Un « triangle d’or » en plein Paris suscite la polémique politique

Paris: Un nouveau « triangle d’or » se dessine dans le centre de Paris avec la réouverture de bâtiments prestigieux, dont des hôtels et des boutiques de luxe, et des musées d’art contemporain, mais il provoque la polémique au sein de la classe politique locale.

Mardi, la poste parisienne du Louvre, située à proximité du prestigieux musée du Louvre, a rouvert ses portes au public après sept ans de fermeture.

Mais cet ancien édifice construit à la fin du XIXe siècle est aujourd’hui divisé en équipements publics qui comprennent une crèche, un commissariat, 17 logements sociaux, ainsi que des dizaines de commerces, et en plus. , un hôtel cinq étoiles de 82 chambres et deux restaurants.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a estimé que l’ensemble de ces équipements contribuait au processus de « revitalisation du cœur de Paris », saluant le renouvellement « harmonieux » de ce monument historique.

Dans le même quartier, le Musée d’art contemporain, qui abrite la collection de l’entrepreneur François Pinault, ouvre ses portes fin mai 2021 dans le bâtiment de la Bourse de Commerce.

Dans le même temps, « deux immeubles du centre de la capitale se sont réveillés de leur profond sommeil », dont « Samaritan », l’iconique méga store rénové par le groupe de luxe LVMH qui l’a racheté après 16 ans de fermeture, et l’Hôtel de la Marine sur la place Concord.

En attendant la réouverture du Louvre des Designites, les travaux se poursuivent sur un autre bâtiment historique destiné à recevoir la Fondation Cartier sur le même chemin que la rue Rivoli.

Le maire de l’arrondissement central de Paris, Ariel Wille, s’est félicité de l’ouverture de ce monument et de sa « double mixité » d’activité (commerces, logements, bureaux) et de caractère social (logements sociaux).

En revanche, l’opposition évoque « l’hypocrisie » des autorités exécutives de la ville.

« La ville crie ‘Merci Monsieur le Président’, qu’il s’agisse de l’ouverture de la poste du Louvre, de ‘La Samaritaine’ ou de la Fondation Pinault », a déclaré Danielle Simonet (du parti de gauche France Fière), estimant qu’il était une « reconnaissance de l’impuissance politique de la municipalité ».

Simone a noté que la « dose de traitement social » ne pouvait cacher le fait que « les grands groupes ont créé leur propre triangle d’or et ont changé encore plus le caractère de Paris ».

« Ce triangle d’or a très vite chassé les « familles populaires » car ces familles « en avaient marre d’être entourées de touristes dès qu’elles sortaient de chez elles », a déclaré Aurélien Véron (du Parti républicain d’extrême droite).

Il a souligné que les locataires de logements sociaux « doivent prendre le métro pour se nourrir » en raison des prix élevés sur les marchés et supermarchés situés dans cette « zone touristique et de luxe ».

Emmanuel Grégoire, le premier représentant d’Hidalgo, a déclaré que face « au danger de changer le caractère de la ville », le logement social s’inscrivait « dans notre politique de préservation de la vie dans notre quartier », affirmant que « la culture, si elle est bien traduit, n’est jamais une île pour les riches ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.