 ans à Paris, a été à l’avant-garde des efforts pour remédier aux abus de confiance.

  • Blinken est en contact permanent avec de hauts responsables français pour entendre leurs préoccupations, y compris un certain nombre d’appels téléphoniques qui n’ont pas été lus publiquement, selon un haut responsable du ministère des Affaires étrangères.
  • Les Français veulent plus que de simples excuses ; ils recherchent un soutien américain plus fort pour leur mission antiterroriste en Afrique de l’Ouest. Ils veulent également le soutien total d’une poussée européenne pour développer des capacités de défense indépendantes avec l’OTAN.
  • Des indices sur les demandes sont apparus dans diverses lectures et déclarations conjointes, mais le gouvernement n’a pas encore annoncé d’engagements concrets.

Entre les lignes : L’administration Biden a été approchée pour la première fois par l’Australie et le Royaume-Uni à propos d’AUKUS en février et mars, l’Australie déclarant qu’elle abandonnerait un accord de sous-marin diesel qu’elle avait signé avec la France en 2016 pour obtenir la technologie et l’expertise nucléaires des États-Unis. et anglais

  • Avant d’accepter quoi que ce soit, l’administration Biden a demandé à l’Australie l’assurance que sa décision de quitter le contrat français était une Fait accompli et ne dépend pas de l’action des États-Unis, a déclaré un haut responsable du département d’État à Axios.
  • Même après que l’Australie ait convaincu les États-Unis que c’était le cas, Biden s’est inquiété d’aller de l’avant en raison des implications de l’accord pour la non-prolifération nucléaire – si l’Australie est autorisée à acquérir une technologie de propulsion nucléaire sensible, qui d’autre peut réclamer une exception ?
  • L’Australie a déclaré à l’Amérique en juin qu’elle avait informé la France qu’elle débranchait la prise, à la fois par écrit et lors d’une conversation directe entre Macron et le Premier ministre australien Scott Morrison, selon deux sources proches des assurances.

L’administration Biden a décidé d’aller de l’avant, estime que les technologies émergentes et les partenariats de partage de renseignements dans l’Indo-Pacifique peuvent jouer un rôle important dans la stratégie du 21e siècle pour affronter la Chine.

  • Biden croit fermement d’après ce qu’on lui a dit que la France est consciente que son contrat avec l’Australie sera annulé.
  • L’envoyé spécial présidentiel pour le climat, John Kerry, a déclaré à un chaînes de télévision françaises lundi, il a dû expliquer la réaction à Biden, car le président « ne savait littéralement pas ce qui s’était passé ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.