Zemmour de France trébuche en se lançant dans une tournée européenne – POLITICO

Appuyez sur play pour écouter cet article

PARIS – Lorsqu’Eric Zemmour a fait irruption sur la scène politique européenne avec une rencontre très médiatisée avec le Hongrois Viktor Orbán en septembre, il a déclenché une vague de spéculations selon lesquelles il dépasserait Marine Le Pen en tant que nouveau champion de France de la droite.

Mais sa tournée européenne prévue a été frappée par la déception et les annulations.

La prestigieuse institution royale de Londres a annulé un événement prévu vendredi en raison de problèmes de « diligence raisonnable ». A Genève, le gouvernement de la ville a refusé d’autoriser Zemmour à tenir une conférence dans un restaurant de luxe la semaine prochaine. Son équipe a récemment reporté une visite à Bruxelles en raison d’un « problème d’agenda ».

Les obstacles surviennent à un moment où le candidat à la présidentielle et rival Le Pen a vu son classement dans les sondages augmenter après avoir grimpé en flèche, selon le sondage POLITICO.

Zemmour, qui n’a pas officiellement déclaré sa candidature, a promis une approche radicale des institutions européennes s’il est élu président. Ses plans incluent la réintroduction des contrôles aux frontières, la suspension de la règle sans frontières de Schengen pendant deux ans et, selon les membres de son équipe en charge du sujet européen, l’ignorance des décisions de la Cour européenne des droits de l’homme et des tribunaux de l’Union européenne – bien que la France soit lié par ce dernier – sur des questions telles que: des questions telles que l’immigration et les subventions gouvernementales.

Actuellement, Emmanuel Macron est en tête avant l’élection présidentielle d’avril, tandis que Le Pen et Zemmour semblent se disputer une place au second tour des élections.

Alors que Zemmour a longtemps été un commentateur influent à la télévision nationale, il est relativement nouveau dans la politique française et ses efforts pour construire un réseau d’alliés en Europe en sont encore à leurs balbutiements. Ses efforts pour construire des ponts l’ont également mis sur une trajectoire de collision avec Le Pen dont le parti du Rassemblement national a travaillé dur pour construire des alliances populistes et nationalistes à travers l’Union européenne.

Zemmour devrait maintenant se rendre à Bruxelles en janvier pour rencontrer des chefs d’entreprise et des sympathisants lors de ce qui est officiellement une tournée promotionnelle pour son dernier livre « La France n’a pas dit le dernier mot », selon son équipe de presse. La dernière fois qu’il s’est rendu à Bruxelles, c’était en 2015, lorsqu’il a prononcé deux discours.

A Bruxelles, Zemmour semble avoir un petit mais fidèle cercle de fans.

L’un d’eux est Alain Destexhe, un ancien sénateur du Mouvement réformateur de centre-droit qui n’a pas réussi à remporter les élections après avoir fondé un parti dissident de droite. Destexhe, qui a lancé un groupe Facebook soutenant Zemmour, a déclaré: « Il a des partisans dans la communauté française, mais pas parmi les pro-européens et les fédéralistes. »

Zemmour annulé ?

Zemmour s’attend à parler à plusieurs centaines de personnes de la communauté francophone de Londres lors d’un événement privé à la Royal Institution vendredi. L’annulation de dernière minute a porté un coup dur à son équipe, qui a déclaré qu’elle poursuivrait l’organisation en dommages et intérêts.

« Ce n’est évidemment pas aux salles de conférence commerciales de décider si Eric Zemmour a le droit de s’exprimer ou non », écrit l’un de ses attachés de presse. « Au pays de la liberté d’expression, c’est ironique. »

A Genève, la décision du conseil municipal de gauche d’interdire à Zemmour de parler dans les restaurants des Eaux-Vives a déclenché un débat sur la liberté d’expression.

« Que certaines personnes soient désabusées par la visite d’un éventuel candidat à la présidentielle est un signe de vitalité », selon un éditorial du La météo. « Mais que les autorités publiques pensent qu’elles ont le droit de dénoncer les fauteurs de troubles (…) est une atteinte à notre liberté d’expression. »

La conférence Zemmour à Londres vendredi a été déplacée vers un nouveau lieu. Mais les choses peuvent ne pas devenir plus faciles au fur et à mesure que la campagne progresse.

Présentateur de télévision et écrivain populaire, Zemmour organise régulièrement des conférences à guichets fermés sur l’identité et la politique en France. Mais il a été reconnu coupable à deux reprises d’incitation à la haine et a été jugé cette semaine pour avoir qualifié des mineurs non accompagnés de « voleurs, assassins et violeurs » en direct à la télévision.

Son accueil à l’étranger sera très différent de son traitement chez lui, a déclaré un poids lourd du Rassemblement national qui connaît bien la politique européenne.

« Ses condamnations pénales ne vont pas bien à l’étranger, notamment dans les pays nordiques ou aux Pays-Bas », a déclaré le responsable du Rassemblement national, « en France, les hommes politiques font face à des procès tout le temps, les gens y sont habitués ».

Bien sûr, le Rassemblement national lui-même n’était pas sans problèmes judiciaires, Le Pen étant accusé de détournement de fonds européens.

Alliance en chantier

Lorsqu’Orbán a accueilli Zemmour à Budapest et s’est entretenu avec lui dans son bureau en septembre, il y avait des spéculations dans son pays d’origine selon lesquelles les célébrités de la télévision étaient une nouvelle force d’extrême droite avec laquelle il fallait compter.

Zemmour a dit qu’il le ferait alliance avec Visegrad Four — Pologne, Hongrie, Slovaquie et République tchèque — pour protéger ce qu’il appelle une identité chrétienne gréco-romaine en Europe. Lors de sa visite à Budapest, Zemmour a félicité Orbán pour sa « résistance contre l’esprit du temps, contre toutes sortes de pressions de la Commission européenne, de l’Allemagne et d’Emmanuel Macron ».

Mais même à l’extrême droite européenne, les mouvements de soutien à Zemmour semblent timides.

Le porte-parole adjoint du Parti droit et justice polonais, Radosław Fogiel, a déclaré qu’il espérait « que davantage de politiciens européens partageraient notre opinion sur l’Europe », mais ne serait pas intéressé à commenter les idées de Zemmour.

En Belgique, Assita Kanko, une députée du parti d’extrême droite NVA, a écrit dans Temps: « Zemmour est controversé, a un large contenu intellectuel et un flair pour la conversation. C’est unique », avant d’ajouter que « suis-je d’accord avec sa provocation ? Pas. Puis-je comprendre pourquoi les gens le choisissent ? Oui. Ce sera intéressant. »

Un membre de l’équipe de Zemmour en charge des affaires européennes a déclaré que la construction d’une alliance d’Etats en Europe était un objectif viable mais pas une priorité.

« L’Union européenne est un albatros, mais nous ne pouvons pas ouvrir trop de champs de bataille », a déclaré le conseiller, « nous n’allons pas démolir la maison mais nous concentrer sur les priorités de la France ».

Zemmour ne soutient pas le soi-disant Frexit mais suivra l’exemple de la Pologne en contestant la primauté de la législation de l’UE, et ignorera le droit européen s’il « nous empêche d’agir ».

Zosia Wanat et Esther Webber ont contribué au reportage.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.