« Je savais que la mort approchait »: le chanteur des Eagles of Death Metal témoigne de l’attaque d’un concert à Paris

Le groupe de rock américain Eagles of Death Metal était au milieu de son set lorsque des insurgés islamistes ont attaqué la salle de concert du Bataclan à Paris avec des coups de feu, coupant des fêtards, a déclaré mardi le leader Jesse Hughes à un tribunal français.

La première pensée du technicien guitare Eden Galindo a été que son système de son explosait, mais Hughes a dit qu’il savait tout de suite que l’endroit était attaqué.

« Venant d’une communauté du désert en Californie, je connais des coups de feu », a déclaré Hughes au procès de Salah Abdeslam, le seul suspect survivant de l’équipe qui a tué 130 personnes à plusieurs endroits le 13 novembre 2015.

« Je savais que la mort viendrait », a-t-il déclaré.

Les assaillants ont forcé l’entrée principale du music-hall et ont tiré des armes automatiques sur la foule pendant que le groupe jouait.

« Nous pensions que cela s’arrêterait, mais cela a continué », a déclaré Galindo au tribunal. « Au bout d’un moment, ils se sont rechargés et un technicien nous a dit ‘la prochaine fois qu’ils s’arrêtent, on court’. »

Le groupe s’échappe par une porte latérale mais leur tour manager est tué.

90 morts liés aux attaques de salles de concert

Les assaillants ont été retenus en otage à l’intérieur d’un music-hall lors d’une attaque d’une heure qui a fait 90 morts et s’est terminée après que la police a abattu un militant et deux autres ont fait exploser leurs gilets suicides.

Les survivants ont raconté avoir fait le mort pendant des heures ou se cacher dans des placards, sans savoir si leurs amis ou leurs proches étaient encore en vie. Ils parlent de balles dans leurs corps et de devoir marcher sur des corps lorsqu’ils s’échappent enfin.

Abdeslam, 32 ans, est le seul des 20 prévenus directement inculpés de meurtre, tentative de meurtre et prise d’otage. Il a nié les allégations et est jugé devant un panel de juges.

Il a déclaré au tribunal en février qu’il avait renoncé à faire exploser son gilet explosif lors de l’attaque.

Six ans plus tard, Hughes dit qu’il est toujours nerveux à propos de la foule, mais il tire le courage de la capacité de la France à aller de l’avant.

« Le mal ne gagne pas », a-t-il dit. « Vous ne pouvez pas tuer le rock and roll. »

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.