EDF dit que l’été peut atteindre la production nucléaire, les stocks baissent

Vue de la centrale nucléaire d’Electricité de France (EDF) à Avoine près de Chinon, France, le 18 février 2022. REUTERS/Stephane Mahé

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 5 juillet (Reuters) – Le français EDF (EDF.PA) pourrait être contraint de réduire davantage sa production nucléaire car les températures élevées devraient se prolonger pendant les mois d’été, a déclaré mardi un responsable lors d’un point de presse, provoquant une forte baisse de la production nucléaire. actions. . .

L’action EDF a terminé en baisse de 7,5 % à la Bourse de Paris, sous-performant l’indice Stoxx Europe 600 Utilities (.SX6P) qui a perdu 2,03 %.

« Nous avons eu une année étrange à cause de la sécheresse qui a commencé tôt, notamment dans le sud-est de la France. Mais généralement, l’eau disponible est un peu moins cette année », a déclaré Catherine Laugier, directrice de l’environnement chez EDF, lors d’une conférence de presse.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

La France est déjà aux prises avec des coupures de production d’électricité en raison d’une maintenance imprévue de son réacteur nucléaire vieillissant.

EDF est confrontée à la perspective de devoir réduire sa production en raison d’une eau de rivière insuffisante, qui est souvent utilisée pour refroidir les réacteurs nucléaires avant d’être renvoyée dans les rivières à des températures plus élevées.

Des réglementations ont été mises en place pour limiter la production du réacteur pendant les périodes de chaleur extrême et de faibles niveaux d’eau afin d’empêcher le processus d’endommager la faune locale.

« Nous avons eu quelques réductions de production entre fin mai et début juin. C’était en effet assez tôt (…) Et il y a des évaluations globales qui suggèrent (…) que l’été pourrait être très long et que les niveaux pourraient être affectés. septembre », a déclaré Laugier.

Depuis le début de l’année, EDF a perdu 20,6 % de sa valeur, bien en deçà de la baisse de 12,9 % selon les secteurs.

La forte dépendance de la France vis-à-vis de l’énergie nucléaire la rend moins dépendante des approvisionnements énergétiques russes que la plupart de ses homologues européens.

Cependant, il travaille également sur des plans d’urgence en cas de pénurie d’énergie généralisée si la Russie limite davantage l’approvisionnement et les principaux patrons des sociétés énergétiques ont exhorté les particuliers et les entreprises à réduire leur consommation d’électricité. Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Dominique Vidalon et Benoit Van Overstraeten ; Edité par Sudip Kar-Gupta, Tassilo Hummel et Barbara Lewis

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.