Pourquoi tous les hommes politiques français sont des Gaulois – POLITICO

CALVADOS, France — De son vivant, Charles de Gaulle était un personnage qui divise : respecté par certains, détesté par d’autres. Il est adoré. On s’est moqué de lui. Il a finalement été rejeté.

Plus maintenant. Un demi-siècle plus 12 mois après sa mort, de Gaulle était le dieu qui présidait à la politique française.

Extrême droite, droite, centre, gauche, extrême gauche, même certains Verts, ils sont tous « gaullistes » maintenant. La quasi-totalité des tendances ethniques et politiques françaises se réclament, au moins en partie, de suivre ou de réincarner Charles de Gaulle (1890-1970), chef de guerre de la France libre et fondateur de la Ve République.

Mardi, le 51st anniversaire de sa mort — cinq mois avant que la France ne se rende aux urnes — il y aura une pèlerinage de masse d’un candidat présidentiel (et désespéré) à un petit village dans un pré vide de l’est de la France où général enterré.

Le gaullisme en tant que mouvement politique n’a jamais été aussi faible depuis sa création — ou son ascension par de Gaulle — en 1958. Le gaullisme en tant qu’insigne d’allégeance à un certain nombre d’idées contradictoires n’a jamais été aussi répandu.

De Gaulle — mort depuis 51 ans de mémoire — est diversement revendiqué comme représentant : la majesté du destin de la France ; résistance à l’invasion étrangère; acceptation de la volonté du peuple; conscience sociale; gouvernement central fort; des valeurs claires et conservatrices ; pragmatisme centriste ; souveraineté nationale; et l’idéal européen. Il a également représenté, à titre posthume, selon le candidat vert à la présidentielle Yannick Jadot, la lutte contre le changement climatique (l’envahisseur maléfique de 2021).

Le président Emmanuel Macron, un éloge en série de de Gaulle, ne sera pas à Colombey-les-deux-Eglises dans la Haute Marne, à 256 miles à l’est de Paris, mardi. Il a envoyé son premier ministre, Jean Castex, pour le représenter. Macron, cependant, a assisté à trois cérémonies officielles en l’honneur de général l’année dernière.

Marine Le Pen ne sera pas non plus dans la tombe d’un homme dont le père – et son prédécesseur en tant que dirigeant d’extrême droite – a été méprisé.

Cependant, il rendrait deux hommages personnels à de Gaulle – à Courseulles-sur-Mer et à Bayeux, les premières villes normandes libérées visitées par le chef de la France libre le 14 juin 1944, huit jours après le jour J.

Son père, Jean-Marie Le Pen, n’a jamais pardonné à de Gaulle sa décision pragmatique de faire la paix avec les rebelles nationalistes algériens et de dissoudre l’Algérie française en 1962. Marine Le Pen a préféré voir de Gaulle comme un défenseur de la France contre les envahisseurs étrangers (ce qui a également contribué à le tenir à distance). père).

Cela lui a causé des problèmes avec des parties de son mouvement du Rassemblement national qui s’accrochent encore à l’Algérie française. « Marine Le Pen n’est pas gaulliste », a expliqué prudemment un haut responsable du parti à POLITICO.

Il a revendiqué l’héritage de de Gaulle car « il représentait l’indépendance française, la voix de la France… Mais il n’était pas gaulliste (à cause de) sa prise de position sur l’Algérie », a déclaré la figure du Rassemblement national.

Les cinq candidats aux primaires présidentielles fermées du mois prochain pour Les Républicains – l’héritier de la politique de centre-droit en difficulté du gaullisme – n’ont aucune incidence sur l’explication. Les cinq – Michel Barnier, Xavier Bertrand, ric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse – déposeront une gerbe sur la tombe de de Gaulle à Colombey-les-deux-Eglises mardi après-midi.

Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate à la présidence du Parti socialiste, sera là. De même pour les candidats mineurs d’extrême droite Florian Philippot (Les Patriotes) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout France) et l’un des lieutenants de Le Pen, Laurent Jacobelli.

L’absent était l’expert Eric Zemmour, qui n’a pas déclaré qu’il se présenterait l’année prochaine mais a menacé (comme le font actuellement les sondages) d’exclure Le Pen du second tour de l’élection présidentielle du 24 avril.

Zemmour – anti-migrant, anti-européen, anti-américain – idolâtrait (comme il le dit) Napoléon Bonaparte et de Gaulle. Mais il a également défendu le régime collaborateur de Vichy de 1940-44, qui a condamné à mort de Gaulle pour trahison après sa fuite à Londres en juin 1940 pour organiser la résistance continue aux nazis.

Pourquoi obsédé par de Gaulle ? Cela fait 52 ans qu’il a quitté son poste de président après avoir perdu un référendum sur le gouvernement local. Cela fait 53 ans que les jeunes et les travailleurs français l’ont rejeté et ridiculisé en tant que symbole de la France d’après-guerre grise et oppressive (mais économiquement prospère) de la renaissance de mai 1968.

L’historien Pierre Nora dit que l’idolâtrie de de Gaulle – en tant que symbole adaptable de la grandeur française passée et de l’entêtement français – a comblé le vide laissé par l’effondrement de l’idéologie et des partis politiques.

La France « ne croit plus au socialisme, au libéralisme, au christianisme ou au communisme », a déclaré Nora. « Ce pays est ravagé par la division. Le gaullisme est la seule attraction qui signifie quelque chose. »

UNE biographe britannique de GaulleJulian Jackson, a déclaré que l’omniprésence du général représentait « la nostalgie des années 1960, quand la France comptait encore des choses dans le monde grâce à Jean-Paul Sartre, Jean-Luc Godard et Brigitte Bardot ».

Il est raisonnable de se demander ce que le nom de Gaulle signifie pour la jeune génération – les moins de 50 ans, nés depuis 1971. Un peu, semble-t-il.

UNE Sondage BVA en 2016 a constaté que les Français considèrent de Gaulle comme la figure la plus importante de l’histoire de France – devant l’empereur Napoléon et le roi Louis XIV. Le film biographique « De Gaulle », mettant en vedette Lambert Wilson dans le rôle d’un homme déchiré entre son destin et son amour pour sa fille handicapée, Anne, a été l’un des films les plus réussis au box-office en France l’année dernière.

Le leader d’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon, fondateur de France insoumise, a attiré majoritairement des électeurs jeunes. Il a déclaré l’an dernier à l’Assemblée nationale que de Gaulle – puisqu’il « ne s’est pas soumis » en 1940 – faisait spirituellement partie du mouvement Mélenchon.

Mais qui est exactement le candidat Gaullis ou le candidat le plus probable l’année prochaine ? Certainement pas Le Pen ou Zemmour dont l’appel est une connerie historique et intellectuelle.

Michel Barnier, ancien négociateur européen du Brexit, est membre d’un parti politique portant l’ADN gaulois depuis 1965, alors qu’il avait 15 ans. Il était grand comme de Gaulle et pragmatique comme de Gaulle. En termes d’aura personnelle, il n’est pas de Gaulle.

Le président Macron est peut-être le donneur de nom de Gaulle le plus insistant de tous. Il était centriste (en quelque sorte) comme de Gaulle et pro-européen comme de Gaulle (en quelque sorte).

Il est arrivé au pouvoir en 2017 en chevauchant (avec un peu de chance) l’obsession de la France pour les « hommes providentiels », qui ont été introduits dans le système français par la Cinquième République à orientation présidentielle de de Gaulle, qui a rendu les individus plus importants que les partis ou le parlement.

Macron est donc sans doute le candidat le plus « gaulliste », sans être un Gaulois. Qu’il remporte plusieurs votes ou n’importe quel vote, l’année prochaine est incertaine.

Clea Caulcutt a contribué au reportage.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.