À une époque de fragmentation électorale, les travaillistes doivent apprendre à accepter le partage du pouvoir | Bouilloire Martin

tuVous devez le laisser à Charles de Gaulle. Le système électoral qu’il a créé pour la Ve République française a résisté à l’épreuve du temps. Plus de six décennies plus tard, la réélection cette semaine du dernier successeur de De Gaulle, Emmanuel Macron, nous rappelle que les particularités d’un système électoral peuvent régir les conditions politiques d’un pays plus durablement que nous ne le permettons parfois. Il y a aussi un message pour l’Angleterre, mais nous y reviendrons.

Constitution de De Gaulle, construit entre 1958 et 1962, servait notamment à deux fins. Le premier consistait à habiliter De Gaulle et ses successeurs à gouverner en tant que présidents exécutifs, incarnant ce que le biographe du général Julian Jackson appelait « une certaine notion de la France ». Le deuxième objectif était de maintenir la gauche française, et le Parti communiste en particulier, hors du pouvoir le plus longtemps possible.

Ce système a bien fonctionné pendant plus de deux décennies, surtout lorsque le très charismatique De Gaulle était encore en vie, avant que François Mitterrand ne refaçonne habilement la gauche alors que les communistes glissaient dans l’histoire. Cependant, depuis l’ère Mitterrand, l’ancienne gauche et l’ancienne droite ont été fragmentées en petits partis. Mais le système électoral de De Gaulle est encore assez fort cette semaine pour battre très efficacement l’extrême droite française, et pour la troisième fois depuis le millénaire. Chapeau au général pour cela.

La plupart des évaluations de l’élection de 2022 sont quelque peu vengeresses de la victoire de Macron. Il s’est concentré sur sa distance personnelle, sur les enjeux économiques et sociaux à venir, sur sa baisse de majorité depuis 2017 et sur les 41,5 % de part que Marine Le Pen a récupérés en seconde période. Ce sont des choses importantes. Que élection de l’assemblée nationale en juin ce sera beaucoup plus salissant. Mais les jugements sur le concours présidentiel minimisent à la fois le rôle de la constitution gaulliste elle-même et le succès de Macron à s’en emparer, ce qui a échappé à ses deux prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

La réélection de Macron montre que le système de De Gaulle a encore du gaz dans le réservoir. Son vote de 28 % au premier tour le 10 avril était en tête du score obtenu au premier tour par les vainqueurs des derniers présidents français, bien que loin des 45 % de De Gaulle au premier tour de 1965. presque toutes les autres démocraties, la marge de victoire de Macron est de 17 points sur Le Pen en seconde période sera considérée comme spectaculaire. Mais le résultat masque ce qui ne va pas avec le système.

Le mandat électoral à deux tours reste l’héritage ambivalent de De Gaulle pour la politique française. Sa constitution donne au président une autorité réelle (parce qu’elle produit un vainqueur clair) et une illusion (parce que la plupart des gens votent pour quelqu’un d’autre ou ne votent pas du tout). La combinaison de mandats mixtes et de pouvoir exécutif persiste – pour l’instant. Mais cela est de plus en plus instable, surtout dans un pays avec une forte tradition de politique de rue en France. Ce système donne la parole aux diverses attitudes politiques qui caractérisent toute démocratie moderne, tout en les masquant.

La fragmentation électorale est désormais une caractéristique intégrée dans de nombreuses démocraties du XXIe siècle. Les écarts au premier tour de l’élection présidentielle française ressemblent beaucoup aux électeurs européens d’aujourd’hui. Élection allemande l’année dernière est une affaire très importante. Topiquement, c’est aussi comparable à l’écart avant le match contre l’Irlande du Nord importante élection de l’assemblée la semaine prochaine.

Beaucoup de gens sont encore tentés de traiter la politique comme une bataille entre la grande gauche et la grande droite. De nombreux faits et chiffres le prouvent. En France, les quatre meilleurs finissants du 10 avril ont obtenu respectivement 28 %, 23 %, 22 % et 7 % des voix. En Allemagne l’année dernière, les quatre premiers avaient 26%, 24%, 15% et 13%. En Irlande du Nord (où le clivage n’est pas seulement gauche-droite), des sondages récents montrent que les quatre partis les plus forts sont le Sinn Féin à 26 %, les unionistes démocrates à 19 %, l’Alliance à 16 % et les unionistes d’Ulster à 13 %.

Si l’Irlande du Nord élit le président selon le système français à deux tours, cela signifie qu’il y aura un second tour entre Michelle O’Neill du Sinn Féin et Jeffrey Donaldson du DUP. Cela n’arrivera jamais, heureusement pour l’Irlande du Nord, car cela déclencherait une dynamique complètement sectaire. Mais cela illustre la faiblesse inhérente à tout système électoral, comme celui de la France, qui traduit un soutien minoritaire au premier tour en un mandat majoritaire au second.

L’Irlande du Nord ne le fait délibérément pas. Il est enraciné dans les principes de partage du pouvoir et l’aspect pratique de l’accord du Vendredi Saint de 1998. Cela signifie que la première place espérée par le Sinn Féin le 5 mai sera en fait une victoire limitée, bien qu’elle ait une valeur mondiale et une immense signification symbolique. Qu’un territoire créé il y a 101 ans spécifiquement pour rompre avec le républicanisme irlandais doive désormais élire un premier ministre de la même tradition républicaine est un jalon dans la langue de n’importe qui.

Dans de telles circonstances, cependant, les chances du DUP d’approuver la nomination d’un premier sous-ministre pour travailler avec O’Neill en tant que premier ministre sont minces. Il en va de même pour la possibilité d’un référendum rapide sur l’unification de l’Irlande. Il est probable que l’échec des deux principaux partis à travailler ensemble (les deux ont peut-être perdu une part des voix depuis le dernier concours en 2017) accélérera un retour immédiat au pouvoir depuis Londres. Si le gouvernement britannique enfreint également le protocole d’Irlande du Nord, comme Lord Frost l’a exhorté à faire dans un discours mercredi, le partage du pouvoir sera à nouveau laissé au sec.

Le système électoral est important. L’Allemagne, la France et l’Irlande du Nord décrivent plusieurs manières différentes de procéder. Mais ils ne sont pas ordinaires. Le système électoral ne reflète pas seulement la politique; ils façonnent également la façon dont la politique est gérée. Cela vaut aussi pour l’Angleterre. Les systèmes majoritaires à un tour transforment régulièrement les minorités électorales en victoires électorales ou en majorités parlementaires. C’est en partie la raison pour laquelle notre politique ressemble et sonne comme elle le fait. Et cela est de plus en plus intenable dans le climat politique pluraliste du XXIe siècle.

Les prochaines élections générales du Royaume-Uni pourraient rétablir un autre parlement suspendu, dans lequel les électeurs votent pour des changements mais ne donnent pas à un parti le mandat de gouverner. Un remplacement du système uninominal à un tour ne sera jamais un gros problème. Mais ce serait transformateur pour le Royaume-Uni, et celui que le gouvernement travailliste minoritaire pourrait prendre. La démocratie brisée du pays a besoin de sa propre forme de partage du pouvoir. Ce serait un grand pas vers la création d’une nouvelle idée de l’Angleterre.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.