Pourquoi parle-t-on d’un vote de confiance pour le nouveau Premier ministre français ?

La Première ministre française Lisabeth Borne n’offrira pas aux députés français la possibilité de voter de défiancevoix de confiance) lors de la révélation de son programme politique au parlement demain (6 juillet).

C’est la première fois depuis 1993 qu’un Premier ministre français ne vote pas.

Mais ce vote de défiance ne doit pas être confondu avec le vote de défiance britannique, qui a été déposé contre le Premier ministre du pays, Boris Johnson, le 7 juin de cette année.

France voix de confiance en fait, largement symbolique et éventuellement proposé par le premier ministre.

Ce mécanisme a un nom similaire à un vote de censure au Royaume-Uni et les deux votes peuvent conduire à la dissolution du gouvernement, mais sont fondamentalement différents.

Un vote de défiance en Angleterre s’apparente davantage à ce qu’on appelle en France un mouvement de censure.

Nous examinons ces différents mouvements au Royaume-Uni et en France et expliquons ce qu’ils sont et comment ils fonctionnent.

Vote de confiance français : qu’est-ce que c’est et comment ça marche

Lorsque le nouveau gouvernement a été nommé, comme hier (4 juillet), le chef du gouvernement – ​​le premier ministre – fixe son programme politique au parlement. La présentation de ce programme s’intitule ‘Disours de politique générale‘.

Traditionnellement, le Premier ministre autorise les députés de la chambre basse du parlement, l’Assemblée nationale, à voter la défiance envers le programme pour leur donner la possibilité de manifester ou non leur soutien.

Ce vote est facultatif mais est généralement proposé comme un moyen de légitimer le choix du gouvernement d’un Premier ministre. Cependant, Borne ne votera pas, a confirmé hier (4 juillet) le porte-parole du nouveau gouvernement français Olivier Véran.

Car la coalition au pouvoir s’en est plutôt mal tirée lors des élections législatives de juin avec l’Ensemble présidentiel d’Emmanuel Macron ! L’alliance a remporté 245 sièges, dont 44 à la majorité absolue.

Lire la suite : Qu’est-ce que l’Assemblée nationale française et comment fonctionne-t-elle ?

Lire la suite : Politique française : le président Macron prend ses fonctions mais il n’est pas au pouvoir

Si Borne offrait un vote de défiance à son programme politique et n’acceptait pas une majorité de partisans, il serait obligé de dissoudre le gouvernement et de démissionner. Ensuite, Macron doit nommer un nouveau Premier ministre qui doit ensuite nommer un nouveau gouvernement.

L’historien politique français Jean Garrigues a déclaré au Figaro que ce vote de défiance étant facultatif, ce serait un « risque inutile » de le demander.

« Compte tenu de la composition de l’Assemblée nationale, il n’est pas assuré d’obtenir le nombre de voix requis », a-t-il déclaré.

Au total, sept autres anciens Premiers ministres français ont décidé de sauter ce traditionnel vote de confiance :

Georges Pompidou (1966, 1967), Maurice Couve de Murville (1968), Pierre Messmer (1972), Raymond Barre (1976) ainsi que trois premiers ministres François Mitterrand Michel Rocard, dit Cresson et Pierre Bérégovoy qui ont servi successivement entre 1988 et 1993 .

Borne est le premier Premier ministre depuis Pierre Bérégovoy à annuler un vote de défiance.

Pour résumer, si vous lisez beaucoup sur voix de confiance dans les médias français cette semaine, alors ne pensez pas que c’est la même chose que ce que Johnson d’Angleterre a affronté en juin. Au lieu de cela, c’est un vote plus symbolique.

Vote de défiance français : motion de censure

Un équivalent français plus proche d’un vote de défiance envers le Royaume-Uni est une motion de censure.

Ce vote peut être proposé par les députés de l’opposition s’ils estiment que le gouvernement doit être dissous.

La présidente du parti d’opposition La France insoumise (LFI), Mathilde Panot, a déclaré que LFI proposerait mouvement de censure contre Mme Borne après sa décision de ne pas tenir voix de confiance.

Pour que ce vote ait lieu, il doit être voté par au moins un dixième des députés de l’Assemblée nationale, soit 58 personnes.

Pour être éligible, il doit être soutenu par 289 députés – une majorité absolue.

S’il est soutenu par un nombre suffisant de députés, le premier ministre doit transmettre ce vote de défiance au président, qui peut accepter ou non la dissolution du gouvernement.

Depuis le début de la Ve République en France en 1958, 58 mouvement de censure a été déposée contre le gouvernement français.

Un seul a fonctionné.

En 1962, le Premier ministre français Georges Pompidou a perdu mouvement de censure après que le président de l’époque, Charles de Gaulle, ait pris la décision d’introduire – par référendum – des élections présidentielles françaises au suffrage universel direct.

Le président de Gaulle a refusé de dissoudre le gouvernement après un vote de défiance, dissolvant finalement le parlement à la place.

Un exemple de motion de censure plus récente a été lorsque l’ancien Premier ministre, le président Macron douard Philippe, a fait face à une double motion de censure en 2018, déposée par des législateurs de droite et de gauche du spectre politique.

Il est intervenu après que l’ancien garde du corps de Macron, Alexandre Benalla, a été accusé d’avoir agressé deux manifestants. M. Benalla a ensuite été condamné à trois ans de prison, dont deux avec sursis, la dernière année au pouvoir portant une étiquette électronique.

Le mouvement de confiance en soi en Angleterre

Il existe deux types de vote de confiance au Royaume-Uni : un vote de défiance et un vote de défiance.

Un gouvernement peut choisir de tenir un vote de confiance en lui-même pour renforcer le soutien et retarder les députés d’arrière-ban qui sont dissidents. C’est très rare.

Aucune voix d’incrédulité n’est plus courante. Cela peut être fait soit par les législateurs de l’opposition, soit par les législateurs du parti au pouvoir, comme cela s’est produit le mois dernier lorsque les législateurs conservateurs ont obtenu suffisamment de soutien pour frapper le Premier ministre Johnson avec un vote de défiance.

Au sein du parti conservateur, 15% des députés doivent soumettre une lettre au président du Comité 1922, un groupe de tous les députés conservateurs d’arrière-ban, pour qu’un vote de défiance soit organisé.

Pour réussir, une majorité simple de députés à la Chambre des communes doit l’appuyer – cela signifie 50% +1. En cas de succès, le Premier ministre est obligé de dissoudre le gouvernement ou de convoquer de nouvelles élections. Dans le cas contraire, un nouveau vote de défiance ne peut être effectué avant une année supplémentaire.

La dernière fois qu’un vote de censure a été couronné de succès, c’était en 1979, lorsque le gouvernement travailliste minoritaire de James Callaghan a été défait par une voix.

Article associé

« Nous devons apprendre à gérer différemment » : les temps forts de la conférence télévisée de Macron

Changement de pouvoir en France: le président Macron a besoin que les législateurs fassent des compromis

Siècle révolu, Schiappa est de retour… rencontrez le nouveau ministre français remanié

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.