Voici le plan du ministère de la Santé pour gérer la crise médicamenteuse des patients atteints d’un déficit immunitaire primaire

Le ministère de la Santé a donné des directives pour fournir immédiatement les médicaments « aminoglobuline » qui sont recommandés pour le traitement des maladies d’immunodéficience primaire pour les cas critiques, car les cellules du ministère s’efforcent de fournir ces médicaments aux autorités sanitaires compétentes.

Au cours de la première phase de ce processus, 70 patients qui entrent dans la catégorie des cas urgents en bénéficieront, selon ce que le professeur Ahmed Azizi Bousafiha, président de l’association « Hajar », a confirmé dans un communiqué à Hespress, expliquant que depuis hier soir, un certain nombre de patients ont été contactés, dont une fille à Dakhla, son état est urgent.

Le porte-parole a précisé que l’Etat en avait prévu un bon nombre, suffisant pour une durée de trois mois, dont soixante-dix patients bénéficieraient en priorité avant de passer à d’autres cas, moins urgents.

Bousfiha a expliqué que les discussions entre les différents acteurs impliqués dans la gestion de cette crise ont porté sur la nécessité de la légalisation de cette drogue. Comme consignes seront données de ne le donner qu’à ceux qui ont prouvé en avoir vraiment besoin, tout en arrêtant son utilisation au profit des cas où il n’y a aucune preuve qui nécessite l’utilisation du médicament.Oh mon Dieu, certaines théories qui supposent son impact positif possible sur les patients, soulignent que « la priorité aujourd’hui est pour ceux dont la vie est liée à ce médicament. »

L’impact associé à la pandémie affecte les taux de don de sang et les prix des médicaments augmentent au niveau mondial, ce qui a un impact négatif sur les stocks de médicaments, selon le professeur Bousfiha.

Invitation à faire un don

Les données officielles montrent que 0,9 % des citoyens donnent du sang au Maroc, ce qui est un chiffre faible par rapport aux pays européens où la proportion de donneurs oscille entre 10 et 15 % sur une base régulière.

Dans ce contexte, Bousfiha a déclaré que l’État doit fournir des installations pour donner du sang, des médecins et des infirmières, ainsi qu’un lieu pour faire des dons, car parfois les centres reçoivent des sommes importantes qui dépassent la capacité des ressources humaines et l’espace alloué aux dons.

À son tour, le Dr. Amraoui Najia, directeur par intérim du Centre national de transfusion sanguine, a souligné l’importance pour les Marocains de se tourner vers ces centres pour donner du sang afin de contribuer à faciliter le processus d’approvisionnement en aminoglobulines et médicaments à base de sérum.

Il a indiqué que le Centre national de transfusion sanguine est le seul dans les pays arabes et africains, à l’exception de l’Afrique du Sud, qui fournit ces médicaments depuis 1998.

Il a ajouté que le Maroc fournissait ce médicament dans le cadre d’un contrat entre le Centre national de transfusion sanguine et une société française, soulignant que les médicaments extraits du sérum disponibles dans les centres d’injection de sang sont chers et importés de l’étranger.

Le centre envoie une certaine quantité de sérum à une société française pour produire des médicaments à base d’aminoglobuline et d’autres médicaments extraits du sérum, et donc le nombre de donneurs joue un rôle clé dans ce processus, d’autant plus que la loi interdit l’adoption d’autres . sérum non marocain.

Al-Amrawi a appelé le public à répondre à la campagne de don de sang lancée il y a environ un mois dans le but de surmonter la crise de l’arrêt des médicaments, et a souligné qu’environ 4 895 de ces médicaments ont été administrés en 2000, alors que le nombre donné en 2021 s’élevait à 8 616. , et pendant trois mois le mois dernier La plupart des médicaments ont été pris.

Le sérum qui arrive à l’entreprise française pour fabriquer le médicament est soumis aux contrôles stricts trouvés dans le contrat, et à une surveillance attentive, et le processus est également soumis à la loi marocaine 03.94 qui encadre le processus de don de sang.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.