Vidéo accusant la Suède de « kidnapping » d’enfants musulmans… et il nie

En réponse à la diffusion de vidéos accusant les services sociaux en Suède de « kidnapper » des enfants musulmans, les autorités suédoises s’efforcent de lutter contre ce qu’elles considèrent comme une « campagne de désinformation ».

La cassette, qui est en arabe, affirme que la Suède est un pays fasciste où les services sociaux placent des enfants musulmans dans des foyers chrétiens, les maltraitent ou les forcent à manger de l’alcool ou du porc. Certaines d’entre elles montrent des enfants en pleurs séparés de leurs parents médusés.

Les images circulent largement sur les réseaux sociaux depuis fin 2021, suscitant la méfiance des familles immigrées.

colère

Après que les plateformes médiatiques du Moyen-Orient ont rapporté ces allégations, les responsables du gouvernement suédois et des services sociaux ont commencé à faire de gros efforts pour nier la vérité.

Le ministre suédois de la Migration et de l’Intégration, Anders Yegman, a nié « du tout », soulignant que l’objectif principal des autorités était d’apporter un soutien aux familles.

Il considère que la campagne a contribué à alimenter « la frustration de ceux qui n’ont pas fait leur part » et ils ont exprimé leur colère devant les autorités.

« Il y a des forces du mal qui veulent exploiter les frustrations des gens pour répandre la méfiance et semer la discorde », a-t-il déclaré.

L’Agence suédoise de défense psychologique a récemment noté que bon nombre de ces vidéos sont obsolètes et fournissent de faux arrière-plans « dans le but de polariser ».

Critique et incitation légitimes

Magnus Ranstorp, spécialiste du terrorisme à l’Université suédoise de la défense, a déclaré que la campagne était principalement basée sur un groupe sur Facebook se faisant appeler Barners-Ratitter Mina Rattitter (Les droits des enfants sont les miens), où les parents parlent de leurs souffrances à la suite de la séparation, de leur les enfants sont « injustes » à leur égard.

Le parti « Nias » a récemment évoqué des rumeurs sur la séparation forcée d’enfants de leurs parents lors de la campagne électorale prévue en septembre.

Des personnalités musulmanes suivies sur Internet, ainsi que le site « Affaires islamiques », qui publie une vingtaine de vidéos, se sont joints au voyage.

La Suède a été témoin de plusieurs manifestations.

Ranstorp a déclaré que certaines critiques des agences de services sociaux peuvent être légitimes, mais il a décrit les commentaires pointus dans les médias comme une « inflammation ».

Suivez attentivement

Julia Agha, directrice de la plateforme médiatique en langue arabe Kombs, basée à Stockholm, suit la campagne de près.

« Au départ, la campagne visait probablement à permettre aux parents dont les enfants ont été séparés de s’exprimer sur ce qu’ils ressentent comme étant le traitement injuste qu’ils subissent et de critiquer les services sociaux », a-t-il déclaré.

Et il a poursuivi : « Mais ce qui s’est passé, c’est que cette campagne est tombée entre les mains de forces extérieures qui lui ont donné un caractère religieux et ont commencé à répandre de la désinformation, alors c’est devenu plus comme une campagne de haine contre la Suède et la société suédoise. »

solution finale

Le Conseil national suédois de la santé et du bien-être, qui supervise les services sociaux, insiste sur le fait que retirer les enfants de leur foyer reste un dernier recours.

Cela ne se produit que « lorsque l’action volontaire n’est pas possible et lorsqu’il existe un risque important pour la santé ou le développement de l’enfant », a écrit le conseil à l’AFP par courrier électronique.

En 2020, 9 034 enfants ont été placés sous tutelle de l’État sans le consentement de leurs parents, selon les données officielles.

Les chercheurs et les travailleurs sociaux ont noté que pour les enfants qui ont été déplacés de leur foyer, le nombre d’immigrants était supérieur à celui des enfants suédois de souche.

Ils considéraient que les familles migrantes étaient moins ouvertes à recevoir des soins précoces fournis par le service social.

La Suède a été le premier pays à interdire les châtiments corporels infligés aux enfants, y compris les gifles, en 1966.

Manifestation

Maria Al-Mutavice, 35 ans, qui a immigré en Suède il y a 12 ans du Maroc, a organisé l’année dernière un mouvement de protestation devant le bureau du service social de sa ville natale de Gallivari, après que ses deux enfants aient été séparés d’elle.

Lire la suite

Cette section contient des articles connexes, placés dans le champ Nœud associé.

Il a déclaré à l’AFP que son fils de 10 ans et sa fille de 6 ans avaient été séparés de lui après que les services sociaux eurent conclu qu’ils avaient subi des violences à leur domicile.

Elle a déclaré que la décision n’était fondée sur aucune preuve autre que les entretiens que l’assistante sociale avait eus avec ses deux enfants, auxquels elle n’avait pas été autorisée à assister.

Le service social n’a fait aucun commentaire sur les cas individuels.

Il a confirmé qu’il savait que ses deux enfants n’avaient pas été « enlevés », mais il a exprimé sa compréhension pour certains qui l’ont qualifié d’enlèvement.

Al-Mutawakel a poursuivi : « En tant que mère, je pouvais sentir qu’elle avait été kidnappée », expliquant : « Lorsque les parents n’ont pas reçu de réponse, j’ai compris qu’ils décrivaient l’affaire de cette manière.

Difficulté à apprendre la langue

La Suède est confrontée depuis des années à des difficultés en matière d’intégration des immigrés.

La nation riche de 10,4 millions d’habitants a accordé à plus de 400 000 personnes l’asile et le regroupement familial entre 2010 et 2019, le taux de population le plus élevé de tous les pays européens.

« La Suède est toujours confrontée à de nombreux défis en termes d’intégration, notamment la séparation » des enfants de leurs parents, a déclaré Aga.

Il a donné un exemple, de nombreux immigrés qui ont des difficultés à apprendre le suédois et vivent dans des zones qui ne communiquent qu’avec d’autres immigrés, de sorte qu’ils ne se sentent pas partie intégrante de la société suédoise.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.