Un ex-dirigeant de Nissan suspendu dans l’affaire Carlos Ghosn

TOKYO – Un peu plus de deux ans après que l’ancien patron de Nissan, Carlos Ghosn, a fui le Japon pour éviter des poursuites pénales, un tribunal japonais a condamné jeudi son ancien adjoint américain pour l’avoir aidé à cacher une partie de sa rémunération aux régulateurs.

Un juge a condamné le député, Greg Kelly, à six mois de prison pour son rôle dans la dissimulation de M. Ghosn pendant un exercice, mais l’a absous de toute implication dans des efforts similaires au cours d’une autre période qui a duré près d’une décennie. La peine sera assortie d’un sursis de trois ans, permettant ainsi à M. Kelly d’être libéré. Les procureurs ont demandé deux ans.

La décision – en fait un rejet de nombreuses affaires gouvernementales – est probablement la dernière en date de la longue bataille juridique du Japon contre Ghosn, un affrontement majeur qui, selon de nombreux critiques, illustre de graves lacunes dans le système juridique japonais.

James Wareham, avocat américain de M. Kelly, a qualifié la décision de tentative du gouvernement japonais de sauver la face étant donné le manque de preuves contre son client.

En décembre 2019, M. Ghosn a fui le Japon pour le Liban afin d’échapper à ce qu’il a appelé le système judiciaire injuste du Japon, laissant M. Kelly est en retard pour faire face à ce que beaucoup considèrent comme un procès par procuration de l’ancien patron de haut vol de Nissan.

M. Ghosn a longtemps affirmé que son arrestation faisait partie d’un coup d’État des dirigeants de Nissan et des plus hauts niveaux du gouvernement japonais visant à empêcher le constructeur automobile de fusionner avec son partenaire français, Renault.

Après M. Ghosn s’enfuit, les procureurs japonais subissent une pression intense pour obtenir un verdict de culpabilité contre M. Kelly et ont justifié leur décision de procéder à une arrestation dans l’une des affaires criminelles en col blanc les plus notoires de l’histoire du Japon.

La décision de détenir M. Ghosn et M. Fin 2018, Kelly a fait l’objet de vives critiques tant au pays qu’à l’étranger, les critiques déplorant la dépendance du Japon à la soi-disant justice des otages, les procureurs essayant d’obtenir des aveux des détenus en les détenant pendant de longues périodes. période dans des conditions hostiles sans garantie.

L’affaire a envoyé une onde de choc dans la communauté internationale des affaires, ternissant la réputation du Japon auprès des dirigeants étrangers. Cela a également de graves conséquences pour Nissan, l’un des plus grands constructeurs automobiles japonais, qui a eu du mal à se remettre des dommages à la réputation et du chaos parmi ses dirigeants causés par l’arrestation soudaine de son ancien dirigeant.

Le procureur a accusé M. Kelly a aidé à dissimuler un accord qui augmenterait efficacement la rémunération de M. de manière substantielle. Ghosn sans partager ces informations avec les actionnaires ou les régulateurs.

A sa décharge, M. Kelly a fait valoir que l’accord n’avait jamais été définitif et, parce que M. Ghosn n’a jamais reçu l’indemnité dont il est question, il n’y a aucune obligation de le signaler.

Outre M. Kelly, M. Ghosn a fait face à trois chefs d’accusation supplémentaires, dont un pour avoir détourné des fonds de l’entreprise. Il nie avoir fait quelque chose de mal.

Il a fui le Japon en 2019 en se faufilant dans un avion privé dans une boîte puis en s’envolant d’abord vers la Turquie puis vers le Liban. Le pays n’a pas de traité d’extradition avec le Japon, ce qui signifie que tant qu’il y reste, il est effectivement hors de portée de la loi japonaise.

Deux hommes américains qui ont aidé à son évasion ont ensuite été arrêtés aux États-Unis et extradés vers le Japon, où ils ont été condamnés à des peines de prison pour leur rôle dans la contrebande.

Ghosn a déclaré qu’il avait fui le Japon après avoir cru que le pays ne lui accorderait pas un procès équitable. Il a passé du temps depuis son évasion à mener une campagne pour réhabiliter son image brisée et attirer l’attention sur les faiblesses du système judiciaire japonais.

Alors que la décision de M. Kelly indique une possible fin de l’affaire pénale du Japon contre M. Ghosn, l’affaire civile découlant de son arrestation pourrait bien se poursuivre pendant des années.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.