Un drame français intense sur l’avortement parle du moment

Le drame français sur l’avortement « Happening » n’aurait pas pu arriver à un moment plus approprié. Même si cela s’est passé il y a 60 ans, l’histoire est très pertinente aujourd’hui.

Anamaria Vartolomei est magnifique dans le rôle d’Anne, une jeune étudiante enceinte d’un bébé qu’elle ne veut pas garder. Le film suit son terrifiant voyage pour mettre fin à une grossesse lors d’un avortement illégal et elle risque une peine de prison si elle est prise. C’est un scénario cauchemardesque, et la réalisatrice Audrey Diwan le joue dans un style graphique, sans concession et persistant.

Anne n’était qu’à quelques semaines de là lorsqu’un médecin lui a annoncé qu’elle était enceinte. Lorsqu’elle lui demande quelles sont ses options, il prend un ton discret : nous sommes en 1963 en France et on ne parle même pas d’avortement, et il risque son propre travail en la conseillant sur ce qu’elle peut faire pour mettre fin à la grossesse.

Il a pris les choses en main, est allé voir le médecin qui l’a trompé, a fait des injections qui ont renforcé l’embryon. Ses camarades de classe à l’école ont commencé à le déranger lorsque son ventre distendu a commencé à apparaître. Il tente même d’effectuer lui-même l’intervention, dans une scène que Diwan dépeint avec le malaise nécessaire.

Anne devient de plus en plus désespérée à mesure que ses études sont affectées et que ses fenêtres sont fermées. « Je veux un enfant un jour », a-t-il dit à son médecin, « mais pas en échange de la vie ». Il est jeune, il essaie de faire des choix pour son avenir et il est dans l’impasse partout où il se tourne.

Vartolomei est choquant : vulnérable, craintif, déterminé et impénitent, il porte la tristesse et la terreur d’Anne dans chacun de ses regards et au plus profond de ses yeux aigue-marine. Le public apportera ce qu’il veut au film, mais la responsabilité de Diwan est pour les personnages et leur vérité. « Happening » n’est pas un film politique, c’est un film d’horreur.

agraham@detroitnews.com

@grahamorama

‘Incident’

CLASSE A-

Classé R : pour le matériel/les images dérangeants, le contenu sexuel et la nudité graphique

Durée : 100 minutes

Au cinéma

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.