Un club français de 1ère division a perdu 678 millions de dollars la saison dernière

PARIS – Les clubs de football français de première division ont perdu 645 millions d’euros (678 millions de dollars) au cours de la saison 2020-21 touchée par le coronavirus, a déclaré jeudi le chien de garde financier de la ligue.

La DNCG a déclaré que 17 des 20 équipes de Ligue 1 avaient perdu de l’argent la saison dernière.

Les revenus des matchs ont pris un coup majeur car les matchs se sont déroulés sans fans à partir d’octobre et avec une capacité limitée fixée à 5 000 auparavant. Seuls Saint-Etienne, Rennes et Dijon – qui ont été relégués – restent dans le vert.

Le montant total perdu est supérieur de 140% à la perte totale de 269 millions d’euros (283 millions de dollars) lors de la campagne 2019-2020, qui a été annulée avec 10 matchs restants lorsque la pandémie a frappé.

Malgré la fin précoce de la saison, le club a quand même récolté 170 millions d’euros (179 millions de dollars) de ventes de billets, un total qui a chuté massivement la saison dernière à près de 8 millions d’euros (8,4 millions de dollars).

Par exemple, les recettes des billets du Paris Saint-Germain sont passées de 38 millions d’euros (40 millions de dollars) à 961 000 euros (1 million de dollars).

Lyon s’en sort un peu mieux, passant de 35,5 millions d’euros (37,3 millions de dollars) à 2 millions d’euros (2,1 millions de dollars).

Une dispute juridique de la Coupe du monde a éclaté jeudi avec le Chili contestant la place de l’Équateur dans le tournoi final pour inéligibilité présumée.

La fédération chilienne de football a demandé à la FIFA d’enquêter sur ses affirmations selon lesquelles l’Équatorien Byron Castillo était en fait colombien et n’avait pas le droit de jouer le match de qualification.

Les plaintes surviennent un peu plus d’un mois après la fin des qualifications sud-américaines et l’Équateur a été entraîné dans un groupe avec les hôtes du Qatar, des Pays-Bas et du Sénégal.

« La FIFA peut confirmer qu’elle a reçu une plainte officielle de la fédération chilienne à ce sujet », a déclaré l’instance dirigeante du football dans un communiqué.

La FIFA n’a pas fourni de calendrier pour d’éventuelles affaires disciplinaires avant la Coupe du monde qui commence le 21 novembre.

L’Équateur a terminé quatrième du groupe de qualification sud-américain de 10 nations pour se qualifier directement pour le Qatar. Le Pérou, cinquième, disputera un match éliminatoire le mois prochain contre l’Australie ou les Émirats arabes unis.

Le Chili est septième, à sept points de l’Équateur, mais affirme qu’il pourrait progresser si le match impliquant Castillo est annulé.

Les règles de la FIFA dans le cas d’un joueur inéligible exigent que le résultat soit annulé en tant que défaite 3-0.

La fédération équatorienne de football a publié une déclaration rejetant la demande du Chili et insistant sur le fait que Castillo était légalement un citoyen équatorien.

Le Chili a maintenant porté plainte contre des joueurs adverses lors de programmes de qualification successifs pour la Coupe du monde.

Lors de la qualification de l’Amérique du Sud pour la Coupe du monde 2018, la Bolivie a perdu deux matches au cours desquels elle a aligné des joueurs inéligibles comme remplaçants tardifs. La FIFA a reçu des plaintes du Chili et du Pérou concernant le défenseur bolivien Nelson Cabrera, qui est né au Paraguay et a déjà joué pour l’équipe nationale paraguayenne.

La Bolivie a perdu un appel devant le Tribunal arbitral du sport qui a déclaré que la FIFA avait le droit d’enquêter même lorsque des protestations étaient déposées des semaines après le match. L’affaire a finalement coûté au Chili. Les trois points supplémentaires accordés au Pérou l’ont propulsé au-dessus du Chili pour entrer dans les éliminatoires intercontinentales qu’il a remportées.

La FIFA a rédigé des règles plus strictes pour la Coupe du monde 2022 exigeant que tous les joueurs des matches de qualification présentent un « passeport international permanent valide » pour inspection par les officiels de match. PA

Crédit image : PA

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.