Accord entre « Google » et les médias français sur les « droits de voisinage »

Google a signé un accord dans le cadre d’un accord de « droits voisins du droit d’auteur » en vertu duquel il paiera son matériel, que Google utilise pour effectuer des recherches, dans une démarche qui représente une avancée majeure dans une affaire qui a empoisonné les relations entre les médias français et le géant américain de plus de deux ans l’année dernière.
L’Union européenne a reconnu les droits d’auteur en mars 2019, une directive visant à garantir que les éditeurs de nouvelles reçoivent une compensation monétaire lorsqu’ils diffusent leur production sur des sites Web, des moteurs de recherche et des plateformes de médias sociaux.
Mais sa mise en place demande un combat difficile, car elle est combattue par les géants de l’Internet, notamment « Google ».
L’accord a été annoncé hier entre « Google » et l’Alliance de la presse pour l’information générale « APIG », qui regroupe environ 300 médias français nationaux, régionaux et locaux, et il remplace le précédent accord annoncé en janvier 2021. Cependant, le dernier accord a été pas mis en œuvre en raison de décisions de l’autorité de la concurrence. En juillet 2021, Google a été condamné à payer une amende de 500 millions d’euros pour ne pas avoir négocié « de bonne foi » avec les éditeurs de presse. Google et l’APIG ont présenté le nouvel accord comme une « étape historique dans la mise en œuvre » des droits connexes.
Les deux parties ont expliqué que l’accord « énonce les principes de la ‘compensation de la presse’ sur la base de critères transparents et non discriminatoires ».
Selon « la France », ni « Google » ni « APIG » ne souhaitent divulguer le montant, qui sera versé en conséquence. Mais plusieurs quotidiens qui ont signé des accords individuels avec « Google », donnent une indication du montant qui est négociable.
« Nous espérons dans les prochaines semaines signer un accord qui nous permettra de rémunérer les deux tiers de la presse française, en termes d’audience et de nombre de journalistes », a déclaré à mi-parcours Arnaud Meunier, directeur des partenariats chez Google France. Février.
L’Agence France-Presse a annoncé en novembre avoir signé avec Google un accord de cinq ans sur les droits voisins, en plus de deux contrats commerciaux de cinq ans.
Et « Google » indique avoir entamé des négociations avec d’autres associations professionnelles en France, comme la Fédération nationale de la presse spécialisée et la Fédération des agences de presse.
Le géant américain a clairement indiqué vouloir relancer plusieurs projets collaboratifs avec la presse française, qu’il s’agisse de monétisation de contenus publicitaires, de politiques d’abonnement ou d’assistance éditoriale.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.