Relations instables entre la France et l’Algérie

Paris: Soixante ans après la fin de la guerre d’indépendance, les relations entre l’Algérie et la France, ancienne puissance coloniale, restent instables, avec des mémoires et des paroles tumultueuses, et des chapitres dictant parfois des enjeux politiques internes.

« En général, et malgré les apparences et les critiques, la relation est stable et équilibrée, compte tenu de la situation coloniale et post-coloniale », a déclaré le chercheur maghrébin Louis Martinez de l’Institut d’études politiques (Sciences Po) à Paris.

Le 18 mars 1962, un accord d’armistice est signé à Evian, en France, qui ouvre la voie à l’indépendance de l’Algérie.

bonne relation

De bonnes relations s’établissent entre les nouveaux dirigeants algériens de l’époque et le général Charles de Gaulle, respecté par eux parce qu’il a ouvert la voie à la fin de l’occupation de l’Algérie par son pays. Elle est poursuivie par son successeur, Georges Pompidou, puis par François Mitterrand, bien que ce dernier ait été ministre de l’Intérieur au début de l’insurrection algérienne en 1954.

« Mitterrand était entouré de gens du Parti socialiste qui étaient tous des partisans du Front de libération nationale », a déclaré Pierre Vermant, professeur d’histoire à la Sorbonne Université.

Avec l’indépendance de l’Algérie, la France a été autorisée à poursuivre ses essais nucléaires dans le désert algérien jusqu’en 1967. L’armée française a mené secrètement des expériences chimiques jusqu’en 1978.

En 1992, François Mitterrand a condamné la suspension du processus électoral en Algérie après la victoire des islamistes au premier tour des élections législatives.L’Algérie a répondu en convoquant son ambassadeur pour des consultations.

Après la fin d’une décennie sombre de la guerre civile algérienne en 2000, le nouveau président algérien, Abdelaziz Bouteflika, malgré ses liens étroits avec la France, a choisi d’adopter une rhétorique ouvertement anti-française.

« Ils ont oublié l’aide de la France dans la guerre contre les islamistes, dans le but de restaurer l’arène idéologique et politique après la guerre civile, et ils sont revenus à leurs ennemis traditionnels », a déclaré Vermaran.

L’Organisation nationale des moudjahidines (soldats de la guerre de libération) et les idéologues du régime ont développé un discours plus aigu sur le « génocide » français pendant le colonialisme.

Vingt ans plus tard, malgré la « mobilité » populaire sans précédent qui a contribué au renversement de Bouteflika, le pouvoir tire toujours sa légitimité des guerres de libération.

Pourtant, loin des discours officiels et loin des projecteurs, la coopération entre les deux pays se poursuit.

En 2013, l’Algérie a tacitement donné son accord pour faire survoler son territoire des avions militaires français, qui luttent contre les jihadistes au Mali.

histoire secrète

« Les relations franco-algériennes sont bonnes si elles sont tenues secrètes. Elles deviennent conflictuelles en public », estime Naoufel Brahimi El-Meili, auteur de « La France et l’Algérie cinquante ans d’histoires secrètes », dont la dernière version sortira prochainement ( « Soixante ans ») .

Les relations ont bien commencé avec Emmanuel Macron, le premier président français né après la guerre d’Algérie. En février 2017, alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle, ses propos depuis l’Algérie, dans lesquels il qualifiait le colonialisme de « crime contre l’humanité », avaient provoqué un énorme tollé.

Après son élection, Macron a pris une série d’initiatives pour purifier la mémoire entre les deux pays, recherchant la réconciliation entre les deux peuples.

Mais il n’est pas allé jusqu’à faire l’apologie du colonialisme, sujet particulièrement sensible en France, où la rhétorique ultra-nationaliste se fait de plus en plus entendre.

En septembre 2021, les espoirs de rapprochement s’estompent après les propos de Macron critiquant un « système politico-militaire » basé sur des « revenus de mémoire », constatant que « la nation algérienne » n’existait pas avant le colonialisme en 1830. L’Algérie a répondu en convoquant son ambassadeur.

Les relations semblent s’être calmées aujourd’hui, quelques semaines avant l’élection présidentielle française d’avril, au cours de laquelle les sept millions de Français qui ont fui l’Algérie après l’indépendance, les immigrants algériens en France, les Harkis (combattants algériens qui ont combattu aux côtés de l’armée française) et les vétérans français qui combattront en Algérie participeront, ou leurs descendants…

« L’Algérie votera pour Macron. Les Algériens pensent que Macron, pour un second mandat, sera plus agressif », a déclaré El-Mili.

« Ils ne veulent pas de Valérie Pecres et de sa rhétorique d’extrême droite, et ils ne veulent certainement pas (Eric) Zemmour ou Marine Le Pen », a déclaré le candidat d’extrême droite, l’ancien ambassadeur de France en Algérie Xavier Drencourt, auteur du livre. le livre « Le dilemme algérien » (en français).

Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire. La main tendue par Macron en matière de travail d’épuration des mémoires, n’a pas été réciproque du côté algérien.

Partenariat avec la Chine

La Chine est devenue le premier partenaire commercial de l’Algérie, qui se rapproche également de la Turquie et développe son partenariat militaire avec la Russie.

« Les relations franco-algériennes sont de nouveau sur les rails. Tout est remis sur la table, et il y a une tentative de déterminer les choses qui peuvent être convenues. »

Drincore est plus sceptique : « Il faut être deux pour construire une relation. » L’Algérie acceptera-t-elle cela après les élections ? « Je ne suis pas très optimiste », a-t-il répondu.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.