Emmanuel Macron dit de se retirer du scandale du dossier Uber en France | Politique | Nouvelles

Le président français a soutenu le développement d’Uber en France en concluant un accord lorsqu’il était ministre de l’Economie entre 2014 et 2016. Les conclusions, divulguées après une enquête basée sur les 124 000 documents internes classifiés d’Uber, ont incité Macron à démissionner.

Florian Philippot, leader des Patriotes, a déclaré : « Macron doit démissionner ! Il a trahi la France, son entreprise, l’Etat, la justice, le peuple ! Sortez ! »

Il a ajouté : « Si après #UberFiles l’opposition ne vote pas ‘non-croyant’ aujourd’hui, je ne sais pas ce dont ils ont besoin !

« Prenez vos responsabilités et choisissez ! Laissez tomber la Macronie ! »

Faisant écho à ses commentaires, l’eurodéputé du Rassemblement national Jordan Bardella a déclaré: « C’est un secret de polichinelle, #UberFiles le montre une fois de plus.

« Bien que ‘en même temps’ permanente, la carrière d’Emmanuel Macron a un fil conducteur cohérent : servir les intérêts personnels, souvent étrangers, avant les intérêts nationaux. »

La députée de gauche Manon Aubry a également critiqué le dirigeant français.

Il a déclaré: « La divulgation de l’accord secret entre Macron et Uber.

« On comprend aussi mieux le rôle que joue la France dans le blocage de la régulation des plateformes européennes !

« Ce n’est pas le président qui gouverne la France mais le lobby ! »

Le dirigeant de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan, s’est fait l’écho : « Emmanuel Macron, un fervent partisan d’Uber.

« Ministre de l’Economie, il a trahi la France en défendant les intérêts des entreprises américaines ! »

LIRE LA SUITE : Liz Truss lance une offre pour devenir PM et décrit les politiques clés

Selon l’enquête, le dirigeant français a signé un accord avec Uber pour « faire travailler la France pour Uber afin qu’Uber puisse travailler en et pour la France ».

Macron a également promis une « simplification drastique des exigences légales » pour l’obtention d’une licence de covoiturage.

Uber a également discrètement fait pression sur les ministres pour influencer la politique des transports de Londres.

Des documents divulgués montrent que des lobbyistes pour des sociétés d’applications de covoiturage ont rencontré le chancelier George Osborne et d’autres ministres, selon la BBC.

La réunion « inopinée » est intervenue après que Boris Johnson, en tant que maire de Londres, s’est engagé à lancer un examen qui pourrait limiter l’expansion d’Uber dans la capitale.

La rencontre avec Osborne a eu lieu lors d’un dîner privé dans l’État américain de Californie, où Uber a son siège.

NE MANQUEZ PAS:
Ann Widecombe s’en prend à Sunak à propos de la politique fiscale [VIDEO]
Les trois candidats conservateurs qui ont le plus irrité l’UE [ANALYSIS]
La campagne de Sunak réagit à la vengeance de Boris alors que la course pour devenir Premier ministre tourne au mal [INSIGHT]

Un e-mail interne d’Uber a déclaré que cela était préférable à la réunion de Londres car « il s’agit d’une affaire beaucoup plus privée sans fonctionnaires ni personnel dépendants », a rapporté la BBC.

D’autres réunions ont eu lieu entre les lobbyistes d’Uber et des ministres actuels ou anciens, dont Priti Patel, Sajid Javid, Matt Hancock et Michael Gove, selon l’entreprise.

Johnson a fini par ignorer ses avis, et Uber pourrait augmenter le nombre de ses chauffeurs à Londres.

Uber nie que son lobbying soit confidentiel et les ministres insistent pour que les règles soient respectées, selon la BBC.

Les fichiers ont été divulgués au Guardian et partagés avec le Consortium international des journalistes d’investigation et plusieurs organisations médiatiques, dont BBC Panorama.

Ils auraient également fait preuve d’un lobbying intensif contre d’autres politiciens européens, dont le président français Emmanuel Macron en août 2014 lorsqu’il était ministre de l’Économie, et l’ancienne commissaire européenne Neelie Kroes.

Reportage supplémentaire de Maria Ortega

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.