Une entreprise française ouverte aux pourparlers sur le port de Bagamoyo

Par Alex Nelson Malanga

Dar es Salam. Les grandes entreprises françaises entameront des discussions avec le gouvernement dans les semaines à venir sur la possibilité pour elles de participer à la construction et à l’exploitation du port de Bagamoyo de 10 milliards de dollars (environ 23 000 milliards de shillings), a appris The Citizen.

Une partie de la discussion, résultat de la visite du président Samia Suluhu Hassan en France plus tôt cette semaine, discutera également de la manière dont les investisseurs français peuvent participer à l’élaboration de tous les ports tanzaniens, dans le but de faire de la Tanzanie une plaque tournante du transport et de la logistique en Afrique de l’Est. Région.

C’est ce qu’a révélé vendredi l’ambassadeur de France en Tanzanie, M. Nabil Hajlaoui, dans une interview exclusive accordée à The Citizen lors d’une conférence de presse sur la visite d’Etat réussie en France du président Hassan.

L’ambassadeur a déclaré qu’ils discuteraient de qui construirait le projet, des modalités à utiliser et à travers quel financement.

« Les investisseurs français sont prêts à faire partie du projet. Ils veulent mettre de l’argent sur la table et discuter de ce qu’ils peuvent faire ensemble », a déclaré Hajlaoui.

Il a dit qu’il y a des parties privées qui sont prêtes à investir sous la forme d’un programme de partenariat public-privé (KPS).

Publicité

Le gouvernement a signé un accord-cadre en 2013 avec China Merchants Holdings International (CMHI) et le Fonds de réserve général de l’État d’Oman pour établir des ports et des zones économiques spéciales dans le cadre des efforts visant à faire de la Tanzanie une plaque tournante commerciale et logistique pour la région.

Mais le régime de la phase cinq de feu John Magufuli a rejeté le projet, disant qu’il était abusif et inapproprié.

Cependant, le président Hassan, qui a accédé à la présidence le 19 mars 2021 après le décès de son prédécesseur, le Dr Magufuli, a déclaré que le projet du port de Bagamoyo devrait être mis en œuvre dans l’intérêt du pays.

De leur côté, a-t-il dit, les grandes entreprises françaises discuteront de la manière dont elles pourraient participer au développement d’autres ports, à savoir Dar es Salaam, Mtwara et Tanga.

« Les investisseurs français ouvriront des négociations sur les intérêts qu’ils ont manifestés lors de la rencontre du président Samia en France », a déclaré l’ambassadeur Hajlaoui.

Il a déclaré que le gouvernement français était plus que disposé à soutenir les efforts de la Tanzanie pour faire de ce pays d’Afrique de l’Est un centre économique, de transport et de logistique.

Il fonctionnera en créant un espace pour que ses investisseurs investissent dans les ports, les chemins de fer, les aéroports et la logistique maritime.

« La Tanzanie a de nombreuses raisons d’attirer les investisseurs et de devenir une plaque tournante régionale. La Tanzanie peut avoir une valeur très élevée en termes d’affaires propices », a déclaré l’ambassadeur.

Il a expliqué que le ferme engagement du président Hassan à améliorer l’environnement des affaires ferait du pays une meilleure destination d’investissement que les pays voisins.

« Les investisseurs sont attirés par un cadre juridique clair, la prévisibilité des politiques, la transparence de l’état de droit et une concurrence loyale et la Tanzanie se porte bien dans ce domaine.

« Les investisseurs veulent une sorte d’administration qui puisse résoudre leurs problèmes. Ils veulent obtenir un retour garanti sur leur investissement », a déclaré Hajlaoui.

Il a déclaré que dans le but d’améliorer les relations commerciales et économiques avec la Tanzanie, une importante délégation française impliquant le monde des affaires et des dirigeants éminents devait atterrir en Tanzanie à la mi-mai. « Ils seront ici pour explorer les opportunités dans divers projets », a-t-il laissé entendre, notant que ce faisant, cela aiderait à augmenter les volumes d’échanges entre les deux pays.

Les données officielles indiquent que l’année dernière, la valeur des exportations de la Tanzanie vers la France s’élevait à 35 millions de dollars (environ 80,5 milliards de shillings), tandis que les importations étaient estimées à 60 millions de dollars (138 milliards de shillings).

« Nous devons faire plus et nous pouvons le faire en augmentant les investissements ici », a déclaré l’ambassadeur.

Reportage complémentaire d’Ewen Le Clec’h

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.