Comment Mélenchon est-il devenu premier ministre de la France et comment cela se passe-t-il ?

Jean-Luc Mélenchon, du parti d’extrême gauche La France Insoumise, a décidé de devenir le prochain Premier ministre français après avoir terminé troisième de l’élection présidentielle de cette année.

M. Mélenchon veut créer un front uni des partis de gauche pour accéder au pouvoir au parlement français et proposer leurs propres politiques sur les questions sociales et environnementales, en concurrence avec les politiques du président nouvellement réélu Emmanuel Macron.

La France Insoumise a conclu dimanche soir (1er mai) un nouvel accord avec le parti écologiste français Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Cette coalition est connue sous le nom de Nouvelle Union populaire écologique et sociale.

Les pourparlers devraient se poursuivre cette semaine avec le parti de gauche traditionnel français, le Parti socialiste – qui n’a obtenu que 1,75% des voix au premier tour de l’élection présidentielle – et le Parti communiste français pour tenter de les intégrer à la coalition.

L’objectif de Mélenchon de devenir chef du nouveau gouvernement n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît sur son affiche de campagne. En France, le premier ministre est élu par le président, pas par le peuple.

On voit pourquoi M. Mélenchon fait campagne pour devenir Premier ministre et comment cela fonctionnera s’il est élu.

Pourquoi Mélenchon fait-il campagne pour devenir le nouveau Premier ministre ?

L’actuel Premier ministre du pays, Jean Castex, a déclaré qu’il avait l’intention de se retirer avant les élections législatives, qui se tiendront les 12 et 19 juin.

Cela signifie que le président Macron devra nommer un nouveau gouvernement avant cette date, y compris un nouveau Premier ministre, au moins temporairement.

Lire la suite: Lunettes perdues Mr Lockdown : Moments inoubliables du Premier ministre français Jean Castex

Et en amont de cette élection, parfois qualifiée de « troisième tour » de l’élection présidentielle, Mélenchon a exprimé sa volonté de prendre la relève au poste de Premier ministre.

Cela peut sembler étrange car ce n’est pas le public, mais le président, qui choisit qui est le Premier ministre. Mais M. Mélenchon a précisé ses plans.

Les élections législatives verront 577 députés élus à la chambre basse du parlement français, l’Assemblée nationale.

Si les députés représentant le parti de M. Mélenchon et les autres partis qu’il forme une coalition remportent la majorité des sièges, cela créera une majorité pour les partis opposés à M. Macron et à son parti, La République en marche.

C’est ce qu’on appelle dans la politique française cohabitationune situation dans laquelle une majorité au parlement s’oppose au chef de l’Etat.

Dans ces cas, le président choisit généralement un Premier ministre qui représente la majorité, ce qui pourrait finalement signifier que Macron élit Mélenchon pour diriger son gouvernement, bien que cela ne soit pas garanti.

« Je n’ai pas demandé à Macron de me nommer premier ministre. Je demande à la France d’élire les députés de l’Union Populaire pour mettre le Président dans l’obligation morale et politique d’élire un Premier ministre qui assurera un programme majoritaire », a déclaré Mélenchon.

M. Mélenchon n’a pas besoin de surestimer sa popularité en pensant qu’une union politique dirigée par lui pourrait remporter la majorité des sièges au parlement.

Il a obtenu 7 714 949 voix au premier tour de l’élection présidentielle, soit environ 420 000 de moins que Marine Le Pen, arrivée deuxième.

Yannick Jadot du vert français a obtenu 1 628 337, Fabien Roussel du Parti communiste français a obtenu 802 615 et Anne Hidalgo du Parti socialiste a obtenu 616 651.

Tous ces votes combinés à 10 762 552, plus que les 9 785 578 remportés par Macron au premier tour.

Que cette popularité se soit transmise des élections présidentielles aux élections législatives, cependant, est une autre question. La mobilisation électorale devrait diminuer, ce qui pourrait affecter les projets de Mélenchon.

Lire la suite : L’extrême gauche Mélenchon « rêve » de devenir Premier ministre français

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle française de 2022. Crédit: Vie-Public

Et si Mélenchon était élu Premier ministre ?

Habituellement, les candidats opposés au président nouvellement élu ne sont pas élus au poste de Premier ministre, car le parti du président a tendance à obtenir un soutien suffisant lors des élections législatives.

En fait, lorsque Charles de Gaulle compose la Ve République, il n’imagine pas la situation cohabitation jamais vraiment arrivé. Il a supposé que si un président était si impopulaire qu’il n’obtenait pas de soutien à la législature, il démissionnerait, comme l’a fait M. de Gaulle en 1969.

Mais, dans le passé, il y avait trois exemples d’un cohabitation.

La plus récente remonte à 1997 lorsque Lionel Jospin est devenu premier ministre de Jacques Chirac. Auparavant, en 1993, douard Balladur était chef du gouvernement sous la présidence de François Mitterrand, et avant cela, M. Chirac lui-même était premier ministre de l’opposition sous M. Mitterrand, en 1986.

Dans tous les cas, il y a eu plus ou moins de confrontation sur certaines questions, peut-être surtout entre M. Chirac et M. Mitterrand. Mais des compromis ont été faits pour permettre au gouvernement de continuer à fonctionner.

Si Mélenchon est élu à la tête du gouvernement Macron, il y aura sans doute des heurts idéologiques.

Cependant, Macron a également montré qu’il était prêt à répondre aux appels de la gauche politique pour ajuster sa politique.

Il avait précédemment déclaré qu’il était prêt à retarder le relèvement de l’âge de la retraite en France de 62 à 65 ans, une politique profondément impopulaire auprès de la gauche.

Lire la suite: Débat sur l’âge de la retraite en France : quelle est la mesure des années de vie en bonne santé ?

Il a également commencé récemment à parler de la planification écologique, qui vise à faire de la politique environnementale une composante plus importante de la prise de décision.

L’expression a longtemps été utilisée par Mélenchon et est considérée comme particulièrement attrayante pour les électeurs de gauche.

Cela signifie-t-il que cohabitation entre M. Macron et M. Mélenchon peut être plus gérable que prévu reste à voir.

Il reste également à voir si la coalition de partis de gauche de Mélenchon sera en mesure de remporter une majorité de sièges au parlement, au moins suffisante pour convaincre Macron d’élire Mélenchon comme prochain Premier ministre.

Article associé

Le président Macron pourrait former un nouveau parti fédérateur pour gagner une majorité de députés français

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.