Virage d’extrême droite français – The New York Times

Fassin soutient qu’au cours des dernières décennies, des gouvernements apparemment de gauche ont repris cette bataille et se sont alignés sur la droite. L’automne dernier, le ministre de l’Éducation de Macron, Jean-Michel Blanquer, a fondé le Laboratoire de la République, un groupe de réflexion organisé par le gouvernement destiné à faire avancer les idéaux de laïcité, a déclaré que « le hijab lui-même est indésirable dans la société française » et a dénoncé « le wokisme » comme une importation américaine. En 2013, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur du président socialiste François Hollande, a appelé à l’expulsion systématique des Roms, citoyens de l’UE, du pays. Sous Valls, l’État a été poursuivi avec succès pour profilage racial au sein de la police, mais Valls a fait appel de la décision en faisant valoir que la pratique était justifiée parce que les Noirs et les Arabes étaient plus susceptibles d’être des étrangers et donc dans le pays illégalement. Ce n’est pas loin de ce qu’a dit Zemmour, a déclaré Fassin. (En 2011, Zemmour a été condamné par un tribunal pour incitation à la haine raciale pour avoir déclaré à la télévision que la police arrêtait de manière disproportionnée les minorités parce que « la plupart des dealers sont noirs et arabes ».) Fassin a poursuivi : « Donc, si nous voulons comprendre pourquoi Zemmour peut dire ce qu’il dit, tu devrais voir. »

La gauche prétend défendre laïcité nécessaire pour s’opposer à l’extrémisme islamique, tandis que le droit de cesser de prétendre que laïcité neutre du tout. Des conservateurs comme Zemmour utilisent ouvertement la doctrine comme un outil pour délégitimer l’islam. Il a déclaré à son auditoire que sous sa présidence, il « ne voulait pas entendre la voix de muezzin, » personnes qui se font l’écho de l’appel à la prière, tout en faisant l’éloge de « l’héritage chrétien » de la France. Une partie de l’enthousiasme décroissant pour Marine Le Pen est due à son insistance sur le fait que « l’islam n’a pas le droit de s’exprimer en public, pas plus que le christianisme », de Guillebon, aujourd’hui rédacteur en chef du magazine d’extrême droite. L’erreur, j’ai dit.

Lorsque les politiciens de gauche se sont déplacés vers la droite, la droite est pratiquement indiscernable de la droite. Début novembre, Les Républicains, le parti majoritaire considéré comme de centre-droit, ont tenu leur premier débat primaire. Ouvrant le segment sur l’immigration, le modérateur a demandé aux candidats s’ils utiliseraient le terme « grand remplacement. » Certains ont hésité, mais pas un seul candidat n’a rejeté l’idée. « Soixante-sept pour cent des Français l’utilisent », a déclaré Ric Ciotti, un député du sud, plutôt conservateur, avec un haussement d’épaules. « Cela ne sert à rien de nier la réalité. » L’animateur a continué à insister sur ce point : la France assiste-t-elle au remplacement d’une population par une autre ? « Je n’aime pas cette expression », a déclaré Michel Barnier, ancien négociateur du Brexit pour l’UE, mais il a permis à la France de ne plus parfois se sentir « chez elle ». Valérie Pécresse, qui a ensuite remporté une nomination aux Républicains, a déclaré qu’elle n’aimait pas l’expression car elle « impliquait que nous étions foutus ».

Le traumatisme continu des attentats terroristes a créé un environnement hautement chargé. En octobre 2020, Samuel Paty, un professeur de lycée de la banlieue parisienne qui, dans une classe de liberté d’expression, a montré à ses élèves le dessin animé de Charlie Hebdo Muhammad, a été décapité par un réfugié musulman tchétchène de 18 ans qui venait d’obtenir l’autorisation . vivre en France pendant 10 ans. Quelques semaines plus tard, un Tunisien poignarde mortellement trois personnes dans une église de Nice ; l’homme était entré en France quelques jours plus tôt avec des documents l’identifiant comme réfugié. C’est un environnement où « les gens raisonnables décident que pour être raisonnables, il faut être d’accord avec les gens qui n’ont pas de sens », a déclaré Fassin. On leur fait sentir que s’ils ne s’opposent pas à la soi-disant islamo-gauche, une façon de qualifier les gens de gauche d’islamophiles pour mettre en garde contre le sectarisme anti-musulman, alors ils sont « impliqués dans le terrorisme », a déclaré Fassin. « Et, bien sûr, cela a des conséquences. Intimidation, en gros.

La gauche n’a pas réussi à articuler ce que cela signifie d’être à gauche, dit Fassin, pour offrir une vision différente en réponse à de vrais défis. « Les notions d’humanisme et de solidarité se sont affaiblies dans le débat public », m’a dit Vincent Martigny, professeur de sciences politiques à l’université de Nice. De gauche à droite, d’Ornellas a déclaré : « Ils ont refusé d’aborder les questions de sécurité, d’immigration ou d’islam. Chaque fois que ce sujet est abordé, ils disent : « C’est un sujet d’extrême droite ». Alors les gens se disent ‘OK, alors je suis de droite.’ » Pour la gauche, dit Fassin, l’absence de frontières est fatale : « Si vous êtes de gauche, vous devez vous assurer que que la gauche est différente de la droite. Si vous êtes à droite, vous n’en avez pas besoin. Par contre, c’est mieux si c’est flou. » Du coup, la droite a pu fixer les termes du débat. « Nous sommes loin d’être dominants », m’a dit d’Ornellas. « Mais au moins vous pouvez dire que pour la première fois, nous sommes en mesure de combattre l’hégémonie de la culture libérale. »

Maréchal et Zemmour prêchent depuis longtemps pour ce qu’ils appellent union des droites, la fusion de différentes factions de droite derrière un seul chef. Cela pourrait se produire soit en fusionnant un parti de centre droit et un parti d’extrême droite, même si cela est considéré comme hautement improbable, soit, plus probablement, en combinant une grande partie de l’électorat de centre droit avec ceux d’extrême droite.

Les sondages montrent que le moyen de séduire tous les électeurs conservateurs, urbains et bourgeois ainsi que la classe ouvrière, est de parler ou plutôt de s’opposer à l’immigration. C’est quelque chose que Zemmour a toujours fait. C’était un idéologue, et il a bâti sa carrière sur une obsession singulière. Il est difficile de dire ce qu’est la stratégie électorale et ce que Zemmour devient Zemmour.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.