Ce qui a changé pour les résidents en France

Lorsque la France lance officiellement un nouvel espace de soins de santé en ligne où vous pouvez consulter vos antécédents médicaux, y compris les ordonnances, les radiographies et d’autres documents, nous répondons aux questions clés sur son fonctionnement pour les résidents.

Le nouveau Ma salle de santé (My ward) est hébergé sur une plateforme indépendante, distincte du site de l’Assurance maladie, Ameli.fr.

Il a été testé avec succès dans trois départements (Haute-Garonne, Loire-Atlantique et Somme) fin 2021, et officiellement lancé aujourd’hui (3 février).

On espère que cette nouvelle plateforme favorisera un meilleur dialogue entre les patients et leurs médecins traitants.

Auparavant, les documents de santé étaient enregistrés par les patients puis apportés par eux lors d’un rendez-vous, ou stockés dans le dossier médical numérique (facultatif) du Dossier Médical Partage (DMP) en France, aujourd’hui en cours de suppression.

Lire la suite: Un nouvel espace numérique lancé en France pour mieux gérer les données de santé

S’exprimant sur l’initiative de l’année dernière, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a déclaré: « Il faudra du temps pour que tout le monde s’y habitue et apprenne à l’utiliser, mais ce sera une petite révolution très positive dans le domaine de la santé. »

Nous avons exploré les bases du fonctionnement du nouvel espace.

Image de l’écran de connexion MonEspaceSante : Monespacesante.fr / Capture d’écran

Quelles informations sont stockées dans l’espace ?

Les personnes disposant d’une DMP (environ 10 millions de personnes d’ici mi-2021) retrouveront dans leur espace les mêmes contenus que dans une DMP.

Ceux qui n’ont pas de DMP au départ ne verront pas grand-chose dans leur espace ; uniquement les antécédents de vaccination et les antécédents de remplacement.

Finalement, cependant, les documents commenceront à apparaître. Cela comprendra les ordonnances, les paiements, les remboursements, les résultats des tests et les radiographies.

Vous pouvez également ajouter et vérifier vos allergies, conditions ou maladies connues ; tout plan de traitement en cours ; tout temps passé à l’hôpital; histoire de famille; et tout «dernier espoir» si vous mourez.

Lors de votre première création de compte, il vous sera demandé de paramétrer un code et une carte Vitale Pic : Monespacesante.fr / Capture d’écran

Comment puis-je me connecter ?

Des lettres ou des e-mails demandant aux utilisateurs d’activer leur profil ont commencé à être envoyés en janvier, et le déploiement se poursuivra jusqu’au 28 mars.

L’Assurance Maladie s’apprête à envoyer plus d’un million de codes d’activation par jour par e-mail ou par courrier. Une fois que vous avez le code, vous pouvez enregistrer votre compte en ligne sur le site MonEspaceSante.fr. Vous aurez besoin de votre carte Vitale.

Les personnes qui n’ont pas accès à Internet peuvent obtenir de l’aide auprès de leur « guichet de proximité France » ou auprès des caisses primaires d’assurance maladie.

Une équipe de 4 000 médiateurs est présentement en formation à Mon espace santé afin qu’ils puissent offrir leur aide.

Qui a accès ?

Seul l’individu lui-même, plus les professionnels de la santé tels que les médecins. Votre compagnie d’assurance et votre employeur n’y ont pas accès.

Le personnel de santé doit utiliser des cartes magnétiques personnelles pour accéder aux systèmes et aux détails d’autres personnes, et doit également avoir une autorisation écrite ou verbale du patient. Après cela, chaque membre du personnel de santé de l’équipe qui s’occupe de vous y aura accès.

Si le patient n’est pas en mesure de donner son consentement parce qu’il est inconscient ou aliéné, le professionnel de la santé pourra accéder à son service, à moins que le patient n’ait préalablement refusé son consentement dans un délai Accès en urgence (Accès en cas d’urgence).

Vous pouvez également activer ou désactiver l’accès à des documents individuels, en cliquant sur « modifier un document (modifier un document) », puis en sélectionnant le niveau de confidentialité dont vous avez besoin.

Comment l’accès non autorisé sera-t-il vérifié et résilié ?

Les particuliers peuvent vérifier qui a accédé à leur espace en consultant l’historique des activités. Les noms professionnels, les heures de connexion et les documents consultés sont répertoriés.

Lorsqu’un professionnel de santé se connecte pour la première fois à l’espace d’une personne, celle-ci reçoit une alerte par e-mail. L’individu peut alors choisir de bloquer l’accès au document, comme décrit ci-dessus.

Les informations médicales doivent être légalement cryptées et configurées de manière à ne pas pouvoir être téléchargées en une seule fois, et ce sera le cas sur le nouveau système.

Les sociétés françaises Wordline et Atos hébergeront les données. L’Assurance Maladie précise que les serveurs seront surveillés par des experts en sécurité informatique, qui seront avertis de tout comportement suspect.

Toute personne qui accède à la salle de santé de quelqu’un sans devenir un professionnel de la santé, ou pour des raisons non médicales, s’exposera à des sanctions pénales.

Puis-je me retirer ?

Oui, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à six semaines après avoir reçu un message concernant votre nouveau compte, vous pouvez choisir de ne pas utiliser le service.

Pour ce faire, vous devez vous connecter à monespacesante.fr ou appelez le 34 22 (service gratuit + coût d’appel).

Même si vous acceptez la création de votre espace, vous pouvez le supprimer à tout moment en vous connectant au site. Les informations deviendront alors inaccessibles mais seront conservées pendant dix ans, sauf si vous cochez la case demandant la suppression définitive.

Dans ce cas, toutes les données seront définitivement supprimées du site. Bien sûr, cela rendra plus difficile pour votre médecin de vous traiter en cas de problème de santé ou d’urgence.

‘Bel outil’

le Dr Stéphane Foulon, médecin généraliste à Amiens (Somme) qui a utilisé le système, dit à France Bleu que c’est un « très bon outil ».

Il a expliqué : « Imaginez que vous êtes en vacances à l’autre bout de la France et que vous avez un accident de voiture. Au lieu d’être simplement un étranger se rendant à l’hôpital ou d’être pris en charge par une ambulance, vos antécédents médicaux seront disponibles.

« Ou imaginez que vous déménagez et que vous allez voir un nouveau médecin. Même s’ils sont à l’autre bout du pays, ils auront immédiatement accès aux dossiers médicaux que vous partagez. Ils sauront qui vous êtes, votre histoire.

« C’est important. »

Article associé

La France prévoit de mettre plus d’administrateurs en ligne, mais est-ce une décision positive pour tous ?

Carte Vitale numérique : Où, comment et quand est-elle utilisée en France ?

Recharges, tests oculaires, en ligne : huit évolutions de la santé en France d’ici 2022

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.