Un conseiller de Fredericton envisage une approche française aux véhicules bruyants

Une nouvelle technologie en France visant à éteindre les véhicules trop bruyants a attiré l’attention de certains membres du conseil d’administration de Fredericton.

Plus tôt cette année, Paris et d’autres villes françaises ont lancé des dispositifs dits de « radar de bruit », qui prennent automatiquement des photos de tout véhicule qui enfreint les règles de niveau de bruit de la ville, dans le but de développer un système de sanctions qui pourrait entraîner une amende de 135 euros.

Selon un article du site The Guardian, l’appareil, toujours utilisé à titre expérimental, est capable de mesurer le niveau de bruit des véhicules en mouvement et d’identifier leurs plaques d’immatriculation.

« J’ai hâte d’en savoir plus à ce sujet parce que, vous savez, nous entendons constamment parler de la quantité de bruit dans notre quartier, dans notre centre-ville, à cause des véhicules bruyants, des motos et d’autres appareils », a déclaré Fredericton Count. Bruce Grandy, président du comité de mobilité de la ville.

« Et je pense qu’il est important pour nous de commencer à regarder comment les choses sont aujourd’hui, et c’est une technologie très intéressante pour le faire.

Le numéro Kevin Darrah a également commenté que la technologie française était « intéressante », dans un tweet lié à des nouvelles à ce sujet.

Leurs commentaires surviennent un peu plus d’un an après que le conseil municipal de Fredericton a accepté de mettre en œuvre une ordonnance sur le bruit qui permet aux agents d’infliger une amende de 250 $ aux conducteurs si leur véhicule fait plus de 96 décibels.

Cependant, pour l’appliquer, un agent doit utiliser un décibelmètre et être au bon endroit au bon moment pour obtenir une lecture précise.

Cela soulève des questions sur l’efficacité des réglementations sans de meilleures méthodes pour les appliquer, a déclaré Grandy.

« Avouons-le, nous ne pouvons pas avoir des policiers à chaque coin de rue, à chaque intersection ou dans chaque quartier. Vous savez, l’idée est que si un officier trouve cela dans sa patrouille, il est obligé d’arrêter cette personne, d’avoir une belle discutez avec eux… peut-être qu’ils leur donneront un ticket et commenceront à le mettre en œuvre.

« Donc, vous savez, c’est très limité. Je pense que lorsque nous verrons la police dans la rue, la technologie va être une partie très importante de l’application de la loi. »

État de Fredericton. Bruce Grandy affirme que la technologie est le meilleur moyen d’appliquer des règles telles que les ordonnances municipales sur le bruit. (Ed Hunter/CBC)

L’impact de la réglementation sur le bruit depuis sa mise en œuvre n’est pas clair.

La police de Fredericton n’a pas été en mesure de fournir des statistiques sur le nombre de contraventions délivrées aux contrevenants.

En mai, Grandy a soulevé la question des véhicules extrêmement bruyants dans la ville lors d’une réunion du comité de mobilité, ajoutant que le chef de la police Roger Brown avait assuré à ses agents qu’ils mèneraient une campagne éclair d’application de la loi sur le bruit au printemps dernier.

Des règlements provinciaux sont nécessaires

Avant même qu’une technologie comme celle utilisée en France puisse être essayée ici, Grandy a déclaré que la province doit encore finaliser les lois qui l’autorisent.

En mai 2021, le gouvernement provincial a déposé une loi qui permettrait aux villes d’utiliser des caméras aux feux rouges, des lecteurs automatiques de plaques d’immatriculation et des dispositifs de surveillance par radar photo.

Grandy a déclaré que sans la loi, la ville ne pourrait pas mettre en œuvre la technologie qu’elle voulait utiliser depuis des années comme moyen de sévir contre les conducteurs pour avoir enfreint les feux rouges et violé les limites de vitesse.

« Je pense qu’il faut beaucoup de temps pour mettre en place cette législation – j’aimerais voir, vous savez, qu’elle soit suivie plus rapidement.

« Je sais … ils doivent faire des recherches à ce sujet et tout, mais vous savez, je ne pense pas que ce soit le genre de loi dure. »

Judy Désalliers, porte-parole du ministère de la Justice et de la Sécurité publique, a déclaré que la loi avait été adoptée plus tôt cette année, mais que sa mise en œuvre ne se ferait pas tant qu’un accord n’aurait pas été conclu entre les gouvernements provinciaux et locaux sur les détails.

« Les pourparlers sont bien avancés entre les gouvernements provinciaux et locaux », a-t-il déclaré.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.