Un sénateur français dénonce une consultation sur le recours à « l’explosion » sous Macron – POLITICO

PARIS – Le gouvernement d’Emmanuel Macron et d’autres organismes publics ont signé des contrats d’une valeur d’au moins 2,4 milliards d’euros avec des cabinets de conseil depuis 2018, pour travailler sur des questions allant du déploiement d’un vaccin contre le coronavirus à la transformation numérique, selon un nouveau rapport du Sénat français.

Les législateurs de la chambre haute française ont présenté jeudi leurs conclusions à la suite d’une enquête parlementaire de quatre mois portant sur des contrats lucratifs avec McKinsey, Accenture, BCG, etc.

Les honoraires de conseil du ministère ont plus que doublé depuis le début du mandat de Macron à la présidence de la France, avec une forte accélération en 2021 (en hausse de 45% par rapport à l’année précédente) en raison de la pandémie, selon un rapport d’une commission d’enquête – composée d’un groupe de sénateurs et dirigé par l’opposition.

Les sénateurs ont également accusé McKinsey d’avoir menti sur sa situation fiscale lors des audiences parlementaires et ont déclaré avoir déposé une plainte auprès du bureau du procureur général. Bien qu’il ait conclu des accords lucratifs avec le gouvernement français au fil des ans, McKinsey « n’a pas payé d’impôt sur les sociétés en France depuis au moins 10 ans », a déclaré la sénatrice Liane Assassi lors d’une conférence de presse. « Un des [McKinsey’s] le directeur a dit sous serment… que McKinsey payait des impôts en France, alors nous avons examiné la question [requesting data] du ministère des Finances. Les conclusions sont claires. »

Les conclusions du comité, basées sur des données obtenues auprès du département du budget du gouvernement, indiquent une « explosion » de l’utilisation des services de conseil par le secteur public. Le recours au conseil est devenu un « réflexe » et les cabinets de conseil ont été « impliqués dans la plupart des grandes réformes » en France comme la réforme du régime des retraites, la réforme des allocations logement et certains volets du plan de relance, selon le rapport de 350 pages. rapport.

Des consultants de premier plan ont également été sollicités pour fournir des références européennes en amont de la présidence française du Conseil de l’Union européenne sur des sujets tels que la e-santé ou les nouveaux projets industriels.

La conclusion du Sénat est intervenue le jour même où le président français a présenté sa plate-forme de réélection, un mois avant l’élection présidentielle d’avril.

Un an après que le reportage de POLITICO sur l’utilisation de consultants pendant la pandémie en France a déclenché un débat national, l’opposition utilise toujours la question pour attaquer le mandat de Macron, arguant que le niveau des dépenses en consultants illustre à quel point le secteur public français a été vidé . .

La ministre de l’Action publique Amélie de Montchalin, qui supervise la politique de recours aux consultants, n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Une ‘tonne de pâte’

La commission d’enquête du Sénat, qui a dénoncé « l’obscurité » et le manque de responsabilité dans le recours aux cabinets de conseil, a présenté une analyse détaillée des dépenses de conseil qui, selon elle, représentaient « une tonne de pâte » – une référence directe à la vidéo de Macron de 2018 critiquant l’aide sociale comme « gaspiller une tonne de pâte », qui est devenu le point central des manifestations des Yellow Jackets.

Tandis que de Montchalin disait que l’enquête tôt cette année que les honoraires des consultants étaient stables, le comité sénatorial en a conclu autrement.

Selon les données obtenues auprès du ministère du budget, les dépenses de conseil du ministère français se sont élevées à 893,9 millions d’euros en 2021, contre 379,1 millions d’euros en 2018. Le total comprend le conseil en stratégie et en management ainsi que des conseils plus spécialisés tels que les services RH et informatiques. . .

S’il est difficile de comparer les honoraires de conseil de Macron avec ceux de ses prédécesseurs en raison d’une sous-déclaration pour la période précédente, les données divulguées par la Fédération européenne des associations de consultants en management et mentionnées dans le rapport suggèrent une utilisation plus restreinte des consultants sous le prédécesseur de Macron, François. Hollande mais au même niveau sous Nicolas Sarkozy.

McKinsey dénoncé

Les activités de conseil en France ont été mises à l’honneur lors du lent déploiement d’un vaccin contre le coronavirus dans le pays en janvier 2021. À cette époque, la France était en retard sur le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne dans sa distribution de vaccins – un problème dans un pays qui se targue d’être sur l’excellence des services publics en particulier dans le secteur de la santé.

Lorsque McKinsey et d’autres sont venus à la rescousse, les politiciens de l’opposition ont déclaré que le gouvernement ne pouvait plus remplir sa mission. Ils critiquent surtout le recours aux entreprises qui ont payé Règlement de 573 millions de dollars aux États-Unis pour des réclamations concernant son rôle dans crise des opioïdeset ont été confrontés à la corruption scandale.

Le gouvernement affirme que le recours aux consultations est logique dans une situation de crise.

Les informations sur l’implication de McKinsey dans le déploiement d’un vaccin contre le coronavirus, rapportées pour la première fois par POLITICO, ont rendu les législateurs français de l’opposition et du parti au pouvoir plus intéressés par l’utilisation de la consultation par le secteur public.

La commission d’enquête du Sénat est allée le plus loin, profitant de ses pouvoirs judiciaires pour saisir près de 7 000 documents auprès du ministère ainsi que directement auprès de cabinets de conseil.

Les rapports des sénateurs comprenaient des diapositives classifiées de McKinsey et des courriels avec de hauts fonctionnaires. Dans le document, le consultant – le plus ciblé dans le rapport bien qu’il ne représente que 1% des dépenses publiques dans le secteur – a promis aux principaux responsables qu’il resterait « dans les coulisses ».

Cela montre McKinsey organisant un événement pour l’Elysée pro bono, qui a été mis à profit dans une promotion commerciale auprès d’une autre administration publique – offrant à cette dernière la possibilité de participer à un événement public de l’Elysée.

Le rapport donne également un aperçu des priorités européennes de la France grâce à plusieurs études de référence commandées à des cabinets de conseil.

Le Boston Consulting Group (BCG) a été payé 196 200 € pour analyser « La maturité e-santé des pays de l’UE, dans le cadre de la présidence française de l’UE ». Le cabinet de conseil Roland Berger a remis des travaux d’une valeur de 149 201 € pour les « Redevances européennes de collecte des déchets ». McKinsey a de son côté réalisé une étude sur « le temps nécessaire au traitement des projets industriels en Europe, notamment en Allemagne, en Pologne et en Suède » pour 403 548 €.

Le gouvernement a également versé au moins 1,6 million d’euros d’honoraires de conseil à McKinsey et Roland Berger pour travailler sur sa réforme phare des retraites, qui a été reportée sine die en raison de la pandémie.

La France n’est en aucun cas le seul pays à se tourner vers le secteur privé pour aider à gérer les affaires de l’État et de nombreux pays européens s’appuient fortement sur des consultants pour externaliser les fonctions publiques, selon les données de la Fédération européenne des associations de consultants en management.

Tout en reconnaissant que les consultants peuvent être utiles ou indispensables en raison d’un manque de compétences ou de ressources dans l’administration publique, le Sénat français a également poussé à l’idée que le secteur du conseil adopte une stratégie d’influence prédatrice sur le gouvernement, soulevant des questions sur les conflits potentiels de l’intérêt. et une rentabilité modeste.

En Allemagne, l’utilisation de consultants par le gouvernement a provoqué un scandale majeur qui a forcé la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, à admettre des « erreurs » lorsqu’elle était ministre de la Défense du pays. L’anglais aussi promesse réduire les dépenses de consultants externes.

Le gouvernement français a annoncé qu’il suivra un régime consultatif en janvier. Les législateurs, qui ont déclaré que cette décision était trop tardive, ont suggéré de mettre en œuvre des mesures plus strictes et rédigeaient de nouvelles lois pour ce faire.

Vous voulez plus d’analyses de POLITIQUE? POLITIQUE Pro est notre service d’intelligence premium pour les professionnels. Des services financiers au commerce, en passant par la technologie, la cybersécurité et plus encore, Pro fournit les renseignements en temps réel, les informations approfondies et les informations à jour dont vous avez besoin pour garder une longueur d’avance. E-mail [email protected] pour demander un essai gratuit.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.