un va trop loin, ou pas assez loin ? Le Québec adopte une nouvelle loi controversée pour « promouvoir et améliorer » le français

L’organisation est également préoccupée par le poids de la nouvelle réglementation sur les petites entreprises, a-t-il déclaré.

Les manifestations à Montréal contre la loi attirent plusieurs milliers de personnes avant le vote. La ville abrite la plus grande concentration d’anglophones dans une province de 8,6 millions d’habitants et est l’une des principales économies du pays.

Le projet de loi a été présenté il y a plus d’un an par Simon Jolin-Barrette, le ministre responsable du français dans le gouvernement majoritaire de la Coalition Avenir du Québec. Les partis politiques nationalistes et conservateurs détiennent 76 des 125 sièges au total à la législature provinciale. La taille dépasse 78-29.

Le Premier ministre Justin Trudeau n’a fait aucun commentaire après le passage, mais son bureau a renvoyé POLITICO à ses commentaires lors d’une conférence de presse à Vancouver avant que la mesure ne soit approuvée. Lors de l’événement, Trudeau a déclaré qu’il était préoccupé par la loi dans sa forme actuelle et qu’il continuerait de la surveiller.

« Je suis professeur de français à [British Columbia]. Je sais à quel point il est important de protéger la communauté francophone hors Québec », a-t-il déclaré. « Mais il est aussi très important de s’assurer de protéger la communauté anglophone du Québec. »

Le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, a déclaré mercredi que le gouvernement pourrait envisager de contester la nouvelle loi devant les tribunaux, mais souhaite attendre de voir comment elle est appliquée et mise en œuvre pour s’assurer qu’elle ne viole pas les droits constitutionnels.

La loi affirme que le français est la « seule langue officielle » du Québec et révise Charte de la langue française de 1977 d’une manière qui pardonne moins aux non-francophones de la province. La charte de 1977, connue sous le nom de projet de loi 101, établit le français comme langue officielle du gouvernement et de la société tout en rendant obligatoire l’enseignement du français aux immigrants.

En vertu du projet de loi 96, les immigrants seront tenus de communiquer avec le gouvernement en français six mois après leur arrivée. La nouvelle loi limitera les inscriptions dans les cégeps anglophones, un collège généralement de deux ans que les étudiants du Québec doivent fréquenter avant l’université. Ceux qui sont au cégep doivent maintenant suivre trois cours de français supplémentaires pour obtenir leur diplôme.

Il a également établi un commissaire à la langue française avec le pouvoir de punir les institutions qui ne se conforment pas à la loi.

Le Parti libéral du Québec et le Parti québécois s’opposent au projet de loi pour diverses raisons. Les libéraux disent que la loi va trop loin, tandis que le PQ dit qu’elle ne va pas assez loin.

« Alors que l’adoption de la loi 96 redéfinit la relation entre les anglophones et l’État, elle inaugurera une nouvelle période incertaine pour la minorité anglophone du Québec, avec des répercussions politiques, sociales et existentielles », La chroniqueuse de la Montreal Gazette Allison Hanes a écrit cette semaine.

Après son approbation, le premier ministre François Legault a minimisé les inquiétudes.

« Je ne connais aucune minorité linguistique qui soit mieux servie dans sa propre langue que la communauté anglophone du Québec », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse. « Nous en sommes fiers et nous sommes également fiers d’être une nation francophone en Amérique du Nord et il est de notre devoir de protéger notre langue commune. Et j’invite tous les Québécois à en parler, à l’aimer et à le protéger.

Les critiques disent que la nouvelle loi est un écran de fumée conçu pour rallier le soutien nationaliste avant les élections provinciales de novembre. Sondage de mars par l’Institut Angus Reid a constaté que le taux d’approbation de Legault était tombé à 52% – le chiffre le plus bas depuis qu’il est devenu premier ministre en 2018.

« Ils sont pressés parce qu’il y a des élections », a déclaré à POLITICO le chef du Parti conservateur du Québec, Eric Duhaime, qui s’est opposé au projet de loi, avant le vote.

«Ce n’est pas seulement une question anglophone ou francophone, c’est l’affaire de tous les Québécois et nos droits et libertés doivent être respectés… mais ils veulent utiliser [the bill] comme une arme politique », a-t-il déclaré.

lisabeth Gosselin, porte-parole de la ministre Jolin-Barrette, a déclaré à POLITICO dans un courriel que le français est depuis longtemps en déclin au Québec.

« Protéger la langue officielle et commune du Québec contre son déclin et sauvegarder son avenir est à la fois légitime et nécessaire », a-t-il écrit. « La France est le fondement du pays québécois. Il est de notre devoir de le promouvoir et de l’améliorer.

Étude statistique canadienne 2017 sur la projection linguistique ont constaté que même si le pourcentage de la population de la province dont le français est la première langue officielle diminuera d’ici 2036, le nombre de ces locuteurs devrait atteindre 8,1 millions, comparativement à 6,8 millions en 2011. La population de PLOP anglais devrait également augmenter. est passé de 652 000 à 853 000.

Les dirigeants autochtones de la province ont critiqué le refus du gouvernement du Québec d’exempter la communauté des Premières Nations de la loi.

« Prétendre que le français au Québec, avec ses 7 millions de locuteurs de langue maternelle, est en quelque sorte en danger et a besoin de protection est de l’arrogance », a déclaré à POLITICO le chef de Kakwirakeron, Ross Montour, du Kahnawake Mohawk Council.

« Que [bill sponsor Jolin-Barrette] déclare joyeusement que nous, les peuples autochtones du Québec, sommes libres de poursuivre notre propre langue et culture, tout aussi aveuglément… que jamais », a-t-il déclaré. « En fait, notre combat pour sauver notre langue mohawk signifie que l’accent est mis sur l’apprentissage de notre propre langue dans nos écoles. »

Montour et d’autres dirigeants de la communauté autochtone du Québec affirment que des dispositions juridiques à long terme pourraient mettre en péril les écoles, les litiges et les perspectives économiques.

La nouvelle loi stipule que les entreprises de plus de 25 salariés – en baisse par rapport au seuil précédent de 50 – seront tenues de prouver au gouvernement que le français est la langue commune sur le lieu de travail. Si l’agence constate que le français n’est pas parlé dans l’ensemble de l’organisation, elle peut demander au lieu de travail de mettre sur pied un comité pour montrer «l’establishment français est réel et intemporel. » Des plaintes publiques ou internes peuvent déclencher de telles enquêtes et les inspecteurs peuvent rechercher et confisquer des documents sans mandat.

Le propriétaire d’entreprise montréalais Lee Karls a déclaré qu’il envisageait de déménager son entreprise.

« Nous nous dirigeons vers une récession et notre économie ne fera que souffrir davantage », a déclaré Karls, président de Karmin Industries, une société de vente en gros et de distribution. « La personne moyenne n’a pas d’argent pour la nourriture, le loyer et l’essence. Nos routes sont très mauvaises et c’est ce qui préoccupe les politiciens : quelle langue utilisons-nous dans nos affaires ?

Le gouvernement Legault a protesté contre sa nouvelle loi avec une « clause de congédiement », une Un article rarement utilisé de la Charte canadienne des droits et libertés qui donne aux législatures provinciales le pouvoir de passer outre des parties de la Charte pour une durée de cinq ans, pourvu qu’elles le fassent explicitement.

« Bien que les dispositions visent à contourner ou à éviter efficacement la portée et l’effet de la Charte canadienne », a déclaré Evan Fox-Decent, professeur de droit à McGill et titulaire d’une chaire de recherche canadienne en droit et justice cosmopolite.

« Je pense que ce que nous voyons vraiment pour la première fois dans la société québécoise, c’est une tentative du gouvernement québécois d’imposer un régime d’ordre public global et autoritaire auquel de nombreuses personnes vivant au Québec auront évidemment du mal à adhérer. avec », a déclaré Fox-Decent.

La loi suscite des inquiétudes pour ceux qui opèrent dans les espaces anglophones du Québec. L’Association des commissions scolaires anglophones du Québec affirme qu’il y avait environ 250 000 élèves dans le système scolaire anglophone de la province en 1977, l’année où la loi 101 est entrée en vigueur. L’association a déclaré que ce nombre était tombé à environ 100 000 étudiants et a déclaré qu’elle aurait un temps limité pour travailler avec les éducateurs et les étudiants pour les préparer à des cours de français supplémentaires au cégep.

« Il y a un sentiment très large dans la société que les anglophones sont ciblés », a déclaré Russell Copeman, directeur exécutif de l’ACSAQ et ancien membre de l’Assemblée nationale. « Et le sentiment d’être laissé pour compte, le sentiment de pousser les gens à se demander s’ils étaient les bienvenus au Québec.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.