Un sénateur français appelle à la protection du droit régional de la prescription

La sénatrice Alexandra Borchio-Fontimp a déclaré db sa campagne pour imposer des restrictions similaires sur les recettes que l’on trouve dans le système AOP pour le vin : « il est très important de conserver notre patrimoine culinaire car nous pouvons préserver notre patrimoine littéraire, artistique ou architectural.

Salade niçoise, additionnée de pommes de terre et de haricots verts.

La nation qui a donné au monde Auguste Escoffier et Guide Michelin Reconnu internationalement pour ses talents culinaires. Cependant, Borchio-Fontimp, du parti conservateur Les Républicains, affirme que certains des plats les plus célèbres du pays sont menacés par des écarts par rapport aux recettes historiques.

Citant l’un des plats emblématiques de Nice, grande ville de la circonscription des Alpes-Maritimes, Borchio-Fontimp a déclaré : « …on lutte notamment pour ne pas inclure de haricots ou de pommes de terre dans la salade niçoise. Pour nous, c’est une hérésie qui va à l’encontre de l’éducation de nos parents et de nos ancêtres.

La plupart des recettes de salade niçoise du XIXe siècle se composaient de tomates, d’anchois et d’un peu d’huile d’olive. Plus tard, des olives et des œufs durs ont été ajoutés, et le thon est devenu une alternative acceptable aux anchois. Cependant, une ligne est tracée sur les légumes cuits.

Parmi les autres rebondissements / corruptions mentionnés par Borchio-Fontimp, citons la choucroute yuzu et le cassoulet de pois chiches. Cependant, il insiste sur le fait qu’il n’est pas fermé d’esprit quand il s’agit de cuisine mondiale : «La seule chose que nous disons, c’est que nous devons respecter les origines de ce que nous mangeons. »

Borchio-Fontimp fait campagne pour dicter légalement les ingrédients qui peuvent être utilisés pour les plats portant des noms régionaux afin d’éviter ce que certains appellent la «dilution de la marque».

La proposition de « conserver toutes les recettes régionales françaises » a reçu le soutien de deux organismes : Toqualoi Protections des Recettes de Cuisine et Collectif Cuisine Nicoise.

Borchio-Fontimp s’inquiète également de la façon dont les imitations peuvent nuire à la réputation de la boisson française. Il soutient que les producteurs internationaux qui appellent le vin « à la bordelaise » ou « à la champenoise », par exemple, sont de la « malhonnêteté intellectuelle » : « Utiliser un nom qui ne correspond pas au produit final est une tentative d’induire les consommateurs en erreur. »

« Imaginez si demain nous, Français, produisions une voiture complètement différente d’Aston Martin ; plus lent, de qualité inférieure, moins cher, mais qui porterait le nom d’Aston Martin. Cela n’a pas de sens, n’est-ce pas ? »

L’historien et gastronome Giles MacDonogh raconte db que la proposition était erronée : « Dire que la salade niçoise doit contenir des anchois ou des œufs et ne doit pas utiliser de pommes de terre ou de câpres imposerait une uniformité indésirable et pourrait provoquer la colère des habitants de ‘Petite Flaque sur Marais’ lorsqu’ils font remarquer qu’ils faites-le toujours avec des cornichons. »

Pour autant, MacDonogh ne pense pas que la législation sera une catastrophe pour la créativité culinaire, assimilant les « chefs snobs » aux vignerons qui s’écartent de certains caprices de l’AOP, quitte à devoir étiqueter leurs produits différemment : « ils préfèrent mettre leur cachet sur les choses.

L’idée que changer les ingrédients d’une recette équivaut à « hérétique » amène cet écrivain à se demander : à quel moment l’adaptation d’un plat devient-elle finalement une « tradition » ?

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.