Les villes touristiques françaises prennent position contre les locations à la Airbnb

Les villes des attractions touristiques en France sont contre les locations de vacances à court terme – souvent connues sous le nom de « modèle Airbnb » – car elles disent qu’elles font monter les prix et entraînent une pénurie de propriétés pour les résidents locaux.

Par exemple, le bureau des statistiques INSEE indique qu’entre 1968 et 2018, le nombre de résidences secondaires sur le littoral breton a été multiplié par 3,6. Dans le même temps, les vacances saisonnières risquent d’exploser, créant – disent les habitants – une tension sans précédent sur le logement dans la région.

Lire la suite : Manifestation contre une deuxième maison en Bretagne : « Mais on a acheté une maison dont la France ne veut pas »

Le problème est aggravé par l’augmentation du nombre de personnes travaillant à domicile après la pandémie.

St Malo en difficulté malgré la réglementation interdisant les propriétés de style Airbnb

Un homme dans la quarantaine, au Figaro qu’il a été contraint de partager une place dans une résidence hôtelière avec des étudiants, car il ne trouvait pas de logement dans sa ville natale de St Malo.

A la tête de sa propre entreprise de conseil, il raconte : « J’ai visité toutes les agences immobilières, et bien que je gagne beaucoup d’argent, il devient impossible de trouver un logement si l’on n’est pas fonctionnaire ou en contrat CDI. ”

Elle vivait auparavant sur Airbnb depuis longtemps, mais a dû partir à l’approche de la haute saison, car son loyer a plus que quadruplé. Il a déclaré : « Je paie 850 € par mois. Mais à partir des vacances de Pâques, l’appartement était loué 900 € par semaine.

Le problème est toujours important même si St Malo a émis certaines des réglementations les plus strictes sur les propriétés de style Airbnb en France. À l’été 2021, elle impose un quota maximum de 12,5 % de location de courte durée dans les limites principales de la ville.

Cependant, ce n’est pas sans controverse; La règle de St Malo a fait l’objet de deux affaires judiciaires à Rennes, les plaignants affirmant que la règle constituait un abus de pouvoir.

L’avocat de M. Guirriec affirme également que l’ordonnance ne remplit pas pleinement l’objectif de la loi – qui est de protéger le logement et d’empêcher la ville de devenir un musée où les indigènes n’ont pas les moyens de vivre.

Il a déclaré: « La réglementation de St Malo est notamment motivée par la lutte contre la concurrence avec le secteur hôtelier. » Il a également critiqué le « manque de transparence » dans le calcul du quota.

Le groupe de pression Un logement pour tou.te.s en Bretagne, a déclaré : « Chaque année, le déséquilibre s’accentue avec de nouveaux programmes de logements en faveur des résidences secondaires, et la spéculation liée au tourisme.

« Cela provoque une flambée des prix de l’immobilier, impactant le parc locatif privé ainsi que l’accès à la propriété. Cette tension est un frein au maintien des jeunes actifs dans le quartier et à l’hébergement des ménages à faible revenu toute l’année.

Le collectif appelle désormais les autorités à « classer toute la Bretagne en zone sous tension immobilière, ce qui permettrait des taxes supplémentaires sur les résidences secondaires ».

Il a également demandé le statut de résident en Bretagne, qui ne permettrait aux personnes d’acquérir une propriété dans certaines zones à haute pression que si elles y avaient habité au moins un an à l’avance.

Olivier Ferrando, du collectif, a déclaré: « Il y a 333 000 logements vacants pendant neuf mois de l’année en Bretagne … suite à notre déménagement, certains maires commencent à agir pour réglementer les séjours de courte durée. »

Lire la suite: Manifestations contre les résidences secondaires en Bretagne alors que le débat sur le logement se poursuit

Un problème croissant dans toute la France

Patrick Rayton, maire de La Couarde-sur-Mer, sur l’île de Ré (Nouvelle-Aquitaine), a récemment écrit une lettre ouverte à ses électeurs sur la difficulté de trouver un logement.

Il a déclaré que la situation était si grave qu’une école locale d’un petit village de 1 200 habitants risquait de fermer, car la moitié de son personnel était partie, incapable de trouver un logement à proximité.

L’agent immobilier d’Agim a confirmé l’affaire en disant : « Le phénomène est similaire partout sur l’île. Nous avons actuellement plus d’une centaine de familles en attente de location toute l’année.

Plusieurs dizaines de villes à travers la France, de Nice à Colmar, ont imposé leurs propres restrictions.

« La résidence secondaire est une vraie ressource pour la ville »

Pourtant, Géraldine Leduc, directrice générale de l’Anett, l’association nationale des territoires touristiques, a pris la défense du propriétaire de la résidence secondaire. Il a déclaré : « La résidence secondaire est une véritable ressource pour la ville. Ce n’était plus la situation des années 1960, où les gens ne venaient qu’en été.

« Aujourd’hui, on parle de maison semi-principale ou quasi-maison principale. L’enjeu pour les autorités est d’inciter ces personnes à rester plus longtemps. Surtout quand la campagne est vide et que les dépenses locales sont en baisse.

Il a ajouté que les propriétaires secondaires paient des impôts fonciers plus élevés que les propriétaires principaux, mais « utilisent très peu de services publics, tels que la garde d’enfants ou l’aide financière locale ».

De même, Michel Penhouët, maire de la commune de Saint-Lunaire, Ille-et-Vilaine, a déclaré que son village était une « ville fantôme en hiver » il y a 20 ans, mais les habitants de la deuxième maison ont changé cela.

Il a déclaré : « Nous vivons avec nos résidents secondaires : ils viennent été comme hiver, participent à la vie de la ville, et certains d’entre eux votent ici. »

‘Petite cuve de poudre’

Cependant, M. Penhouët admet que cela a fait grimper les prix de l’immobilier. Il a déclaré: «Nous avons atteint les prix de Paris. Les prix des maisons ont doublé, certaines parcelles ont triplé… et les stocks locatifs privés ont chuté comme un roc.

Sur les 1.720 résidences secondaires que compte la commune, 191 sont des locations saisonnières, dont 122 ont été louées au cours des quatre dernières années, a-t-il précisé.

Il a également déclaré que plusieurs restaurants de la région ont été contraints de fermer deux jours par semaine faute de trouver d’employés. « On était assis sur une cuve de poudre », a reconnu M. Penhouët.

Il a ajouté que le taux de résidence secondaire avait atteint 59% dans la ville. Il a dit : « Le problème, c’est qu’il faut aussi loger des gens toute l’année, surtout des jeunes. Nous, les maires, ne sommes pas de grands fans de la réglementation, mais nous sommes à un stade où cela pourrait devenir un peu une confrontation. »

Les sols se raréfient, en particulier lorsque les nouvelles lois climatiques excluent les sols artificiels d’ici 2050, a-t-il déclaré.

Cependant, dans certaines zones touristiques, les sentiments anti-location à court terme sont devenus violents.

Une deuxième maison dans le village de Caurel, en Bretagne, a été endommagée par un incendie criminel le 17 mai, tandis qu’en janvier une autre maison a été endommagée dans le même village. Le parc immobilier de Caurel est composé à 60% de résidences secondaires.

Article associé

Manifestations contre la résidence secondaire en Bretagne alors que le débat sur le logement se poursuit

Résidence secondaire, prix en hausse : quatre mises à jour pour les propriétaires en France

Quelles sont les conséquences fiscales de la vente d’une résidence secondaire en France ?

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.