Un Marocain soutient les réfugiés d’Ukraine

Pendant la guerre russo-ukrainienne, plusieurs étudiants marocains ayant fui l’Ukraine ont changé le nom d’un jeune Marocain vivant sur le sol français et originaire de la ville de Tinghir. Il a parcouru environ deux mille kilomètres pour aider les étudiants marocains fuyant l’Ukraine vers les frontières polonaise et slovaque.

Et le jeune Benjamin Enki a décidé, deux jours après l’invasion russe de plusieurs villes ukrainiennes, de se déplacer à la frontière ukrainienne pour évacuer les étudiants marocains et africains ; Parmi eux se trouve son frère, Abdullah Enki, qui est en mesure de transférer et de loger dans des hôtels en Pologne et en Slovaquie plus de 15 étudiants marocains et africains.

Dans une déclaration au journal en ligne Hespress, Benjamin Anki a déclaré : « Mon frère là-bas a étudié en Ukraine… Avec le début de la guerre, il m’a dit que lui et des dizaines de Marocains avaient fui de l’autre côté de la frontière pour rejoindre la Pologne et la Slovaquie ». a ajouté: « J’ai donc décidé de quitter la France dans ma propre voiture pour aider mon frère et ses collègues qui étaient en difficulté à cause de la peur, du froid et de la faim. »

Benjamin explique qu’il a aidé 15 étudiants marocains et africains accompagnés de son frère à la frontière, alors qu’il escortait une équipe de fugitifs de l’enfer de la guerre et retournait à la frontière pour en transporter d’autres, et qu’ils étaient logés et nourris. à l’hôtel, ajoutant: « Je ne le fais pas pour la gloire. » ; Au contraire, c’est pour le bien de l’humanité et pour le bien de nos camarades étudiants africains marocains qui ont un besoin urgent d’une attention humanitaire dans des conditions aussi difficiles. »

Benjamin Enki a révélé, dans une déclaration au journal électronique Hespress, avoir transporté deux personnes en Allemagne, deux autres en Belgique, 5 personnes dans la capitale Bologne pour partir au Maroc, et 5 autres les ont emmenées avec lui en France, ajoutant :  » Je suis au quotidien les conditions des étudiants que j’accompagne en France. Pour les convaincre financièrement et moralement.

Concernant la situation sanitaire et psychologique des étudiants qui ont été évacués de la frontière ukraino-polonaise et slovaque, le même volontaire a déclaré : « En fait, leur état physique et psychologique est très mauvais, ils ont peur, ont faim et tremblent de froid ». ajoutant: « Ils sont traités et toutes les conditions requises pour eux, et tout le monde est content. » Après avoir atteint des pays à l’abri de la guerre.

Le même porte-parole a confirmé avoir accompagné des étudiants dans un centre commercial en Slovaquie pour acheter de nouveaux vêtements, surtout que leur situation après l’évasion était désastreuse, terminant sa conversation avec le journal en suppliant les Marocains vivant près de l’Ukraine de se diriger vers la frontière à transporter les élèves bloqués et leur fournir le plus d’assistance possible. .

Il convient de noter que des milliers d’étudiants marocains ont poursuivi leurs études en Ukraine et en Russie, et après le déclenchement de la guerre entre les deux pays, ils ont décidé de fuir vers un pays voisin puis vers le Maroc avec l’aide de l’ambassade royale en Ukraine voisine. . , et certains d’entre eux ont décidé de se rendre dans des pays européens pour rejoindre leur famille.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.