Dernières nouvelles et mises à jour en direct

Les réfugiés ukrainiens ont commencé mercredi à atteindre les pays d’Europe occidentale alors que la Russie intensifiait ses bombardements de cibles civiles pour briser la résistance à l’invasion.

Les réfugiés ont traversé la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie, pays limitrophes du pays déchiré par la guerre.

L’Union européenne acceptera jeudi d’accorder aux réfugiés ukrainiens des permis de séjour temporaires, a déclaré mardi la ministre allemande de l’Intérieur Nancy Faeser, éliminant ainsi la nécessité pour eux de demander l’asile. Cette procédure s’applique déjà dans certains pays comme la Hongrie.

Les opérations ferroviaires européennes, y compris celles en Pologne, en Allemagne et en France, permettent désormais de voyager gratuitement à toute personne munie d’un document d’identification personnel ukrainien.

Faeser a déclaré que plus de 5 000 réfugiés ukrainiens ont été enregistrés en Allemagne depuis le début de la guerre la semaine dernière.

« Bien sûr, nous accueillerons ceux qui viennent en Allemagne », a déclaré Faeser lors d’une émission de télévision mardi soir.

Plus de 1 300 personnes qui ont fui la guerre sont arrivées en train à Berlin dans la seule nuit de mardi, a indiqué l’opérateur ferroviaire allemand Deutsche Bahn dans un communiqué.

Mercredi matin, des centaines de personnes sont arrivées à la gare centrale de Berlin, la plupart venant directement de la frontière polono-ukrainienne. Les migrants, en particulier les femmes et les enfants, disent que les hommes restent en Ukraine pour se battre.

Une jeune femme et ses trois enfants accompagnés de sa mère âgée ont indiqué qu’elle avait fui Kiev mardi et attendait un train de correspondance vers l’Italie, où elle souhaitait rejoindre des proches qui y vivaient.

« Mon père et mon frère sont restés pour aider à défendre notre maison », a déclaré la femme. « Nous pleurons pour eux, pas pour nous. »

Des écrans publicitaires dans les gares de Berlin affichent le drapeau ukrainien pour accueillir les réfugiés.

« Les Ukrainiens qui viennent d’arriver, nous disons bienvenue à Berlin », un message enregistré retentit des haut-parleurs dans toute la station.

Tatyana Havrylchyk, âgée de 21 ans, et sa sœur de 13 ans, Katya, sont arrivées de la ville occidentale de Rivne, où elles ont passé les derniers jours dans un cachot à l’abri des attaques violentes. Leurs parents sont restés sur place : leur père a rejoint la défense de la ville et leur mère a refusé de le quitter, raconte Havrylchyk, retenant ses larmes.

« S’il vous plaît, dites au monde ce qui se passe en Ukraine : nos amis vivent maintenant dans la clandestinité, la Russie bombarde des écoles, des jardins d’enfants et des hôpitaux », a déclaré Havrylchyk. Membre de l’équipe féminine de basket-ball du pays, elle a montré une photo de son gymnase détruit par la fusillade.

« Cette guerre finira et l’Ukraine gagnera, je le sais, mais comment les Russes peuvent-ils vivre dans ce monde après nous avoir fait ça ? »

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.