Dans la vidéo, directeur adjoint des poursuites des affaires commerciales

  • Les femmes koweïtiennes prouvent leur valeur et leurs droits dans tous les postes et fonctions et travaillent avec diligence et efficacité
  • Lulwa Al-Ghanim accède au poste de procureur avant de devenir la première femme juge du Koweït en 2020

Oussama Abou Al-Saoud

La longue histoire de la lutte prouve que le rôle des femmes n’est pas moins important que le rôle des hommes au service de la nation dans divers domaines. est leur siège sur la plate-forme judiciaire et aussi au Parquet.

«alanba» a rencontré le directeur adjoint des poursuites pour les affaires commerciales Manwa Al-Othman et la juge Lulwa Al-Ghanim en marge d’un cours de formation pour formateurs organisé par l’Institut koweïtien d’études juridiques et judiciaires en collaboration avec l’École nationale de justice de La France.

Al-Othman a déclaré : Je suis honoré de participer à ce cours, qui est un cours de formation de formateurs pour former de nouveaux procureurs et que nous recevrons à l’avenir.

Il a ajouté que le cours consistait principalement à nous former et à nous aider à transmettre des informations aux nouveaux procureurs et à les qualifier pour la magistrature ou à passer au parquet pour prendre en charge le département, soit directeur ou directeur adjoint, si Dieu le veut.

En réponse à la question : Vous avez été l’une des premières femmes à entrer au Bureau du Procureur au Koweït, alors comment voyez-vous l’époque où vous avez été élue procureure générale ? Elle a répondu : Alhamdulillah, nous avons été acceptées comme le premier groupe de femmes procureurs, à savoir le groupe 13 en 2013, et j’ai eu le premier honneur de représenter les femmes au Koweït et dans le système judiciaire, ce qui était quelque chose de nouveau pour nous. , mais Dieu merci, les femmes koweïtiennes sont autonomes et, avec moi, le professeur Lulwa Al-Ghanim est également l’une des premières femmes juges au Koweït.

Et elle a poursuivi: « Le rôle que nous avons joué, mais c’est un honneur, est une entreprise énorme que nous et nos homologues féminines de la magistrature portons sur nous-mêmes. »

Concernant sa promotion après 9 ans de travail jusqu’à présent en tant que directeur adjoint des poursuites commerciales, un poste qui nécessite une vérification, des chiffres, des statistiques, de l’épuisement et des efforts, Al-Othman a déclaré : En effet, maintenant 9 ans se sont écoulés, première fois à travailler au District Procureur, et deux l’année dernière, j’ai été nommé et transféré au bureau du procureur de district, après cela, je suis devenu directeur adjoint il y a un an. Les procureurs sont les plus chargés de recevoir les affaires entrantes, et cela provient des statistiques annuelles du Bureau du Procureur, mais par la grâce de Dieu, nous travaillons dur et efficacement.

Concernant ses espoirs pour l’avenir des femmes koweïtiennes au Bureau du Procureur, elle a déclaré : Mes espoirs sont grands pour l’avenir des femmes koweïtiennes au Bureau du Procureur, en particulier sous la direction du Procureur général, le conseiller Dirar Al-Asousi.

Les 7 premières femmes juges au Koweït

Il convient de noter que le cours de formation des formateurs organisé par l’Institut koweïtien d’études judiciaires et juridiques en collaboration avec l’École nationale de la magistrature en France, a également été suivi par Hakim Lolwah Al-Ghanim, qui a été l’une des 7 premières femmes juges . nommé par l’Assemblée générale des Hautes Cours du Koweït, pour présider le département du tribunal des délits mineurs et rendre des décisions à partir du 1er octobre 2021.

Le juge Lulwa Ibrahim Al-Ghanim a commencé son mandat au bureau du procureur de 2014 à 2020, où il a occupé divers postes, en commençant par le procureur du district de Farwaniya de 2014 à 2015, puis de 2015 à 2020 en tant que procureur adjoint pour les médias, l’information. et Publications. .

En 2020, elle est devenue la première femme juge du Koweït, car elle a travaillé comme juge à la Haute Cour et a repris les départements « civil complet », « commercial » et « civil commercial », pour la période 2020 à 2021.

Au cours de la deuxième année d’essai, de 2021 à 2022, la juge Lulwa Al-Ghanim a repris le département des infractions routières de Hawally, les appels partiels de la capitale et l’ensemble de la fonction publique civile et commerciale.

Et c’est la femme koweïtienne qui a prouvé sa valeur et ses droits dans tous les postes et tâches qui lui ont été confiés.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.