Ghada Aoun sort de France : que fait-il ?

Le Sénat français a accueilli lundi un colloque intitulé Indemnisation des victimes de la corruption et des conflits armés. La réunion, animée par la vice-présidente de la Commission des lois, Nathalie Goulet, était présidée par le procureur général d’appel du Mont-Liban, le juge Ghada Aoun.

Selon la chaîne française « Public Sina », « le Liban se classe au 154e rang sur 180 pays en termes de son taux de corruption pour 2021, qui est de 24%, selon ce qui a été publié par Transparency International. Le niveau de corruption au pays du cèdre est en augmentation par rapport à 2020.
Selon Aoun, la corruption sévit depuis l’indépendance du Liban en 1943. Il a souligné que « c’est un grave problème dont souffre le Liban depuis la fin du mandat français ». Il a expliqué : « Le sectarisme ne contribue pas à l’établissement d’une bonne gouvernance dans ce pays, bien au contraire. » Le Liban est une mosaïque sectaire composée de près de dix-huit sectes. Le système politique national prend la forme d’une « démocratie consensuelle », un système qui veille à l’équilibre des différentes religions. Les familles maronites, chiites et sunnites se partagent le pouvoir selon leurs affiliations religieuses respectives. Chaque société doit trouver sa place dans cette politique politique. Le traité de Taëf, qui a mis fin à la guerre civile à la fin des années 1990, a défini les règles du jeu politique : les chrétiens héritent de la présidence, et le Parlement est divisé à parts égales entre chrétiens et musulmans. Aoun souligne que « le sectarisme contribue à la consolidation de la corruption dans le pays ».

Corruption : un crime endémique

Le site poursuit : « Pour Ghada Aoun, la corruption existe dans tous les organes du gouvernement, « en politique, dans l’administration, à la banque centrale ou dans le judiciaire ». Et la situation, selon lui, « est sans fin. « Ce qui se passe au Liban, c’est le vol de tout le peuple. » Et il a poursuivi : « J’ai été étonné de voir autant de dossiers liés à des affaires de corruption. Nous avons commencé à nous occuper de cette situation, notamment au sein du système judiciaire. Nous avons également dénoncé un certain nombre de juges corrompus. » Ce crime sévit également au sein des « forces de sécurité ». Il a ajouté : « Je ne peux pas imaginer l’étendue de ce fléau ». Aoun a noté que « le système est basé sur le principe de l’impunité. Les forts ont des alliés à l’intérieur des portes de la justice. S’ils obtiennent un contrat général, ils peuvent commander deux ou trois fois plus, sans se sentir anxieux ».
Le site ajoute : « Pour Aoun, le mouvement de contestation né dans les rues de Beyrouth en 2019 a permis de changer beaucoup de choses et d’impulser des changements. Ces manifestations sont un appel à la jeunesse, un mouvement de rejet de la corruption ». le défi de permettre plus de transparence, mais tout cela est encore fragile. J’ai franchi le pas, et j’espère que mes collègues feront de même à sa place », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Nous sommes face à un immense lobby de groupes financiers, à commencer par le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salameh. , qui est soutenu par la classe politique et certains magistrats. »

Aoun a justifié ses actions contre le gouverneur de la Banque du Liban en déclarant : « Les lois libanaises relatives à l’enrichissement illicite sont très claires. Et il a poursuivi : « Si nous voyons apparaître des signes clairs d’enrichissement chez les hauts fonctionnaires, c’est la preuve d’un enrichissement illégal. Ce n’est pas moi qui prouve le contraire. Un mandat d’arrêt délivré par un tribunal libanais s’applique également à l’épouse et au frère de Salama. Riad Salameh a également été influencé par les nombreuses enquêtes menées par les tribunaux français et suisses.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.