Une série d’accidents d’armes à feu en France incite à limiter la chasse

Chaque fois qu’elle entendait des coups de feu dans les champs autour de sa maison dans la campagne française, Elodie Le Frixon haletait.

Il s’est rappelé la fois où, il y a quatre ans, la balle d’un chasseur égaré a percé la fenêtre de sa cuisine, alors qu’il venait de perdre son compagnon. De tels incidents, dont plusieurs au cours desquels des personnes ont été blessées ou tuées, ont conduit à des appels à des restrictions de la chasse, un sport qui, pour beaucoup au cœur de la France, est représenté comme un mode de vie.

« Chaque fois que j’entends qu’il y a de la chasse autour de la maison quand j’entends des coups de feu à proximité, j’ai toujours le réflexe de garder la tête baissée et de ne pas rester devant la fenêtre », explique Le Frixon, dresseur de chiens-guides. Morgan Keane, 25 ans, qui coupait du bois dans son jardin au passage d’une chasse, a eu moins de chance que le collègue de Le Frixon. Keane est mort après avoir été touché par une balle tirée par quelqu’un qui chassait le sanglier.

La tragédie a incité ses amis à organiser une pétition appelant à des restrictions de la chasse qui a recueilli plus de 120 000 signatures sur le site Internet du Sénat français. « Morgan pourrait être vous … Cela pourrait être vos parents, cela pourrait être n’importe qui », a déclaré Lea Jaillard, une amie et organisatrice de la pétition.

L’idée derrière la pétition est soutenue par Yannick Jadot, le candidat des Verts à l’élection présidentielle de l’année prochaine. Il a proposé d’interdire la chasse le week-end pour réduire le risque que les coureurs, les vagabonds et les vététistes se fassent tirer dessus par accident. L’initiative a fait face à des réactions négatives.

Willy Schraen, chef de la Fédération nationale des chasseurs, a estimé qu’il était insensé d’interdire les activités du week-end. Le fonctionnaire à la retraite Renan Fouracre, qui a abattu des sangliers et des cerfs le mois dernier avec un groupe de chasseurs dans la jungle au sud-est de Paris, est enclin à être d’accord.

Fouracre, 75 ans, dit que c’est bien d’avoir quelques jours sans chasser, mais pas les week-ends – pour beaucoup de gens, c’est le seul moment où ils peuvent chasser. « Ce serait une atteinte à la liberté », a-t-il déclaré.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.