Conseil social de santé de Phalanges met en garde contre la propagation du virus | bataillon

Publié par le Conseil de santé sociale du parti Kataeb :

Le Conseil a réitéré son avertissement concernant les dangers de la propagation de la paralysie épidémiologique dans la région et la nécessité de la prévenir, et s’est adressé au gouvernement, aux centres de santé et aux familles au Liban, pour expliquer ce danger imminent et pour souligner la participation du Conseil à la conception et la mise en œuvre des programmes de vaccination nécessaires, et a recommandé la nécessité de vacciner les enfants au Liban contre l’épidémie de paralysie pour les protéger.

La paralysie épidémiologique est une maladie grave et très contagieuse, car elle provoque une paralysie rapide et parfois permanente, car elle met en danger la vie des blessés et est une incapacité de longue durée ou permanente, et il n’y a pas de remède !

Le Conseil a également précisé que la présence d’un cas de la maladie signifie également la présence de 100 cas d’épidémie et d’infection dans les environs, ce qui est une bombe épidémique, qui constitue une menace pour la sécurité sanitaire individuelle et nationale.

La paralysie épidémiologique est actuellement présente dans plusieurs pays du monde, notamment dans la région du Liban.

Le Conseil recommande donc les mesures d’urgence suivantes :

Gouvernement libanais et ministère de la Santé

1. Accélérer la mise en œuvre de la campagne nationale de vaccination des enfants de la naissance à 18 ans

2. Assurer la vaccination obligatoire dans tous les centres de santé

3. Rappeler aux familles qui viennent aux Puskesmas de faire vacciner leurs enfants

Centres de santé publics et privés, et associations apparentées

1. Participation à la campagne nationale de vaccination des enfants, à la sensibilisation et à l’éducation, au plaidoyer et à l’assistance, aux procédures et à la mise en œuvre, ainsi qu’au suivi et aux rappels

2. Concentrer les efforts actuels sur les soins nécessaires lors des visites médicales d’une part, tout en prévoyant les vaccinations obligatoires et en rappelant aux parents la nécessité de faire vacciner les enfants d’une part, au même niveau et conjointement à 3 niveaux :

Premièrement : Lors de la campagne à venir, par une participation réelle et de terrain

Deuxièmement : dans les programmes de vaccination de routine, par le suivi et la mise en œuvre des vaccinations pour les enfants

Troisièmement : Dans un programme spécial d’accueil des décrocheurs, en clarifiant, aménageant et mettant en place un mécanisme d’obtention des doses correctives.

Parents et famille

1. La nécessité de vacciner les enfants à temps, conformément aux dossiers de santé et aux programmes de vaccination de routine approuvés par les pédiatres

2. Orienter vers un médecin ou un centre de santé pour s’assurer de l’exactitude du suivi de l’enfant au programme de vaccination approuvé par le ministère de la Santé, les associations médicales et scientifiques connexes et les associations

3. Re-vacciner les enfants qui ont abandonné le programme, chez un médecin ou un centre de santé infantile

4. Suivi des recommandations du Ministère de la Santé et des associations médicales concernées

La paralysie épidémiologique représente un danger immédiat, immédiat et croissant pour les enfants au Liban. Et nous pouvons y faire face et le prévenir ensemble, malgré tous les défis !

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.